☀︎
archives

Culpabilité

Ce tag est associé à 16 articles

Note de lecture : « Les invécus » (Andréas Becker)

Un accident mortel qui place une vie entre de cauchemardesques parenthèses : écrire l’invécu. x Publié début avril 2016 aux éditions de La Différence, le quatrième roman d’Andréas Becker poursuit en beauté, en inventant à nouveau le langage ad hoc nécessaire, outil développé dans la douleur et l’entrechoc pour tenter de répondre à la terrible … Lire la suite

Note de lecture : « L’interlocutrice » (Geneviève Peigné)

Les poignants messages d’un au-delà d’Alzheimer, inscrits dans les marges de romans populaires, et les questions qu’ils nous posent. x Publié en septembre 2015 au Nouvel Attila, ce livre bref et intense (110 pages en incluant une abondante iconographie) de Geneviève Peigné propose à la lectrice et au lecteur de partager une expérience hors normes, … Lire la suite

Note de lecture : « J’ai vu un homme » (Owen Sheers)

Roman poignant de la fatalité et de la culpabilité, un peu affaibli par quelques facilités. x Publié en 2015, traduit en français fin août 2015 par Mathilde Bach chez Rivages, le deuxième roman du Gallois Owen Sheers, après son « Résistance » acclamé en 2007 (l’auteur s’étant dans l’intervalle largement consacré à la poésie et au théâtre), … Lire la suite

Invité du Blog : Éric Bonnargent, à propos du « Tunnel » de William H. Gass

Inaugurant une nouvelle rubrique du blog, en une sorte d’écho aux soirées « Libraire d’un soir » de notre librairie Charybde, qui proposent chaque mois à un intervenant que nous apprécions tout particulièrement, auteur, éditeur, traducteur ou chroniqueur, de présenter sept textes qu’il affectionne, et qui ne soient pas parmi les « siens », ce billet résonne donc avec … Lire la suite

Note de lecture : « Le livre de ma mère » (Albert Cohen)

Rage et regret à surmonter pour extraire de l’enfance et de la mère les munitions nécessaires, en un chant d’amour paradoxal. x C’est grâce à Brahim Metiba et à son magnifique « Ma mère et moi » que j’ai pu, pour la première fois, surmonter la curieuse réticence qui me poursuit depuis bien des années vis-à-vis d’Albert … Lire la suite

Note de lecture : « La mer est arrivée à minuit » (Steve Erickson)

Plutôt que la folie millénariste, l’invention de ses propres rêves libérés du diktat de la mémoire et du chiffre. x RELECTURE Publié en 1999, traduit en français en 2001 par Janine Lévy dans la belle collection « & d’ailleurs » de Denoël, le sixième roman de Steve Erickson utilise à nouveau des fragments de décors, voire de … Lire la suite