☀︎
archives

Jonathan Swift

Ce tag est associé à 9 articles

Note de lecture : « Trafalgar » (Angélica Gorodischer)

Douze histoires et douze clins d’œil autour du plus spécial et spatial de tous les marchands que la Terre ait connu. Une formidable démonstration argentine du pouvoir du récit d’imagination. x J’étais hier avec Trafalgar Medrano. Pas facile de le rencontrer. Ses activités dans l’import-export le mènent toujours par monts et par vaux. Mais, depuis … Lire la suite

Note de lecture : « Underground Railroad » (Colson Whitehead)

Prendre la métaphore abolitionniste au pied de la lettre, tordre doucement ou violemment l’Histoire, et débusquer les composantes du sort afro-américain. x Les frères Randall. Depuis qu’il était tout petit, il suffisait pour apaiser James d’une friandise en provenance de la cuisine d’Alice, la pomme à la cannelle qui coupait court à toute crise ou … Lire la suite

Note de lecture : « Farémido – Le cinquième voyage de Gulliver » (Frigyes Karinthy)

Une expérience de pensée science-fictive et swiftienne en 1916, également stimulante et décevante. x Une fois n’est pas coutume, je dois avouer avoir été quelque peu déçu à la lecture de ce « Cinquième voyage de Gulliver », pourtant fort intelligemment mis en avant par Brian Aldiss dans son article du volume critique « The Mechanical God ». Publié … Lire la suite

Note de lecture : « Bréviaire des artificiers » (Mathias Énard)

Le terrorisme historique en sérieuse farce culinaire et manipulatoire. x Publié en 2007 chez Verticales, le troisième roman de Mathias Énard, après « La perfection du tir » (2003) et « Remonter l’Orénoque » (2005) peut aisément faire figure de curiosité dans la bibliographie de l’auteur. Ici commence ce mien discours, bréviaire et manuel, pour l’édification des débutants artificiers … Lire la suite

Note de lecture : « Les machines à désir infernales du Dr. Hoffman » (Angela Carter)

Singuliers et somptueux mémoires d’une guerre contre la belle irréalité naissant du désir et de l’imagination. x Desiderio est un authentique héros de guerre. Au soir de sa vie, il nous livre ses mémoires en un récit échevelé, mélange grisant et détonant d’humilité et d’épopée. Mais attention, il ne s’agit pas ici de n’importe quelle … Lire la suite

Note de lecture bis : « Moo Pak » (Gabriel Josipovici)

«Garder l’espoir, seuls quelques artistes ont la capacité de nous entraîner en nous et en avant.» x Déambulant dans Londres avec Jack Toledano, son ami Damien Anderson nous rapporte ici les longs monologues de celui-ci, ce double fictionnel de Gabriel Josipovici, comme lui porteur d’un nom signifiant la déchirure de l’exil, lui aussi juif séfarade … Lire la suite

Note de lecture : « Le courtier en tabac » (John Barth)

L’épopée torrentueuse et farceuse, ironique et violente, de la colonisation de l’Amérique du Nord. Par les petits bouts acérés de l’aubergine et de la poésie. x RELECTURE Publié en 1960 aux États-Unis, traduit en français par Claro, au Serpent à Plumes en 2002, puis réédité dans une version légèrement revue, chez Cambourakis en octobre 2015, … Lire la suite

Note de lecture : « Extraits des archives du district » (Kenneth Bernard)

Sans doute l’une des plus subtiles et des plus fortes fables dystopiques jamais concoctées sur l’encadrement paisible de la résignation sociale et politique. Un roman indispensable. xxx Publié en 1992, traduit en français en 2010 par Sholby chez Attila, et réédité ces jours-ci au Tripode, le premier (et seul, à ce jour) roman du nouvelliste, … Lire la suite

Note de lecture : « Moo Pak » (Gabriel Josipovici)

Étonnante suite de faux monologues en cheminant dans Londres, pour embrasser 40 ans de modernité. xxx Publié en 1994 (en 2011 chez Quidam, au décidément impressionnant catalogue, dans une traduction de Bernard Hoepffner), le douzième roman de Gabriel Josipovici est peut-être celui qui se rapproche le plus d’une somme rassemblant presque l’ensemble des préoccupations exprimées … Lire la suite