☀︎
archives

Désir

Ce tag est associé à 22 articles

Note de lecture : « Dans la solitude des champs de coton » (Bernard-Marie Koltès)

Un dealer, un client, et c’est tout. En 50 pages, le concentré de poésie théâtrale de l’économie marchande, du désir et du fantasme, mise à nu. x RELECTURE Un deal est une transaction commerciale portant sur des valeurs prohibées ou strictement contrôlées, et qui se conclut, dans des espaces neutres, indéfinis, et non prévus à … Lire la suite

Note de lecture : « Bernard-Marie Koltès » (Arnaud Maïsetti)

Une magnifique biographie de Bernard-Marie Koltès, concoctée au plus près de sa création et de son écriture. x Pour ma part, j’ai seulement envie de raconter bien, un jour, avec les mots les plus simples, la chose la plus importante que je connaisse et qui soit racontable, un désir, une émotion, un lieu, de la … Lire la suite

Note de lecture : « Numbers » (John Rechy)

Los Angeles, années 1960. Sexualité débridée, désir refoulé et obsession comptable, dans l’arène de Griffith Park. x Il a quitté Phoenix au matin à l’aube naissante, lorsque le monde est mauve ; et il a aperçu, sur l’autoroute, des nuées d’oiseaux fantomatiques attroupés sur la chaussée, à la recherche de Dieu sait quoi – sûrement … Lire la suite

Note de lecture : « Lykaia » (DOA)

Dans l’enfer vide – et se voulant pourtant habité – du désir extrême et contraint, et de son illusoire transgression. Impressionnant. x De ces lieux dont on ne revient plus, ces dédales où les corps et leurs âmes, libres, s’égarent avec volupté. Elle en rêve, la Fille aux cheveux écarlates, tandis qu’elle tressaute vers l’abîme, … Lire la suite

Note de lecture : « Décor Lafayette » (Anne Savelli)

Une formidable sémiologie contemporaine du grand magasin – et de bien d’autres choses – par la grâce d’une géographie urbaine dérivante et d’un imaginaire mobilisé. x Absurde d’écrire sur les grands magasins. Les grands magasins n’existent plus, réduits à des affiches, soldes, blanc, saint Valentin, Noël que les touristes chinois découvrent dans le métro, des … Lire la suite

Note de lecture : « La toile » (Sandra Lucbert)

Vie et mort d’une start-up numérique, formidables liaisons dangereuses contemporaines. x Avis au lecteur Autant prévenir : je m’exprime sous contrat. les phrases, je ne les ai pas écrites. Je n’ai pas choisi un seul mot. Je ne suis pas convaincu par ce livre, je ne veux pas vous convaincre de l’ouvrir. Point de lyrisme … Lire la suite

Note de lecture : « Élise et Lise » (Philippe Annocque)

La belle et terrifiante morphologie du conte de la consommation mimétique. x x À nouveau, Philippe Annocque frappe fort et subtilement à la fois. Malaxant avec une légèreté apparente qui pourrait toucher au détachement tragique une histoire simple à première vue, celle d’une amitié juvénile entre deux jeunes étudiantes, il invente un nouveau dispositif spécifique … Lire la suite

Note de lecture : « Le roi pêcheur » (Julien Gracq)

L’inattendu roman du Graal de Gracq, au théâtre. x Écrit en 1942-1943, publié en 1948 (naturellement chez José Corti), « Le roi pêcheur », adaptation bien personnelle d’un moment décisif du mythe du Graal, reste la seule incursion de Julien Gracq dans le théâtre. Mise en scène en 1949 par Marcel Herrand au théâtre Montparnasse (avec Lucien … Lire la suite

Note de lecture : « Les machines à désir infernales du Dr. Hoffman » (Angela Carter)

Singuliers et somptueux mémoires d’une guerre contre la belle irréalité naissant du désir et de l’imagination. x Desiderio est un authentique héros de guerre. Au soir de sa vie, il nous livre ses mémoires en un récit échevelé, mélange grisant et détonant d’humilité et d’épopée. Mais attention, il ne s’agit pas ici de n’importe quelle … Lire la suite

Note de lecture : « Makeup Artist » (Alex Porker)

Dans la maladie cosmétique au Royaume Enchanté de l’hyper-enfance. x Publié en 2010 chez Alexipharmaque, le premier roman d’Alex Porker, déjà auteur de l’étonnant recueil de nouvelles « Fermons les yeux, faisons un vœu », chez Hermaphrodite en 2008, poursuivait résolument son exploration de ce qu’il appelle l’ hyper-enfance, cette créature collective fictionnelle qui pourrait bien être … Lire la suite