☀︎
archives

Enfermement

Ce tag est associé à 13 articles

Note de lecture : « Jeanne L’Étang » (Perrine Le Querrec)

Trouver la tendresse au cœur des enfermements : Jeanne et la Salpêtrière. x Ma mère n’est pas folle. Elle est mon amie. Je suis la poupée préférée de ma mère. Traces blanches, traînées rouges, silence noir, je m’habille de ses lambeaux ; le visage tourné vers la fenêtre, j’attends le bruit de ses pas, je … Lire la suite

Note de lecture : « La folie arctique » (Pierre Déléage)

Missionnaire et paranoïaque, ethnologue et obsessionnel, une figure rare du Grand Nord canadien. x À la mission du fort Good Hope il faisait nuit tout l’hiver et les températures, au mois de janvier, ne dépassaient presque jamais – 30°. Émile Petitot y devint le missionnaire des Déné Peaux-de-Lièvre tandis que son confrère, Jean Séguin, se … Lire la suite

Note de lecture : « Le Temps des immortelles » (Karsten Dümmel)

L’ancienne machine est-allemande à broyer les âmes, dans une spirale d’enfermement intérieur dont se dégage une étrange poésie. x La vieille aciérie était propriété du peuple à l’instar de la rue et du quartier. Seule la ville n’appartenait à personne – elle était déchirée, à l’image du pays et de ses habitants. Reposant encore dans … Lire la suite

Note de lecture : « Bara Yogoï » (Léo Henry, Jacques Mucchielli & Stéphane Perger)

Sept autres lieux, terribles et somptueux, de la mythique Yirminadingrad. x RELECTURE C’est en 2010 que le deuxième étage de l’étonnante fusée de Yirminadingrad prit son envol : après les 21 nouvelles de « Yama Loka Terminus » en 2008, l’engouement bien compréhensible de l’association Dystopia Workshop (originellement développée pour favoriser la venue d’auteurs d’imaginaire « sans actualité » … Lire la suite

Note de lecture : « Vue sur l’ossuaire » (Antoine Volodine)

Immortalité de la littérature des marges. x Maria Samarkande et Jean Vlassenko, deux écrivains unis par un amour que ni la barbarie ni la mort ne pourront entièrement effacer, sont enfermés arbitrairement et torturés par le pouvoir, la Colonie, qui voudrait leur faire avouer que «Vue sur l’ossuaire», un ensemble de récits qu’ils ont écrit … Lire la suite

♥︎ Charybde 1 : « La sauvage » (Jenni Fagan)

Une expérience ou bien l’Expérience ? L’énergie de vivre là où la folie affleure. x C’est pareil en taule ou à l’asile : notoriété égale respect. Genre, si t’as été dans un foyer avec un vrai psychopathe et qu’il dit que t’étais cool ? Alors tu seras un peu plus en sécurité dans le prochain. … Lire la suite

Note de lecture : « Fragmentation d’un lieu commun » (Jane Sautière)

Souvenirs fragmentaires, pour que le monde carcéral ne tombe pas dans l’oubli. x «1 – J’ai commencé ce texte lorsque je vous au écouté. Il ne s’agit pas d’écrire une souffrance (la vôtre ou la mienne). Il s’agit d’être là. » x Avec ce texte en cent fragments numérotés, Jane Sautière témoigne de son expérience passée d’éducatrice pénitentiaire, … Lire la suite

Note de lecture : « Césarine de nuit » (Antoine Wauters)

De l’innocence du lait à la violence du rejet et de l’enfermement. Magnifique. x «La nuit point. Césarine ouvre l’œil. Où elle dort à demi et touche quelques objets : chaque pierre petite, piétinée par oubli, un peu de sève, un minuscule chardon. Dans le cru, la crudité de l’aube, la lumière blanche qui la tient … Lire la suite

Note de lecture : « Entre les deux il n’y a rien » (Mathieu Riboulet)

Une intense écriture de la naissance des engagements et du refus de la résignation. x Publié en septembre 2015 chez Verdier, le douzième texte solo de Mathieu Riboulet, s’il inclut la quête adolescente et post-adolescente de la révélation du corps des hommes qui parcourait déjà plusieurs de ses œuvres précédentes (dit-on), l’inscrit ici dans un … Lire la suite

Note de lecture : « Epépé » (Ferenc Karinthy)

Inoubliable fable dystopique sur l’extraordinaire difficulté de ne pas se résigner, dans un monde oppressant et incompréhensible. x Ferenc Karinthy (1921-1992), auteur hongrois prolixe à ce jour peu traduit en français, et fils du célèbre écrivain Frigyes Karinthy, publia «Épépé», qu’il considérait lui-même comme son œuvre majeure, en Hongrie en 1970. Budaï, un linguiste hongrois en partance … Lire la suite