☀︎
archives

Langage poétique

Ce tag est associé à 5 articles

Note de lecture : « Moi, Marthe et les autres » (Antoine Wauters)

Apocalypse et renaissance par le verbe. x Dans un au-delà de la catastrophe, futur proche et indistinct où l’humanité est quasiment retombée à l’état animal, sans que l’on ne sache ni comment ni pourquoi, un petit groupe d’hommes nés après « l’événement » – Marthe, Josh, Hardy, les petits, le narrateur et les autres – arpentent les … Lire la suite

Note de lecture : « Sylvia » (Antoine Wauters)

Recourir à la poésie pour que rien ne s’éteigne. x Antoine Wauters évoque ici, avec une mémoire forcément parcellaire – en écho à ce vers en exergue de Sylvia Plath «I am lame in the memory» –, la fin de vie et la disparition de ses deux grands-pères Charles et Armand, le corps et la mémoire … Lire la suite

Note de lecture : « Mourir et puis sauter sur son cheval » (David Bosc)

La trajectoire et la chute insensées d’une poète pour évoquer le désir et le refus absolu de se conformer. x À partir de la trace ténue d’un fait divers tragique et mystérieux, tirée d’un passage des carnets du poète surréaliste Georges Henein, le suicide en septembre 1945 à Londres de Sonia A., défenestrée après s’être dévêtue, «suicide ayant donné lieu, … Lire la suite

Note de lecture : « Ma mère musicienne est morte de maladie maligne à minuit mardi à mercredi au milieu du mois de mai mille977 au mouroir mémorial à Manhattan » (Louis Wolfson)

Refuser la langue maternelle, pour éluder jusqu’à la fin une relation impossible avec sa mère. x Ce livre, paru pour la première fois en 1984, soit sept ans après le décès de sa mère en 1977, qui a été revu par l’auteur en 2012 pour cette nouvelle publication par les éditions Attila démarre par une … Lire la suite

Note de lecture : « Césarine de nuit » (Antoine Wauters)

De l’innocence du lait à la violence du rejet et de l’enfermement. Magnifique. x «La nuit point. Césarine ouvre l’œil. Où elle dort à demi et touche quelques objets : chaque pierre petite, piétinée par oubli, un peu de sève, un minuscule chardon. Dans le cru, la crudité de l’aube, la lumière blanche qui la tient … Lire la suite