☀︎
archives

Convenances

Ce tag est associé à 5 articles

Note de lecture : « French exit » (Patrick deWitt)

De New York à Paris, pour la veillée crépusculaire d’une grande fortune enfuie, veillée mortuaire qui se transforme sous nos yeux ébahis en tout autre chose, aux confins farceurs du fantastique et du métaphysique. x Durant les années suivantes, insolite touche finale à un tableau qui l’était déjà, on raconta que Frances, cette beauté drôle … Lire la suite

Note de lecture : « Ada ou la beauté des nombres » (Catherine Dufour)

Une tonique biographie de la pionnière britannique de l’informatique, fille de Lord Byron et prisonnière des rituels patriarcaux victoriens et assimilés. x En ce 2 janvier 1815, le très célèbre Lord Byron, poète débauché et ruiné, épouse à Seaham Hall, dans le nord de l’Angleterre, la très sage Annabella Milbanke. Il la surnomme la « princesse … Lire la suite

Note de lecture : « L’été de Katya » (Trevanian)

Une histoire d’amour au pays basque à l’été 1914. Ou bien tout autre chose. x Tous les écrivains qui ont décrit le dernier été précédant la Grande Guerre ont cru devoir commenter la perfection inhabituelle de la saison : les jours sans fin aux ciels d’un bleu ardent traversés d’indolents nuages de beau temps, les … Lire la suite

Note de lecture : « Les Persécutés / Histoire d’un amour trouble » (Horacio Quiroga)

Délires interprétatifs et jalousies inavouables, tortures et ruses de l’esprit. x – Qu’est-ce que ce diable d’individu ? demandai-je à son retour. Lugones haussa les épaules. – Un individu terrible. Je ne sais comment il a pu échanger dix mots avec vous cette nuit. En général, il passe une heure entière sans parler, si ce … Lire la suite

Note de lecture : « Ce que savait Maisie » (Henry James)

Société victorienne et palinodies adultes dans le regard d’une petite fille. x RELECTURE Publié en 1896 en feuilleton et en 1897 en volume, traduit en français en 1947 par Marguerite Yourcenar chez Robert Laffont, « Ce que savait Maisie », le quatorzième roman d’Henry James, est sans doute l’un des plus célèbres de son auteur. Le propos … Lire la suite