☀︎
archives

Japon

Ce tag est associé à 17 articles

Note de lecture : « Louange de l’ombre » (Tanizaki Jun’ichirô)

« Nous, les Orientaux, là où il n’y a rien nous faisons surgir l’ombre et cela crée de la beauté. » x La nouvelle traduction de Ryoko Sekiguchi et Patrick Honnoré pour les éditions Philippe Picquier permet de goûter à nouveau à l’éclat et à la poésie de ce texte culte, essai publié en 1933 et initialement … Lire la suite

Note de lecture : « Le lieu et le moment » (Laurent Jenny)

Lumineuses épiphanies de la mémoire. x Dans ce récit paru en 2015 aux éditions Verdier, Laurent Jenny capture des souvenirs, images et sensations, émotions esthétiques qui se réveillent et illuminent sa mémoire, comme des lumières fugaces ou permanentes. Images sans suite, ces souvenirs se dévoilent par strates chronologiques, de l’enfance à la découverte de la … Lire la suite

Note de lecture : « Éclipses japonaises » (Éric Faye)

Puzzle de destins de citoyens japonais, arrachés à leur quotidien et leur identité par la Corée du Nord. X Dans ce roman paru en août 2016 aux éditions du Seuil, Éric Faye s’empare d’une histoire connue et fascinante, la multiplication dans les années 1970 et 1980 de disparitions anormales de citoyens ordinaires au Japon (et … Lire la suite

Note de lecture : « Shibumi » (Trevanian)

Go, spéléologie et pays basque au cœur d’un énorme et joliment extravagant thriller d’espionnage. x Publié en 1979, traduit en français en 1981 par Anne Damour chez Robert Laffont, puis à nouveau, dans une traduction révisée par elle-même, chez Gallmeister en 2007, le quatrième roman du (longtemps) mystérieux Trevanian est le plus souvent considéré comme … Lire la suite

Note de lecture : « Mā » (Hubert Haddad)

La trajectoire d’un homme, sur les traces du moine vagabond et haïkiste Santōka, rescapé sur les chemins et en poésie des naufrages de l’amour. x  «C’est au Café Crépuscule que j’ai rencontré Saori, voilà quinze ans, sept mois et trois jours.» Le cours de l’existence de Shōichi, jeune étudiant maigre au regard de myope, avec … Lire la suite

Note de lecture bis : « Le bateau-usine » (Kobayashi Takiji)

1925 : mourir à la pêche en mer d’Okhotsk pour le profit de l’armateur, et apprendre à résister. x x Publié en 1929 au Japon, traduit en français en 2009 aux éditions Yago par Évelyne Lesigne-Audoly, puis revu pour publication aux éditions Allia en 2015, le deuxième et avant-dernier (l’auteur mourra en 1933 sous les … Lire la suite

Note de lecture : « Ce n’est pas un hasard » (Ryoko Sekiguchi)

Comment écrire sur la catastrophe ? Chronique japonaise de Ryoko Sekiguchi à propos de Fukushima. x Poétesse passionnée de littérature et de cuisine, Ryoko Sekiguchi habite à Paris et écrit en Français. Elle a notamment publié aux éditions Argol en 2012 deux petits livres hautement recommandables, «L’astringent» et «Manger fantôme», qui évoque en conclusion la zone fantomatique … Lire la suite

Note de lecture : « L’astringent » (Ryoko Sekiguchi)

Saveur japonaise et de l’entre-deux. x Au cours de son expérience singulière du bilinguisme, entre les langues japonaise et française, Ryoko Sekiguchi a buté sur le mot astringent, ou plutôt sur l’écart entre ses significations françaises – où le mot désigne une substance qui a pour propriété de resserrer les tissus, ou, en tant qu’adjectif, … Lire la suite

Note de lecture : « Manger fantôme » (Ryoko Sekiguchi)

De la beauté poétique à la méditation sombre, les nourritures fantômes de Ryoko Sekiguchi. x «Qui n’a rêvé, une fois au moins, de manger les nuages ?» Dans ce surprenant petit livre paru aux éditions Argol en 2012, et sous-titré «Manuel pratique de l’alimentation vaporeuse», la franco-japonaise Ryoko Sekiguchi, dont les appétits pour la cuisine et la littérature … Lire la suite

Note de lecture : « The Japanese Art of War – Understanding the Culture of Strategy » (Thomas Cleary)

Un travail linguistique et culturel très fouillé, mais ratant largement son but affiché. x NOTE DE LECTURE À PARTIR DE LA VERSION ORIGINALE AMÉRICAINE Publié en 1991, trois ans après sa traduction commentée de « L’art de la guerre » de Sun Zi (Sun Tzu), dont la pureté dépouillée et le retour à l’essence du texte firent … Lire la suite