☀︎
archives

Esthétique

Ce tag est associé à 17 articles

Lecture BD : « L’art invisible » (Scott McCloud)

Réalisée en bande dessinée en 1993, la première bible théorique spécifique du neuvième art. Un must pour toute amatrice ou amateur, et au-delà. x Scott McCloud a trente-trois ans lorsque, après l’aventure parodique de son comics « Zot ! », menée de 1984 à 1991, lorsqu’il publie en 1993 « L’art invisible », « bande dessinée à propos de bandes … Lire la suite

Note de lecture : « Génération Propaganda – L’histoire oubliée de ceux qui ont conquis Hollywood » (Benoît Marchisio)

Un intense moment d’archéologie culturelle, lorsque le clip, la pub et le cinéma se sont entremêlés pour ne plus jamais ensuite être les mêmes. x C’est au Los Angeles Theater, bâtiment mythique planté au beau milieu du centre ville de la Cité des anges, que cette fête d’exception aura lieu en décembre 1989. A l’époque, … Lire la suite

Note de lecture : « Aristoï » (Walter Jon Williams)

Un space opera de 1992,  hybride et rusé, qui intègre les nanotechnologies et les personnalités multiples dans une expérimentation socio-politique à vaste échelle, auquel il ne manquait sans doute pas grand-chose pour être un vrai chef-d’œuvre. x RELECTURE Gabriel entra au bras  d’Akwasibo et salua quelques connaissances d’un hochement de tête. – J’aimerais pouvoir dire … Lire la suite

Note de lecture : « Un monde parfait selon Ghibli » (Alexandre Mathis)

Un magnifique essai pour saisir l’essentiel de ce qui relie et enchante Totoro, Mononoké, Chihiro, Porco Rosso et les autres créations du studio japonais. x « Le Château dans le ciel » (1986), « Mon voisin Totoro » (1988), « Porco Rosso » (1992), « Princesse Mononoké » (1997), « Le voyage de Chihiro » (2001), « Le vent se lève » (2013) : ces six films, … Lire la suite

Les libraires d’un soir chez Charybde

Mois après mois, les choix de nos libraires invités. x Chaque mois depuis octobre 2011, une actrice ou un acteur littéraires que nous apprécions tout particulièrement nous fait la gentillesse de venir parler chez Charybde, le soir, de livres aimés qui ne sont pas « les siens ». À la demande générale, en plus du billet de … Lire la suite

Note de lecture : Artichaut 1 : « Révolutions » (Revue)

Sous le signe hautement métaphorique des révolutions, le premier numéro d’une superbe revue dédiée à la jeune création littéraire et artistique. x C’est grâce à Frédéric Fiolof (lui-même l’un des animateurs essentiels de la superbe revue La Moitié du Fourbi) – qui est l’invité du numéro 3 de cette revue dédiée à la jeune création … Lire la suite

Note de lecture : « Louange de l’ombre » (Tanizaki Jun’ichirô)

« Nous, les Orientaux, là où il n’y a rien nous faisons surgir l’ombre et cela crée de la beauté. » x La nouvelle traduction de Ryoko Sekiguchi et Patrick Honnoré pour les éditions Philippe Picquier permet de goûter à nouveau à l’éclat et à la poésie de ce texte culte, essai publié en 1933 et initialement … Lire la suite

Note de lecture : « Brouhaha – Les mondes du contemporain » (Lionel Ruffel)

Un essai lumineux et éclectique pour tenter d’appréhender ce qui fait du contemporain ce qu’il est. x Publié début 2016 chez Verdier, le troisième essai du professeur de littérature comparée Lionel Ruffel (en plus des trois ouvrages collectifs qu’il a coordonnés), après « Le dénouement » (2005) et « Volodine post-exotique » (2007), propose une synthèse provisoire de son … Lire la suite

Note de lecture : « La propension des choses » (François Jullien)

Traquer la notion chinoise de « potentiel » (shi/che, 势) à travers la stratégie militaire, la philosophie politique et l’esthétique. x Publié en 1992 au Seuil, le sixième essai du philosophe et sinologue François Jullien succédait à son intriguant et pénétrant « Éloge de la fadeur » (1991), et se proposait d’étendre la tentative de compréhension du « potentiel » dans … Lire la suite

Note de lecture : « L’astringent » (Ryoko Sekiguchi)

Saveur japonaise et de l’entre-deux. x Au cours de son expérience singulière du bilinguisme, entre les langues japonaise et française, Ryoko Sekiguchi a buté sur le mot astringent, ou plutôt sur l’écart entre ses significations françaises – où le mot désigne une substance qui a pour propriété de resserrer les tissus, ou, en tant qu’adjectif, … Lire la suite