☀︎
archives

Confidence

Ce tag est associé à 5 articles

Note de lecture : « S’abandonner » (Séverine Danflous)

« La fin d’une histoire c’est déjà une longue histoire » : du making of d’un documentaire fictif sur la rupture sentimentale, extraire la belle et dangereuse douceur poétique de la tentative amoureuse. x Le cahier des charges était plutôt laconique, d’une indigence crasse en fait : la rupture, de l’Antiquité à nos jours ; on m’aavait … Lire la suite

Note de lecture : « L’âge de la première passe » (Arno Bertina)

Auprès des jeunes prostituées de Pointe-Noire et de Brazzaville, une étonnante leçon d’empathie, d’humilité, de langage et de littérature. x x Après un premier atelier d’écriture dans un lycée de Pointe-Noire (au « petit » Congo, ou Congo « Brazzaville », pour le différencier de son gigantesque voisin de l’autre côté du fleuve, le « grand » Congo, l’ex-Congo « Kinshasa », aujourd’hui … Lire la suite

Note de lecture : « 68 Cabinet de curiosités » (Charles Sagalane)

Un puissant témoignage de subversion poétique par l’art de l’accumulation insolite et du commentaire à contrevent. x (Bienvenue dans notre cabinet de curiosités.) (Pour l’une des rares fois, nous ouvrons les portes de ce lieu singulier.) (Voilà la chance de pénétrer les secrets les mieux gardés de la matière.) (Devant vos yeux s’apprêtent à briller … Lire la suite

Note de lecture : « Prendre la parole » (Alexis Jenni)

Dans la durée, surmonter un handicap social maladif par la voie de l’écriture, avec humour. Une belle confidence d’un grand auteur. x Alexis Jenni nous a offert en 2011 un magnifique premier roman (publié), aussitôt récompensé par le prix Goncourt, pleinement justifié cette année-là, me semble-t-il. « L’art français de la guerre » est indéniablement un texte … Lire la suite

Note de lecture bis : « Une bouche sans personne » (Gilles Marchand)

Un redoutable enchâssement de la blessure pour donner à ressentir ce que la poésie peut faire au monde, et à nous. x x x J’ai un poème et une cicatrice. De ma lèvre inférieure jusqu’au tréfonds de ma chemise, il y a cette empreinte de l’histoire, cette marque indélébile que je m’efforce de recouvrir de … Lire la suite