☀︎
archives

Grande bourgeoisie

Ce tag est associé à 5 articles

Note de lecture : « Les mécomptes du capitaine Fortin » – Mary Lester 45 (Jean Failler)

Jeunesse dorée finistérienne et machinations de trafiquants bien introduits pour cette 45ème enquête de la policière de Quimper. x Une gifle claqua, une femme poussa un cri perçant et la musique assourdissante se tut, créant un silence formidable. Cependant les spots de lumière explosaient toujours si bien que les danseurs, abrutis par l’intensité des sons, … Lire la suite

Note de lecture : « Le Président des riches » (Michel Pinçon & Monique Pinçon-Charlot)

Les deux sociologues des riches sortaient alors du bois, et tapaient dur. x x Publié à La Découverte en 2010, le dernier ouvrage en date, pour une lecture début 2011, des deux sociologues spécialistes de la (grande) bourgeoisie, ce nouveau livre frappe d’emblée par un changement drastique de ton, expliqué dans les premières pages : … Lire la suite

Note de lecture : « Par effraction » (Hélène Frappat)

Les chutes de films de la disparition de la vie privée, en une sublime et insidieuse métaphore poétique et fantastique. x Publié en 2009 chez Allia, deux ans après l’excellent « L’agent de liaison », le troisième roman bref d’Hélène Frappat, couronné alors d’une mention spéciale du prix Wepler, enchante et déroute la lectrice ou le lecteur, … Lire la suite

Note de lecture : « Fado Alexandrino » (Antonio Lobo Antunes)

Avant, pendant et après la révolution des Œillets, le magistral « Tout change, rien ne change » du Portugal et de la violence humaine. x Publié en 1983 au Portugal, traduit en français en 1987 par Pierre Léglise-Costa et Geneviève Leibrich chez Albin Michel (et réédité chez Métailié en 1998), le cinquième roman d’Antonio Lobo Antunes, écrit … Lire la suite

Note de lecture : « Cette nuit, je l’ai vue » (Drago Jančar)

Le récit tragique de la destruction d’une liberté et d’un malentendu historique en Yougoslavie. x Publié en 2010, traduit en français en 2014 par Andrée Lück-Gaye chez Phébus, le dixième roman du Slovène Drago Jančar conduit une furieuse relecture d’une période sombre de l’ex-Yougoslavie, celle de la marche insouciante à la deuxième guerre mondiale, de … Lire la suite