☀︎
archives

Fraternité

Ce tag est associé à 6 articles

Note de lecture : « Comme si le monde flottait » (Benoît Jeantet)

Trente-quatre nouvelles pour nous parler en beauté de rugby, d’intime, de politique et de bien d’autres choses épaisses et poétiques. x Je revois encore le long cortège de ces hommes happés par le brouillard, ces hommes fiers, bâtis à chaux et à plâtre, la peau tannée par les excès de jeunesse : cette maladie si … Lire la suite

Note de lecture : « Ces histoires qui arrivent » (Roberto Ferrucci)

L’histoire poignante et poétique d’une rencontre et d’une amitié littéraires. x Il y a des années, j’avais recopié ces mots de lui : Les histoires ne commencent pas et ne finissent pas, elles arrivent. Je suis sûr de les avoir recopiés pendant que j’écrivais mon mémoire de maîtrise, de les avoir soulignés, appris par coeur. … Lire la suite

Note de lecture : « Les Venues » (Jérôme Lafargue)

La douleur de l’exil et la force de l’espoir saisies en un instant magique entre dune et pinède. x Un homme seul sur la dune d’une plage landaise, le regard fixé sur l’horizon marin. Deux gamins qui jouent au foot à proximité. Un minuscule village isolé de tout ou presque, entre estran et pinède à … Lire la suite

Lecture BD : « Dǎs KämpF » (-Vaughn Bodé)

Cent vignettes poétiques et caustiques pour dire drôlement la guerre absurde. x x Publiées pour la première fois en 1963 sous forme d’un simple portfolio artisanal, éditées en recueil en 1977, deux ans après le décès de l’auteur, et enfin traduites en français en 2013 par Jean-Paul Gabilliet aux éditions Aux Forges de Vulcain, dans … Lire la suite

Note de lecture : « Atlas des reflets célestes » (Goran Petrović)

La fantaisie comme ruse de guerre, kit de survie et arme fatale. Un immense roman à cinquante-deux étages. x Publié en 1993 en Serbie, traduit en français en 2015 par Gojko Lukić dans la belle collection Notabilia de Noir sur Blanc, le premier roman de Goran Petrović marquait, d’emblée, l’apparition d’un auteur contemporain majeur, droit … Lire la suite

Note de lecture : « Gueules » (Andréas Becker)

La langue brisée des gueules cassées, entre horreurs et médailles. x Publié en mars 2015 aux éditions d’En Bas, le troisième texte d’Andréas Becker, après « L’effrayable » (2012) et « Nébuleuses » (2013), surprend, désarçonne, effraie même, avant d’engendrer la sidération et de démontrer à quel point cet auteur est un très rare inventeur de langage. « L’effrayable » avait … Lire la suite