☀︎
archives

Jorge Luis Borges

Ce tag est associé à 40 articles

Note de lecture : « La boîte à écriture » (Milorad Pavić)

Un puzzle ténu et magnifique, en trois dimensions et en plusieurs trames narratives à reconstituer le cas échéant, contenu dans une simple boîte à écriture de marine, entre France, Bosnie et Monténégro. Un chef-d’œuvre. x Moi, l’actuel propriétaire de la boîte à écriture, je me la suis procurée au cours de l’avant-dernière année du XXe … Lire la suite

Note de lecture : « Énigmes, cinéma » (Olivier Maillart)

Une invitation malicieuse et alerte à affûter encore notre regard d’enquêteur (et non d’interprète), au cinéma et ailleurs. x Dans un essai intitulé « Contre l’interprétation », Susan Sontag met en garde ses lecteurs contre l’attitude qui consiste, face à une œuvre d’art, à opérer systématiquement un travail de transposition. À la place de X, lire A. … Lire la suite

Note de lecture : « Le principe de Van Helsing » (Juan Carlos Mondragón)

En neuf nouvelles, dès 1993, la puissance brutale et joueuse d’un imaginaire capable de se ramifier presque à l’infini pour projeter des mythologies uruguayennes secrètes en insidieux fantasmes fantastiques mondiaux. x La première  chose que l’on entend, c’est le bruit de la serrure, les deux tours complets du mécanisme de sécurité et de l’autre côté, … Lire la suite

Note de lecture bis : « L’ami Butler » (Jérôme Lafargue)

Les vertiges de la fiction, dans une paisible petite ville, parmi les écrivains imaginaires. x Les nuages devaient la prendre pour une vieille loutre à la fourrure fanée, se dandinant sans grâce, loin de ses rivières, sur un sol encombré de cailloux : mais ce n’était qu’une locomotive avec un ou deux wagons à la … Lire la suite

Note de lecture : « Solénoïde » (Mircea Cǎrtǎrescu)

Par un narrateur surchauffé se revendiquant anti-écrivain, une fantastique et totalisante vue en coupe d’une capitale de la douleur. Un chef-d’œuvre. x J’ai de nouveau attrapé des poux, cela ne m’étonne même plus, ne m’effraie plus, ne me dégoûte plus. Cela ne fait que me démanger. J’ai des lentes presque tout le temps, j’en fais … Lire la suite

Note de lecture : « Les forces étranges » (Leopoldo Lugones)

Nourri de poésie fantastique et d’art du conte abstrait, une œuvre majeure d’un pionnier de la science-fiction et de la littérature spéculative. x Nous n’étions que trois amis. Deux dans la confidence, dont j’étais, et l’inventeur de l’effroyable force qui, nonobstant le secret, était déjà source d’inquiétude. Le savant devant qui nous nous trouvions, un … Lire la suite

Note de lecture : « Souviens-toi des monstres » (Jean-Luc André D’Asciano)

Deux frères siamois au pouvoir étonnant au sein d’une famille à surprises, deux îles siciliennes pas exactement jumelles à l’identité à tiroirs, intrigues fantastiques, cape et épée débridées, pour créer un roman d’aventures aux formidables résonances intimes et mythiques. x Nous sommes nés monstrueux et notre vie fut belle. Nous sommes nés au plein milieu … Lire la suite

Note de lecture : « Pourquoi lire les classiques » (Italo Calvino)

Un trésor à propos de trésors : la puissance toujours neuve du « classique ». x RELECTURE C’est en 1991, six ans après la mort d’Italo Calvino, qu’est paru ce recueil désormais illustre (« classique », presque évidemment), regroupant brefs essais et articles publiés initialement entre 1954 et 1985 dans divers supports (journaux, conférences et préfaces, principalement), tous chapeautés … Lire la suite

Note de lecture : « Les bas-fonds du rêve » (Juan Carlos Onetti)

Treize nouvelles donnant à voir et à connaître Santa Maria, la ville fictive de toutes les failles sud-américaines. x Presque appuyé sur l’horizon, tout petit, le bac s’était immobilisé. Je remontai vers la ville. J’avais déjà oublié la femme à la valise et je n’éprouvais plus ni amour ni curiosité pour cet appel, cette allusion … Lire la suite

Note de lecture : « Hildegarde » (Léo Henry)

Une spirale diabolique de narrations médiévales et autres pour traquer l’importance potentielle de Hildegarde de Bingen x Voici Hélendrude. On peut préférer l’appeler Elyndruda, ce qui sonne mieux, peut-être, à nos oreilles, et choisir en toute impunité de maquiller ses traits, de la décrire comme ceci ou comme cela, et reconstituer autour d’elle un monde … Lire la suite