☀︎
archives

Crime organisé

Ce tag est associé à 16 articles

Note de lecture : « Retour de service » (John Le Carré)

Une superbe leçon de renseignement, de ruse et d’éthique dans l’univers froid de la géopolitique européenne au temps du Brexit. Par un vrai maître de 88 ans. x Notre rencontre n’a été arrangée par personne. Ni par moi, ni par Ed, ni par des manipulateurs en coulisse. Je n’avais pas été ciblé. Ed n’avait pas … Lire la suite

Note de lecture : « Les âmes noires » (Gioacchino Criaco)

Un chef-d’œuvre contemporain de la littérature noire, qui donne à penser et ressentir en profondeur la Calabre en terre de beauté et terre de crime. x Nous marchions vite, je glissais derrière lui comme un traîneau tiré par des chiens, c’était comme ça depuis des heures. Le rendez-vous était nocturne, et nocturne, logiquement, devait être … Lire la suite

Note de lecture : « J’étais Dora Suarez » (Robin Cook)

Un classique contemporain du roman (très) noir. Une merveille d’écriture de la violence et de l’empathie paradoxale. Une ode déjantée et pourtant très maîtrisée aux victimes des meurtres les plus sordides. x RELECTURE En même temps, de grands changements s’opéraient en lui. Du point de vue de l’âge, tel que nous le concevons, Roatta n’avait … Lire la suite

Note de lecture : « Sang chaud » (Kim Un-Su)

Un polar particulièrement goûteux et retors dans l’atmosphère coréenne fiévreuse des gangs de Busan, dans les années 1990. x À Guam, les voyous ne portent pas le costard. Ailleurs dans Busan, port tentaculaire de Corée, mondialement connu, les voyous tirés à quatre épingles sont aussi nombreux que les containers entassés sur les quais. Ces types-là … Lire la suite

Note de lecture bis : « Politique et crime » (Hans Magnus Enzensberger)

Il n’est point de politique sans crime. Neuf études palpitantes sur la relation qui lie politique et crime. x «Terrain vague entre le roman feuilleton et la philosophie», c’est ainsi qu’Hans Magnus Enzensberger, lui qui excelle dans tous les genres littéraires, qualifie ces neuf essais, publiés en recueil en 1964 (huit d’entre eux ayant été … Lire la suite

Note de lecture : « Ni vivants ni morts » (Federico Mastrogiovanni)

Impressionnante, glaçante et nécessaire enquête dans un pays traumatisé par ses disparus. x Roberto Bolaño a écrit avec 2666 «un millier de pages où les crimes de Ciudad Juárez brillent d’un éclat noir», des crimes sur lesquels Sergio González Rodríguez avait déjà enquêté, dénonçant au péril de sa vie la collusion entre trafiquants de drogue et … Lire la suite

Note de lecture : « Spada » (Bogdan Teodorescu)

Le grand roman noir de l’instrumentalisation politique – qui ne concerne pas que la Roumanie contemporaine. x Publié en 2008, traduit en français en 2016 par Jean-Louis Courriol aux toutes jeunes éditions Agullo, le deuxième roman du consultant politique roumain Bogdan Teodorescu s’appuie très largement sur son expérience authentique de responsable de campagne électorale en … Lire la suite

Note de lecture : « Gran Madam’s » (Anne Bourrel)

Un faux polar délirant qui oscille subtilement entre le sordide saignant et le poétique décalé. x Publié début 2015 à la Manufacture de Livres, sorti en poche chez Pocket en mars 2016, ce faux polar soigneusement déjanté commence presque classiquement, à La Jonquera, à la frontière franco-espagnole, entre Montpellier et Barcelone, relais largement dédié aux … Lire la suite

Note de lecture : « Le Mont 84 » (Yves & Ada Rémy)

L’étrange beauté d’une féérie policière sous le signe de l’Amour. x Publié en 2015 aux éditions associatives Dystopia, ce texte qui n’est que le troisième roman du couple d’écrivains formé par Yves et Ada Rémy, trente-sept ans après « La maison du Cygne » et quarante-sept ans après « Les soldats de la mer », mérite infiniment davantage que … Lire la suite

Note de lecture : « Le souffle court » (Massimo Carlotto)

Quatre jeunes dans le vent jet-set du crime organisé contemporain. Décapant et sans pitié. x Publié en 2012, traduit en français en 2014 par Serge Quadruppani chez Métailié, le seizième roman solo de Massimo Carlotto est le premier que je lis de cet auteur, dont la verve de son traducteur français (et directeur de la … Lire la suite