☀︎
archives

France et Algérie

Ce tag est associé à 7 articles

Note de lecture : « Le thé au harem d’Archi Ahmed » (Mehdi Charef)

Un coup de projecteur cru et fort, tendre et paradoxal, sur le creuset de la haine sociale en 1980. x Publié en 1983 au Mercure de France, le premier roman de Mehdi Charef, fils d’immigrés algériens ayant connu les cités provisoires et le grand bidonville de Nanterre dans les années 1960 et 1970, lui-même ouvrier … Lire la suite

Note de lecture : « 1962, le dernier voyage » (Mehdi Charef)

Le dernier train pour l’exil : sept personnes à quai pour dire la tragédie. x Fumiers d’indigènes, macaques, fellouzes de mon cul ! La France, la vraie, représentée par Barnabé ici même… (Il se tape sur la poitrine) …valeureux cheminot de la grande famille de la SNCF qui a tant œuvré pour vous en amenant … Lire la suite

Note de lecture bis : « Kaddish pour un orphelin célèbre et un matelot inconnu » (Emmanuel Ruben)

Magnifique adresse, hypnotique et tourmentée, à un grand-père disparu, dans les méandres d’une mémoire hantée par l’histoire algérienne. x Emmanuel Ruben part avec sa seule plume à la recherche de son grand-père, juif pied-noir, matelot inconnu, homme parti trop tôt d’un seul coup de feu – PAN, à bout portant – et qui fit de … Lire la suite

Note de lecture : « Des pierres dans ma poche » (Kaouther Adimi)

Jeune femme seule en exil cherche sa place entre deux mondes. x Jeune femme algérienne célibataire exilée d’Alger à Paris depuis plusieurs années, la narratrice de «Des pierres dans ma poche» travaille dans une petite maison d’édition. Bien installée dans sa vie professionnelle et son petit appartement, elle vit seule. Seule parce qu’«on ne se fait … Lire la suite

Note de lecture : « Je n’ai pas eu le temps de bavarder avec toi » (Brahim Metiba)

Intense dialogue solitaire du fils, au fil des bus, en l’absence du père, jouant de la futilité pour traquer les bribes d’un sens espéré. x À paraître le 15 octobre prochain chez Mauconduit, cette « suite » du subtil et poignant « Ma mère et moi » de Brahim Metiba reprend le fil du récit quasiment là où il … Lire la suite

Note de lecture : « Ma mère et moi » (Brahim Metiba)

Ardente mélopée de l’incommunicabilité, malgré l’amour, l’effort et l’imagination. x Publié en mars 2015 aux éditions Mauconduit, le premier roman de Brahim Metiba offre, en cinquante pages d’une saisissante simplicité, une bien singulière expérience de lecture. Un fils visite sa mère, rentrée en Algérie à la retraite, tandis que lui vit sa vie, en France. … Lire la suite

Note de lecture : « Kaddish pour un orphelin célèbre et un matelot inconnu » (Emmanuel Ruben)

Réinventer une Algérie et un monde entier dans l’image froissée d’un grand-père suicidé. x Publié en 2013 aux éditions du Sonneur, le deuxième roman du géographe et écrivain Emmanuel Ruben propose une quête personnelle sur les traces d’un grand-père juif pied-noir suicidé, en forme à la fois d’adresse intime et de parcours intense de l’histoire … Lire la suite