☀︎
archives

Fiabilité de la narration

Ce tag est associé à 7 articles

Note de lecture : « Noir canicule » (Christian Chavassieux)

24 heures de fournaise sous le brûlant soleil et dans la sécheresse des nuits de l’été 2003, 24 heures d’entrelacement machiavélique de trames inattendues, 24 heures de noirceur surgissant là où on ne l’attendait certainement pas. x Henri ce matin-là. Henri comme chaque matin n’avait pas eu besoin de réveil. L’arrivée du taxi n’en était … Lire la suite

Note de lecture : « Actions spéciales » (Jean-Hubert Gailliot)

Un fascinant chef-d’œuvre de manipulation du lecteur à travers le narrateur, d’hommage au second degré et de magie profonde des faux-semblants et des miroirs aux alouettes.  L’aventure, est-ce l’aventure ? x Je traînais mon ennui et ma peine le long de la côte catalane. Tout a changé le jour où je suis tombé sur Kepler, … Lire la suite

Note de lecture : « I am vampire » (Romain Ternaux)

La rage cocasse et obscure du vampire contemporain qui s’ignore, en artiste raté et en loser peu sympathique. Un tour de force à rebondissements. x En retard comme d’habitude, et je vois dans les yeux de Yann que plusieurs fûts ont déjà défilé. Je mets de plus en plus de temps à sortir de mon … Lire la suite

Note de lecture : « Maldonnes » (Serge Quadruppani)

Merveilleux de causticité, d’humour, de tendresse et d’allant, un polar en forme de somme politique provisoire, où la vengeance est bien glacée, l’avidité bien déchaînée, et l’amour bien présent, même s’il porte ses propres complexités. x Dans le Limousin, et ailleurs sans doute aussi, on dit des chats et des chiens que ce sont « des … Lire la suite

Note de lecture : « Toi » (Zoran Drvenkar)

Somptueux et original thriller polyphonique, tortueux cheminement des âmes mortes. x Publié en 2010, traduit en français en 2012 chez Sonatine par Corinna Gepner (dont le travail ici, après celui sur « Sorry », est à nouveau impressionnant de justesse et d’allant), le quatrième roman (hors littérature jeunesse) de l’Allemand Zoran Drvenkar parvient à nouveau à proposer … Lire la suite

Note de lecture : « L’occasion » (Juan José Saer)

Une épopée argentine désenchantée par Juan José Saer. x Humilié par les positivistes dans une salle de spectacles parisienne, Bianco, télépathe aux pouvoirs divinatoires, qui se prétendait capable de soumettre la matière à la volonté de son esprit, a émigré depuis quelques années en Argentine afin de changer d’air, de reconstruire sa vie, et de prouver … Lire la suite

Note de lecture bis : « Glose » (Juan José Saer)

Le roman rayonnant de la vie engluée dans la viscosité des récits, de la fragilité triomphant pourtant du doute, au long d’une rue argentine. x Publié en 1986, traduit en français en 1988 par Laure Bataillon, le septième roman de l’Argentin Juan José Saer, longtemps introuvable dans notre langue, vient d’être réédité aux captivantes éditions … Lire la suite