☀︎
archives

Intime et politique

Ce tag est associé à 17 articles

Note de lecture : « Centre épique » (Jean-Michel Espitallier)

Transformer les milliers de films d’amateurs archivés par la région Centre-Val-de-Loire depuis 1919 en matière première pour une véritable épopée échevelée ou pour un récit national poétique, malicieux et irrévérencieux. Éblouissant. x Alors au départ, c’est un peu compliqué. C’est un peu compliqué parce qu’il y a le jeu des alliances, des mésalliances, des combines … Lire la suite

Note de lecture : « J’aime le mot homme et sa distance (cadrage-débordement) » (Florence Pazzottu)

Une poésie somptueuse et inventive, précise et rusée, pour tracer des méandres de face-à-face, de feinte et d’échappée sur des terrains familiers de l’intimité ou des zones du réel politique restant à défricher. x se ressembler quelle ineptie il se pourrait que mine de rien soit ma plus intime figure nulle gravité que ne soutienne … Lire la suite

Note de lecture : « Les déliés » (Sandrine Roudaut)

Dans les interstices de la déréliction en marche, une utopie morcelée, foisonnante, inattendue et énergétique en diable. x Se sentir chez soi ailleurs. Dans un lieu qui ne parle pas la même langue, ni les mêmes bruits, qui n’expire pas les mêmes odeurs, être convoquée. En soupirer de soulagement. Se retrouver. Puissant vertige. Le soleil … Lire la suite

Note de lecture : « Notre dernière sauvagerie » (Éloïse Lièvre)

Éloïse et les gens qui lisent : un captivant et surprenant récit d’incarnation de l’intellect dans les mains et dans les corps, et de transfiguration de l’intime en politique. x Le 12 décembre 2014, j’ai commencé à prendre des photographies des gens qui lisent dans le métro. Je sais pourquoi. Au début, je voulais sans … Lire la suite

Note de lecture : « Syd Barrett, le rock et autres trucs » (Jean-Michel Espitallier)

Derrière la figure de Syd Barrett, le légendaire fondateur de Pink Floyd, ermite musicalement silencieux de 1974 à sa mort en 2006, une interrogation endiablée autour de la musique rock, de la politique et de la poésie. x Comme d’une part les Anglais ne souhaitaient pas entrer dans la combine, et qu’ils étaient protégés depuis … Lire la suite

Note de lecture bis : « L’employé » (Guillermo Saccomanno)

Une fable puissante et tristement joueuse de l’aliénation intime au cœur d’un totalitarisme national et d’une déshumanisation entrepreneuriale. x À cette heure de la nuit, les hélicoptères blindés survolent la ville, les chauves-souris tournoient devant les vitres de l’immeuble et les rats filent entre les bureaux plongés dans l’obscurité, tous les bureaux sauf un, le … Lire la suite

Note de lecture : « Transport commun » (Rim Battal)

Comme une tentative de suture sur des déchirures croissantes, une poétique acceptation combattante d’un devenir-mosaïque, intime et politique. x x Ce pays est beau Oh oui oui oui répondent les gens beaux Les gens sont adorables Oh oui oui oui répondent les gens adorables Il y a le soleil tous les jours Oh oui oui … Lire la suite

Note de lecture : « Colloque des télépathes » (Sandra Moussempès)

Entrechoquant tromperies victoriennes corsetées et illusions dansantes d’un swinging flower power, une redoutable poésie de dévoilement des secrets, portée par une voix aux visages toujours multipliés. x x Certaines réponses se sont évaporées sur ce guéridon Nous étions dans un corridor passant d’une certitude à l’autre sans pour autant faire tournoyer nos sensations Il s’agissait … Lire la suite

Note de lecture : « Guédiguian » (Christophe Kantcheff)

Un guide exceptionnel dans les méandres magnifiques de l’une des plus puissantes et des plus authentiques œuvres cinématographiques contemporaines. x Christophe Kantcheff, dont on connaît la qualité de la plume critique littéraire ou cinématographique, exercée principalement aujourd’hui chez Politis, nous offre avec ce « Guédiguian » publié aux éditions de l’Atelier en novembre 2018 un concentré fortement … Lire la suite

Note de lecture : « Maritima » (Sigolène Vinson)

Martigues, ses muges, ses plages, son soleil, ses raffineries, sa rudesse et sa solidarité. Une folle et poignante épopée intime. x De son appartement situé au neuvième étage, le front posé contre la vitre du salon, Jessica surplombait le chenal de Caronte. À gauche, le viaduc autoroutier. À droite, l’étang de Berre et sa frontière … Lire la suite