☀︎
archives

Imbroglio

Ce tag est associé à 5 articles

Note de lecture : « Un marin chilien » (Agnès Mathieu-Daudé)

Creusé dans la tranche d’une carte postale islandaise travaillée au corps, un farceur conte contemporain, au cœur désespérant des préjugés. x Thorvardur avait rencontré beaucoup de Chiliens dans sa carrière, il avait plusieurs fois fait escale à Valparaiso et à Puerto Montt, deux villes que même un type comme lui avait trouvées affreuses, écrasées de … Lire la suite

Note de lecture : « Rendez-vous dans le 18ème » (Jake Lamar)

Lorsque tout semble pris de folie meurtrière autour d’un pianiste afro-américain installé à Montmartre x « Je suis anti-succès, anti-technologie, anti-fitness, anti-développement personnel, anti-marché à terme et anti-« santé-sobriété » – mais je ne suis pas anti-américain. Je peux même dire que je les aime, mes compatriotes. A quelques exceptions près… Ce que je ne supporte pas, c’est … Lire la suite

Note de lecture : « La forcenée » – Trilogie Krachevski 3 (Serge Quadruppani)

Une fin particulièrement en beauté émouvante pour la première trilogie policière de Serge Quadruppani. x Publié en 1993, toujours chez Métailié, le troisième volume de la souple trilogie Krachevski, première incursion en force de Serge Quadruppani dans le genre policier, poursuit en apothéose désenchantée le travail de l’enquêteur atypique Émile K., ancien du GIGN devenu … Lire la suite

Note de lecture : « Tant de chiens » (Boris Quercia)

Intense « furia cilena », comme un chien dans un jeu de quilles corrompues, passant ou non entre les balles. x Écrit en 2015, traduit la même année chez Asphalte par Isabel Siklodi (sa version originale espagnole est à paraître début 2017), le deuxième roman de Boris Quercia met en scène, comme « Les rues de Santiago » précédemment, … Lire la suite

Note de lecture : « Le nom des singes » (Antoine Volodine)

Taxinomie dans la jungle : libérer un narrateur aux abois, et permettre l’envol du post-exotisme. x RELECTURE Publié en 1994 chez Minuit, le septième roman d’Antoine Volodine, s’il est bien ancré, avec du recul, parmi les « quatre passerelles » (avec « Lisbonne, dernière marge », « Alto solo » et « Le port intérieur ») qui font basculer l’univers de l’écrivain du … Lire la suite