☀︎
archives

Farce

Ce tag est associé à 68 articles

Note de lecture : « Invasion » (Luke Rhinehart)

Une invasion extraterrestre pour, littéralement, jouer – que seule la sérieuse paranoïa des dirigeants américains peut transformer si aisément en tragédie ordinaire. Une satire à l’emporte-pièce par l’auteur de « L’homme-dé ». x Là-haut, sur le toit, j’ai vu un ballon de basket poilu. Plus gros qu’un ballon de basket, en fait, plutôt un ballon de plage, … Lire la suite

Note de lecture : « Albert et l’argent du beurre » (Laurent Rivelaygue)

Détournement joyeux de sitcoms et hommage flamboyant au Belmondo du « Magnifique », au rythme d’une somptueuse mitrailleuse à zeugmas. x Bruce gara la Forsche dans la cour de la maison ajourée. La bâtisse surplombait un parc de belle profondeur, un village provençal tirant sur le jaune et offrait, plus loin, une vue sur la mer qui … Lire la suite

Note de lecture : « La fin du monde est plus compliquée que prévu » (Franck Thomas)

Un hilarant foisonnement apocalyptique, un sens consommé de la farce, qui nous emmènent à cent à l’heure dans une joyeuse absurdité tragique. x Longtemps, il s’était couché de bonne heure. Cela ne l’avait pourtant pas empêché de mourir dans la force de l’âge, tout Chef Suprême de la République populaire et démocratique de Corée qu’il … Lire la suite

Note de lecture : « Substance » (Claro)

Aux frontières mystérieuses de la vie, de la mort et de l’identité humaine, un conte farceur, rusé, ambigu, et diaboliquement poétique. x Les mystères sont des monstres patients. La chambre de la Tante était toujours fermée à double tour. Toujours. Deux fois la clé dans la serrure tournait, d’abord dans le sens des aiguilles d’une … Lire la suite

Note de lecture : « Valeurs ajoutées » (Frédéric Moulin)

Le collage pop culturel ultime pour exprimer le fantasme vain de domination politique par la consommation effrénée. Joliment fou et savoureux. x Jugement. À quoi comparer cette génération ? Elle ressemble à des gamins qui, adossés aux murs vautrés près des fontaines du centre commercial, en interpellent d’autres en disant : « Nous avons joué de … Lire la suite

Note de lecture : « Unité 8200 » (Dov Alfon)

Entre un enlèvement à Roissy et un centre ultra-secret du renseignement israélien, une plongée remarquable dans un monde d’ombres et de magouilles impavides, par un fin connaisseur de l’Israël contemporain. x Neuf passagers furent témoins de l’enlèvement de Yaniv Meidan à l’aéroport Charles-de-Gaulle, sans compter les centaines de milliers d’internautes qui regardèrent les images de … Lire la suite

Note de lecture : « Manaraga » (Vladimir Sorokine)

Un fabuleux et hautement métaphorique thriller d’anticipation, à base d’art de cuisiner la littérature, (presque) stricto sensu. x Soir : Brochettes d’esturgeon grillées à L’Idiot. Roman bon poids, 720 grammes, du massif, 509 pages, papier vélin, reliure pleine toile. A largement suffi pour huit brochettes. Comme convenu, le client et ses sept invités avaient solennellement … Lire la suite

Note de lecture : « La guerre en douce » (Frederik Pohl)

Un roman de 1981, un peu raté mais néanmoins fort intéressant, avec glissement énergique de l’action secrète des Etats. x RELECTURE Publié en 1981, traduit (remarquablement) en français en 1986 par Nathalie Serval chez La Découverte, ce roman de Frederik Pohl est un bon exemple de la manière dont l’auteur, régulièrement, sut s’emparer d’idées prometteuses … Lire la suite

Note de lecture : « Un souvenir de Loti » (Philippe Curval)

Utiliser la matrice du space opera pour confronter Épicure et l’amour fou à la mort et à la fin. x Maintenant on nous a laissés seuls, tandis que les ordres de la nige s’exécutent. Je tends l’oreille, accroupi sur mon cube d’espace, au milieu de la blancheur de ce tapis de fourrure. Marjorie se glisse … Lire la suite

Note de lecture : « Black Bottom » (Philippe Curval)

Une Venise d’art contemporain extrême ou dévoyé, une farce tragique et ravageuse, une rare histoire d’amour fou. x – Tranquille ! D’abord, tu nous racontes. – C’est une longue histoire, qu’il commence. Rayé. Je préfère dicter dans l’iCortex ce qui nous avoue pour saisir le vif du sujet à ma façon. « Douglas Holm, c’est la … Lire la suite