☀︎
archives

Détective privé

Ce tag est associé à 14 articles

Note de lecture : « Tatouage » – Pepe Carvalho 1 (Manuel Vázquez Montalbán)

Entre Barcelone et Amsterdam, dans les plis de l’hédonisme et du politique, la naissance de l’un des plus puissants et attachants personnages du roman noir contemporain. x RELECTURE La salle sentait les rognons au xérès. Carvalho chercha une table dans un coin d’où il pourrait avoir une vue d’ensemble, tandis que l’air alourdi d’effluves de … Lire la suite

Note de lecture : « Hôtel Jasmin » (Jasmin Ramadan)

Une étrange disparition, des actes typiques et atypiques, une étonnante enquête entre Hambourg et Le Caire x Le jour de son vingt-troisième anniversaire, en fin d’après-midi, Roland Tarpenbek décida d’aller signaler la disparition de sa mère. Dans la nuit, une idée obsédante avait envahi ses pensées, s’était ensuite propagée dans son sommeil et se révélait … Lire la suite

Note de lecture : « Flingue sur fond musical » (Jonathan Lethem)

Du polar hard-boiled dans une discrète dystopie science-fictive : le très bon premier roman de Jonathan Lethem, en 1994. x Elle était là quand je me suis réveillé, je le jure. L’intuition. C’était deux semaines après que j’eus laissé tomber ma dernière affaire, un boulot pour Maynard Stanhunt. L’intuition était là avant que je ne … Lire la suite

Note de lecture : « Chroniques » (Jean-Patrick Manchette)

Vingt ans de chroniques de polars et de précieuses digressions apparentes, passionnées et passionnantes. x RELECTURE Publié en 1996 chez Rivages, un an après la mort de Jean-Patrick Manchette, ce recueil regroupe un large échantillon de chroniques écrites par le romancier pour divers supports et dans diverses circonstances, entre 1976 et 1995,  sélectionnées par François … Lire la suite

Note de lecture : « Mapuche » (Caryl Férey)

L’Argentine de 2011, ses tortionnaires toujours impunis, ses enfants kidnappés en 1976-1983 au profit de leurs riches complices de l’époque. x x Publié en 2012 dans la Série Noire de Gallimard, le treizième roman de Caryl Férey, dont j’avais déjà beaucoup apprécié auparavant les deux romans « néo-zélandais » – « Haka » (1998) et « Utu » (2004) – ainsi … Lire la suite

Note de lecture : « Rue de la Cloche » – Trilogie Krachevski 2 (Serge Quadruppani)

Grands travaux, spéculations immobilières, guerre du Golfe et gros cadeaux entre amis (ou non). x Publié un an après « Y », chez Métailié, en 1992, « Rue de la Cloche » est le deuxième volume de la souple série policière (bien) noire de Serge Quadruppani, sa première intrusion dans le genre, que j’ai choisi de nommer, du nom … Lire la suite

Note de lecture : « Y » – Trilogie Krachevski 1 (Serge Quadruppani)

Le premier roman (très) noir de Serge Quadruppani, en 1991, et son grand Émile K. x Publié en 1991 chez Métailié, le premier roman noir de Serge Quadruppani était le premier volume d’une souple trilogie constituée autour d’un personnage particulier, énigmatique ex-gendarme d’élite devenu privé de haut vol, Émile Krachevski, et avait donc deux suites … Lire la suite

♥︎ Charybde 1 : « Désert américain » (Percival Everett)

Un mort revenu à la vie pour percer avec empathie l’envers du décor américain. x x « Maman, dit Perry, je veux rentrer à la maison. – Dès qu’on aura trouvé un beau cercueil pour papa, mon chéri, répondit Gloria. Viens regarder le catalogue avec maman. » Professeur raté, père et époux médiocre, Theodore Larue roule vers … Lire la suite

Note de lecture : « Le lézard noir » (Edogawa Ranpo)

Une enquête policière en apparence classique, et une belle porte d’entrée dans l’œuvre de ce magnifique illusionniste, Edogawa Ranpo. x Initialement publié en 1934 sous forme de feuilleton, traduit par Rose-Marie Makino-Fayolle pour les éditions Philippe Picquier en 1993, ce roman rocambolesque et virevoltant d’Edogawa Ranpo peut constituer une belle introduction à l’œuvre de celui qui … Lire la suite

Note de lecture : « Un pendu ressuscité » (Denis Johnson)

Stone fiction. x Est-ce parce que Leonard English a réchappé à sa tentative de suicide par pendaison, est-ce parce qu’il a l’air en permanence d’être soûl ou drogué que le texte, reflet des méandres hallucinées des pensées de son héros, semble lui-même être ivre ? Leonard English était vendeur de gros matériel médical. Ce métier lui … Lire la suite