☀︎
archives

Intime et politique

Ce tag est associé à 24 articles

Note de lecture : « Tu vis ou tu meurs – Œuvres poétiques 1960-1969 » (Anne Sexton)

Transformant l’expérience du mal-être profond, de l’internement et de l’étrangeté à soi et aux autres en remède paradoxal à la mélancolie, Anne Sexton inventait dans les années 1960 une poésie féministe déterminée, sombre et belle. x Je suis sortie, sorcière possédée, hantant l’air noir, plus hardie la nuit ; rêvant de faire le mal, au-dessus … Lire la suite

Note de lecture : « Collisions par temps calme » (Stéphane Beauverger)

Somptueux vertige de la véritable utopie socio-technologique, concentré de quête philosophique bienveillante, pursuit of happiness sans complaisance ni aveuglement : cent pages nettement revigorantes de grand art imaginaire et politique. x Après le déjeuner, je laisse à Calie le temps de visiter mon royaume et choisir sa chambre. Au bruit de ses pas, je comprends … Lire la suite

Note de lecture : « La légende de Santiago » (Boris Quercia)

Le point d’orgue de la trajectoire de balle lente, désabusée et pourtant curieusement fringante, du policier chilien Santiago Quiñones. x Troisième et a priori dernier épisode des aventures de l’inspecteur Santiago Quiñones dans les méandres noirs du Chili contemporain, après « Les rues de Santiago » (2010) et « Tant de chiens » (2015), le « La légende de Santiago » … Lire la suite

Note de lecture : « Boulevard de Yougoslavie » (Arno Bertina, Mathieu Larnaudie, Oliver Rohe)

Le formidable roman choral, très intime et très politique, d’une rénovation urbaine contemporaine, et de ce que peut encore, peut-être, le volontarisme intelligent et pragmatique du vivre-ensemble. x M’attendais-je à une telle bronca ? Non, même en découvrant la salle, je ne me suis douté de rien. J’ai noté que sans être pleine cela faisait … Lire la suite

Note de lecture : « Les quatrains de l’all inclusive » (Rim Battal)

Face au buffet sans fin et à volonté des assignations sociales tous azimuts, la poésie libératrice et drôle, toujours aussi intime, toujours aussi politique, de Rim Battal. x I Vu le bois de mon aisselle sur une photographie envoyée par mail ma mère me somme de contraindre la nature encore en ce lieu délicat de … Lire la suite

Note de lecture : « Paroi / Art poétique / Le Chant » (Guillevic)

Aux côtés de deux quasi-réflexions théorique et pratique, mises en poésie, sans doute l’un des textes les plus décisifs de Guillevic : « Paroi ». x Même si l’édition groupée dans la collection Poésie Gallimard a choisi de mettre en avant sur sa couverture – et au centre du volume – le recueil « Art poétique » écrit en … Lire la suite

Note de lecture : « Deux saisons en enfer » (Ketty Steward)

Jouant habilement avec le carcan apparent de la forme poétique classique, un chant rageur et lucide d’émancipation, de liberté et d’amour. Une fusion rare et sauvagement musicale de l’intime et du politique. x L’île Bains de soleil et sables mouvants, Plages pavées d’or, dures, confuses, Fiévreux insectes et mordants serpents Typhons rageurs, oursins et méduses. … Lire la suite

Note de lecture : « Centre épique » (Jean-Michel Espitallier)

Transformer les milliers de films d’amateurs archivés par la région Centre-Val-de-Loire depuis 1919 en matière première pour une véritable épopée échevelée ou pour un récit national poétique, malicieux et irrévérencieux. Éblouissant. x Alors au départ, c’est un peu compliqué. C’est un peu compliqué parce qu’il y a le jeu des alliances, des mésalliances, des combines … Lire la suite

Note de lecture : « J’aime le mot homme et sa distance (cadrage-débordement) » (Florence Pazzottu)

Une poésie somptueuse et inventive, précise et rusée, pour tracer des méandres de face-à-face, de feinte et d’échappée sur des terrains familiers de l’intimité ou des zones du réel politique restant à défricher. x se ressembler quelle ineptie il se pourrait que mine de rien soit ma plus intime figure nulle gravité que ne soutienne … Lire la suite

Note de lecture : « Les déliés » (Sandrine Roudaut)

Dans les interstices de la déréliction en marche, une utopie morcelée, foisonnante, inattendue et énergétique en diable. x Se sentir chez soi ailleurs. Dans un lieu qui ne parle pas la même langue, ni les mêmes bruits, qui n’expire pas les mêmes odeurs, être convoquée. En soupirer de soulagement. Se retrouver. Puissant vertige. Le soleil … Lire la suite