☀︎
archives

Jeunesse

Ce tag est associé à 13 articles

Note de lecture : « Mes nuits apaches » (Olivier Martinelli)

L’entrée en rock à l’âge nécessaire, comme une alchimie toujours mystérieuse et sauvage. x Tout allait bien pour moi, au début. Je me sentais pas tellement différent des autres. Oui, tout allait bien. Et puis mon père a décidé de tout gâcher. Aujourd’hui, j’ai compris que rien n’était de sa faute, qu’il n’avait rien décidé. … Lire la suite

Note de lecture : « Comme si le monde flottait » (Benoît Jeantet)

Trente-quatre nouvelles pour nous parler en beauté de rugby, d’intime, de politique et de bien d’autres choses épaisses et poétiques. x Je revois encore le long cortège de ces hommes happés par le brouillard, ces hommes fiers, bâtis à chaux et à plâtre, la peau tannée par les excès de jeunesse : cette maladie si … Lire la suite

Note de lecture : « Et seuls les chiens répondent à ta voix » (Tarik Noui)

Une anthropologie poétique du pouvoir de la voix comme de son impuissance. x Peter Szendy (« Sur écoute », 2007) cherchait le sens social et esthétique du son (ou de la voix) dans la notable possibilité de l’espionnage. Patrick Bouvet (« Carte son », 2014) en développait les atouts esthétiques sous risque de spectaculaire marchand. En 30 pages de … Lire la suite

Je me souviens de : « Jack Barron et l’éternité » (Norman Spinrad)

Médias et corruption, richesse et fantasmes d’immortalité : faites ch… Jack Barron, il vous le rendra. x Découvert avec son « Rêve de fer » (1972) en 1978, c’est bien avec son « Jack Barron et l’éternité » de 1969, son quatrième roman (dont on regrettera pourtant éternellement que la traduction française, par Guy Abadia en 1971 chez Ailleurs … Lire la suite

Note de lecture : « Funny Reich 1 – L’impératif imparfait » (Bruno Wajskop)

Le cœur fasciste d’un soft power fictionnel généralisé, en une série mutante. x Publié en novembre 2015 aux éditions Marque Belge (dont le nom et le logo résonnent déjà comme un savoureux clin d’œil à Blake et Mortimer), « L’impératif imparfait » est le premier épisode de l’étonnant projet de série littéraire « Funny Reich » mené par l’écrivain, … Lire la suite

Note de lecture : « Entre les deux il n’y a rien » (Mathieu Riboulet)

Une intense écriture de la naissance des engagements et du refus de la résignation. x Publié en septembre 2015 chez Verdier, le douzième texte solo de Mathieu Riboulet, s’il inclut la quête adolescente et post-adolescente de la révélation du corps des hommes qui parcourait déjà plusieurs de ses œuvres précédentes (dit-on), l’inscrit ici dans un … Lire la suite

Note de lecture : « Les Clameurs de la Ronde » (Arthur Yasmine)

Les fragments puissamment réagencés d’années intenses de relation poétique. x Publié en avril 2015 aux éditions Carnet d’Art, ce recueil de poésie d’Arthur Yasmine est son premier ouvrage publié. ………….. …………. …………. …………. …………… ……….. …………….. Émerveillé devant Zoé, je fixais le mouvement. Je tentais de retenir quelque chose avec mes yeux, mais elle fustigeait … Lire la suite

Note de lecture bis : « Maîtres et serviteurs » (Pierre Michon)

L’art et la vie, le désir d’être maître et l’apprentissage du serviteur. x Publié en 1990 chez Verdier, le quatrième ouvrage de Pierre Michon, somptueux recueil de trois longues nouvelles (qui sont désormais disponibles indépendamment en Verdier Poche), n’est que ma deuxième plongée dans l’art bref et intense de l’auteur, après la découverte de « Le … Lire la suite

Note de lecture : « Nos guerres indiennes » (Benoît Jeantet)

La redoutable écriture fragmentaire des jeunesses ayant laissé oublier leurs « guerres indiennes ». x Publié en numérique en décembre 2014 et en papier en mars 2015 chez publie.net, ces 75 pages de Benoît Jeantet, jusqu’ici surtout auteur de poèmes et de nouvelles (certaines ayant notamment été publiées dans le passionnant Zaporogue de Sébastien Doubinsky), et d’un … Lire la suite

Note de lecture : « Mobiles » (Sandra Lucbert)

Une lecture pertinente, attachante et curieusement joyeuse d’une jeunesse surexposée. x Publié en août 2013 chez Flammarion, ce premier roman de Sandra Lucbert réussit la prouesse, à partir d’un matériau relativement convenu en apparence, d’offrir une lecture pertinente et attachante d’une jeunesse « intellectuelle et culturelle » contemporaine, qui se déplace désormais toujours davantage sans filet, et … Lire la suite