☀︎
archives

Jean Giono

Ce tag est associé à 42 articles

Note de lecture : « Le soldat désaccordé » (Gilles Marchand)

Pleinement inscrit dans l’horreur des tranchées, un magnifique roman d’amour fou, ironique et tendre, cruel et mélancolique. x Je n’étais pas parti la fleur au fusil. Je ne connais d’ailleurs personne qui l’ait vécu ainsi. L’image était certes jolie, mais elle ne reflétait pas la réalité. On n’imaginait pas que le conflit allait s’éterniser, évidemment. … Lire la suite

Note de lecture : « Les larmes du Reich » (François Médéline)

Lorsque six ans après la fin de la deuxième guerre mondiale, certains secrets autour du sort d’enfants juifs cachés ne veulent pas passer… Alerte, rusé, extrême : un roman diabolique. x L’homme pédale sur le vélo de Fausto Coppi. C’est une façon comme une autre de se punir. Il a acheté sa bicyclette, avec dérailleur … Lire la suite

Note de lecture : « La descente de l’Escaut » (Franck Venaille)

Que trouve-t-on le long du fleuve ? Une immense marche en poésie pour convoquer la mémoire d’un monde. x J’allais Je marchais le long de cette nudité apaisante Je fis un vaste usage de la solitu- De et des marées, vivantes ô combien ! Je fus celui qui s’interrogeait : cette aventure so- litaire le … Lire la suite

Note de lecture : « Sans plus attendre » (Sylvie Durastanti)

Réécrit en beauté à l’aune d’une subtile et obstinée résistance féminine, le somptueux envers du décor d’une Odyssée immémoriale. x À l’autre bout de la pinède, je m’arrête pour reprendre mon souffle, me ressaisir, et ne rien laisser paraître de ma peur, au cas où un autre des intrus serait déjà débout, dans ma propre … Lire la suite

Note de lecture : « Zō » (Maïca Sanconie)

Sous le signe subtil de Jean Giono, une exceptionnelle rencontre poétique à distance entre deux artistes qui rêvent la même montagne, le même soleil et la même eau vive. x La structure du jour m’apparaît à ce réveil lent. Très vite elle s’efface, absorbée par la structure plus profonde de ce qui reste à faire. … Lire la suite

Note de lecture : « La paroi » (Pierre Moustiers)

Un vieux professeur, un jeune entrepreneur et une paroi alpine à vaincre : un huis clos à trois, technique et intense, sans manichéisme, d’une pudeur et d’une beauté étonnantes. x Ce sont certainement les lectures relativement récentes du fabuleux « Paroi » de Guillevic et du stimulant « Ouvrir une voie » d’Emmanuel Faber qui m’ont conduit à extraire … Lire la suite

Note de lecture : « L’île batailleuse » (Nicolas Rozier)

Narration captivante et malicieuse d’une véritable aventure géographique, et invention simultanée d’une langue rusée apte à véhiculer l’essence de l’obsession artistique, sous le signe de l’énergie créatrice. Un très grand roman plein de surprises. x La France traversée comme une terre sauvage, Koenig y pensait depuis l’Afrique. À l’avance, il rayait les grandes villes. Débarqué … Lire la suite

Note de lecture : « Quelque chose que je rends à la terre » (Sébastien Ménard)

La chronique poétique subtile d’un retour à l’essentiel, à une terre riche en luttes et en amitiés, sans repli mais au contraire dans la ligne de fuite magnifique. x la première chose d’importance que je peux vous dire la première chose que je peux vous dire c’est qu’aujourd’hui j’ai posé cette question à plusieurs reprises … Lire la suite

Note de lecture : « Le dit du mistral » (Olivier Mak-Bouchard)

Fable mythologique et récit archéologique, un réenchantement magique et poétique du quotidien, à la gloire sauvage du Luberon. x Si le lecteur veut comprendre comment toute cette histoire a pu arriver, il ne doit pas avoir peur de remonter dans le temps. S’il se limitait au réel qui baigne chacune de ses journées, il risquerait … Lire la suite

Note de lecture : La moitié du fourbi – 12 : « Rouge »

Rouge, flamboyant, sanglant ou en colère, mais toujours foisonnant, intelligent et poétique, le douzième numéro de la revue La Moitié du Fourbi. x Pour la douzième fois depuis février 2015 et ce numéro 1 au thème déjà légèrement mystérieux (« Écrire petit »), la revue La Moitié du Fourbi revenait nous étonner et nous enchanter en ce … Lire la suite