☀︎
archives

Déliquescence

Ce tag est associé à 29 articles

Note de lecture : « The Only Ones » (Carola Dibbell)

Une vertigineuse éducation sur le tas, dans la jungle des pandémies et des opérations génétiques de fortune. x C’est ça qu’ils veulent d’habitude là où je bosse. C’est débile, mais plein de gens se mettent dans la tête que s’ils arrivent à baiser avec une vivace de Powell’s Cove, ils vont pas mourir… et ben … Lire la suite

Note de lecture bis : « Meursault, contre-enquête » (Kamel Daoud)

Variation et réappropriation de la langue et de l’Histoire algérienne, en comblant les blancs de «L’étranger» de Camus. x Dans ce roman paru en 2013 en Algérie aux éditions Barzakh, après son recueil de nouvelles poétiques et rageuses «Le Minotaure 504», puis chez Actes Sud en 2014, confondant l’auteur et l’assassin de «L’étranger», Camus et Meursault, Kamel Daoud, écrivain … Lire la suite

Note de lecture : « La peau, l’écorce » (Alexandre Civico)

Post-barkhanisation des conflits de basse intensité et déliquescence cuarónienne des fils de l’homme. Sombre et éclatant, intense et somptueux. x Il faut laisser pousser la nuit. Il la faut bien noire. Enfouis sous la dune. Immobiles. Nous attendons. Pour l’instant, le soleil nous brûle. Rien à voir avec ces lueurs méridionales fluettes qu’on allait chercher, … Lire la suite

Note de lecture : « Ienisseï » (Christian Garcin)

La descente d’un singulier fleuve sibérien, et une incursion en Biélorussie, par un grand voyageur toujours incisif. x Le 22 juillet 2012, au moment même où, à l’initiative des mouvements « Famille, Amour, Patrie », « Concile populaire », « Pour la foi orthodoxe », ainsi que d’autres organisations orthodoxes et patriotiques, plusieurs centaines de personnes, dont l’archiprêtre Vsevolod Tchapline, chef … Lire la suite

Note de lecture : « La Disparition de la chasse » (Christophe Levaux)

L’impressionnante écriture d’une course à l’abîme, facétieuse et glaçante. x Le train s’ébranle, grimpe cahin-caha le flanc escarpé de la vallée, se rassemble en haut, sur la crête, puis s’élance dans la plaine, crève le matin gris mouillé du nord-est, abandonne à son sommeil la ville décrépite et sa gare flambant neuve, fleuron d’un peuple … Lire la suite

Note de lecture : « La mélancolie de la résistance » (László Krasznahorkai)

Le sublime concerto quasiment fantastique d’une déliquescence hongroise ouvrant la voie à l’avidité opportuniste. x Publié en 1989, traduit en français en 2006 par Joëlle Dufeuilly chez Gallimard, le deuxième roman du Hongrois László Krasznahorkai, quatre ans après son très impressionnant « Tango de Satan », montrait avec éclat que le coup de maître initial de l’auteur … Lire la suite

Note de lecture : « Saccage » (Quentin Leclerc)

Une puissante et singulière poétique de la catastrophe. x x Carcasse, hôtesse, voyageur, prisonnière, déserteur, enfant-singe, guetteur ou pêcheur ? Quel narrateur trouvera au plus près les angles et les mots pour rendre compte – nous faire partager, peut-être – de cette guerre de tous contre tous, puissamment onirique (pourrait-on espérer) et cruellement métaphorique (doit-on … Lire la suite

Note de lecture : « Méduses » (Antoine Brea)

Terrifiants et jouissifs glissements progressifs de la raison ordinaire dans le désajustement de la syntaxe et du langage du dépit amoureux. x Publié en 2007 au Quartanier, le deuxième roman d’Antoine Brea, sept ans avant son « Roman dormant » enchanteur, par lequel je l’ai découvert l’an dernier, ne revendique sans doute directement aucun onirisme merveilleusement didactique, … Lire la suite

Note de lecture : « L’Autre côté – Un roman fantastique » (Alfred Kubin)

Questionnable utopie onirique, monde perdu volontaire livré à l’absurde, fable démiurgique irréelle : un roman-culte datant de 1909. x Publié en 1909, le premier roman du peintre, graveur et illustrateur autrichien Alfred Kubin a été traduit en français par Robert Valençay chez Eric Losfeld en 1962, avant d’être réédité chez Jean-Jacques Pauvert, chez Marabout, chez … Lire la suite

Note de lecture : « Lumikko » (Pasi Ilmari Jääskeläinen)

Surnaturel ou non ? La fantastique enquête d’une apprentie écrivaine sur les ressorts secrets de l’inspiration. x Publié en 2006 en Finlande, traduit en français en 2016 aux éditions de l’Ogre par Martin Carayol, le premier roman de Pasi Ilmari Jääskeläinen (après un recueil de nouvelles en 2000, « Missä junat kääntyvät », soit à peu près … Lire la suite