☀︎
archives

Générosité

Ce tag est associé à 6 articles

Note de lecture : « Requiem pour une apache » (Gilles Marchand)

Une fable alerte, poignante et paradoxalement enjouée pour un moment bien particulier de la vie de certains humiliés et offensés – lorsque la farce et le tragique se mêlent si étroitement dans la poésie et dans la musique. x Parution : 21 août 2020 Il aurait fallu commencer par le début mais le début, on … Lire la suite

Note de lecture : « Mama Red » (Bren McClain)

Le mythe de l’instinct maternel et la manière dont la société en use, à travers une extraordinaire métaphore fermière au long cours, dans la Caroline du Sud des années 1950. x Comme le disait fort simplement et joliment Daniel James Sundahl dans la Southern Literary Review : « Ce roman traite d’une femme qui parle à une … Lire la suite

Note de lecture : « Face au vent » (Jim Lynch)

Voile, famille, épistémologie et amour. Un roman exceptionnel. x Einstein n’était pas un grand navigateur, et peut-être même pas un navigateur médiocre. Il ne faisait ni courses ni croisières, mais il comprenait cet agréable mélange d’action et d’inaction, le frisson qu’il y a à glisser dans la béatitude scintillante au coucher du soleil. Beaucoup d’entre … Lire la suite

Note de lecture : « La chaîne d’or » (Alexandre Grine)

Un bref et fascinant roman d’aventures russe de 1925, teinté d’un profond surréalisme. x « Le vent soufflait… », ayant écrit ces mots, je renversai l’encrier d’un geste maladroit, et la couleur de la petite flaque brillante me fit ressouvenir de la noirceur de cette nuit-là, quand j’étais couché dans le poste d’équipage de « L’Espagnole ». Cette coquille … Lire la suite

Note de lecture : « Avec Bastien » (Mathieu Riboulet)

Comprendre la complexe beauté d’une vie derrière le corps nu qu’en offre la caméra. x Dans ces 110 pages publiées en 2010 chez Verdier, Mathieu Riboulet dresse le portrait extraordinaire – intime et rugueux, tendre et malin – d’un homme. D’un homme que le narrateur, qui l’a d’abord entrevu au hasard d’une vidéo pornographique, a … Lire la suite

Note de lecture : « Le mystère de Séraphin Monge » (Pierre Magnan)

Le roman machiavélique de l’amour – presque – plus fort que la mort, dans la Provence alpine de 1920-1945. x Publié en 1990 chez Denoël, six ans après « La maison assassinée », « Le mystère de Séraphin Monge » en constitue à la fois la suite et l’éclairage d’un certain nombre de zones d’ombre qui y avaient été … Lire la suite