☀︎
archives

Ile déserte

Ce tag est associé à 5 articles

Note de lecture : « Vie de Monsieur Leguat » (Nicolas Cavaillès)

Nicolas Cavaillès transfigure la vie d’un huguenot contraint à l’exil et à l’aventure. x La vie de François Leguat ne fut pas minuscule, puisqu’il vécut trois vies en quatre-vingt dix-sept ans. Huguenot propriétaire d’un domaine agricole en Bresse né en 1638, il fut à plus de cinquante ans contraint à l’exil, suite à la révocation … Lire la suite

Je me souviens de : « L’invention de Morel » (Adolfo Bioy Casares)

La magie toujours intacte d’un redoutable classique contemporain. x L’année de première (de rhéto comme aurait alors pu le dire Antoine Compagnon), de la découverte de Gracq, de Jünger, de Borges, et logiquement, quelques mois plus tard, celle du meilleur complice de l’aveugle argentin, Adolfo Bioy Casares, avec ce roman de 1940, son premier, traduit … Lire la suite

Note de lecture : « La peau froide » (Albert Sánchez Piñol)

Un huis clos fantastique, étouffant et très barré. xxx Une nouvelle découverte due à mes ami(e)s et collègues de Charybde, avec ce premier roman écrit en catalan en 2002, et traduit en français par Marianne Millon en 2004 chez Actes Sud. Le narrateur, météorologue irlandais, rejoint son poste pour un an, sur une île minuscule … Lire la suite

Note de lecture : « Jusqu’ici tout va bien » (Collectif)

Audacieuse, intelligente, enjouée : l’anthologie Antidata sur la phobie. xxx Publiée en novembre 2013, fidèle à une formule ayant désormais largement fait ses preuves, enchantant depuis plusieurs années les amateurs de forme courte, à la fois audacieuse, intelligente et enjouée, cette anthologie collective des éditions Antidata est consacrée à la phobie. Après la maison (« … Lire la suite

Note de lecture : « L’empreinte à Crusoé » (Patrick Chamoiseau)

Deux cent trente pages et des notes d’atelier pour réécrire Robinson : un pari réussi, d’une stupéfiante beauté. Publiée en 2012, cette « Empreinte à Crusoé » représentait tout de même une singulière gageure, même pour un « marqueur de paroles » de la stature gigantesque de Patrick Chamoiseau. Comme il le dit dans les précieuses 20 pages finales … Lire la suite