☀︎
archives

Guerre civile espagnole

Ce tag est associé à 21 articles

Note de lecture : « Péreira prétend » (Antonio Tabucchi)

Dans le cadre historique du Portugal de 1938, l’un des plus beaux romans qui soient, sous son apparente simplicité, sur, entre autres, le refus de voir une dictature pour ce qu’elle est, et sur les modalités des yeux qui se dessillent. x Pereira prétend avoir fait sa connaissance par un jour d’été. Une magnifique journée … Lire la suite

Note de lecture : « Un autre monde » (Alfons Cervera)

Un magnifique combat pour comprendre, par-delà la mort, les silences d’un père taiseux. x La photographie a jauni. Si ça se trouve, tu ne te la rappelles même pas. Tu me l’as dit à un moment : parfois certaines choses se passent comme si elles se produisaient hors du temps. Je ne sais pas de … Lire la suite

Note de lecture : « Le monarque des ombres » (Javier Cercas)

Anatomie d’une légende familiale refoulée, composant une impressionnante leçon d’Histoire et de littérature. x «Le monarque des ombres», publié en 2017 et traduit par Aleksandar Grujicic pour les éditions Actes Sud (à paraître le 29 août prochain) fait écho aux «Soldats de Salamine» (paru en 2001), le roman qui a fait connaître Javier Cercas. Dans … Lire la suite

Note de lecture : « Requiem pour un paysan espagnol & Le gué » (Ramón Sender)

Deux courts récits pour montrer de biais les cruautés et compromissions de la guerre civile espagnole. x À l’intérieur d’une église qui reste obstinément vide, le curé, Mosén Millán, est sur le point, en cette année 1936, de célébrer une messe de requiem pour Paco, fusillé par les phalangistes. Seul, appuyé contre le mur de l’église, il … Lire la suite

Note de lecture bis : « Quelqu’un à tuer » (Olivier Martinelli)

Du plomb coincé dans la gorge durant la Guerre civile espagnole, portant loin ses conséquences. x x Publié en 2015 à la Manufacture de Livres, le sixième roman d’Olivier Martinelli est sans doute, moins directement bercé de rock et d’énergie brute que les précédents (et tout particulièrement que les excellents « La nuit ne dure pas » … Lire la suite

Note de lecture bis : « Les soldats de Salamine » (Javier Cercas)

Un grand roman labyrinthique sur un épisode de la guerre d’Espagne, pour questionner la manière dont se construisent la fiction et l’histoire. x Javier Cercas brouille les cartes avec ce roman de 2001, objet inhabituel qui raconte une histoire tout autant que sa genèse, le destin de Rafael Sanchez Mazas à la fin de la guerre d’Espagne, … Lire la suite

Note de lecture : « L’imposteur » (Javier Cercas)

Le récit impossible, virtuose et sincère, de la genèse d’une imposture et de son rapport à la fiction autorisée. x Publié en 2014, à paraître en français en septembre 2015 chez Actes Sud dans une traduction de Élisabeth Beyer et Aleksandar Grujičić, le huitième roman de Javier Cercas est d’emblée à ranger, comme « Anatomie d’un … Lire la suite

Note de lecture : « Le roi et la reine » (Ramón Sender)

Face-à-face en huis clos pendant la guerre d’Espagne. x En 1936, alors que la duchesse d’Arlanza se baigne nue dans la piscine intérieure de son château, Romulo le jardinier vient s’entretenir avec sa camériste. La duchesse l’invite à entrer. Elle est nue mais qu’importe, puisqu’il n’est qu’un jardinier. Avant d’entrer et de découvrir la nudité … Lire la suite

Lecture BD : « L’art de voler » (Antonio Altarriba & Kim)

Le fol hommage d’un fils à son père, et la traversée de 90 ans d’histoire espagnole, de 1910 à 2000. x RELECTURE Publiée en 2009, traduite en français en 2011 par Alexandra Carrasco chez Denoël Graphic, la sixième bande dessinée du romancier, essayiste et scénariste espagnol Antonio Altarriba, illustrée par son compatriote Kim, fut celle … Lire la suite

Note de lecture : « Une méditation » (Juan Benet)

Le magnifique deuxième roman de Juan Benet, dont les vrais héros sont sans doute les pièges de la mémoire. x Publié en 1970, traduit en français seulement en 2007 par l’excellente Claude Murcia au Passage du Nord-Ouest, le deuxième roman de Juan Benet poursuit la création de son Yoknapatawpha personnel, en inscrivant cette curieuse « histoire » … Lire la suite