☀︎
archives

Communisme

Ce tag est associé à 14 articles

Note de lecture : « Parc industriel » (Patrícia Galvão)

La misère ouvrière et la lutte sociale dans les années 1930 à São Paulo. Saisissant. x Dans le grand pénitencier social, les métiers à tisser se dressent et avancent en hurlant. Bruna a sommeil. Elle est restée tard à un bal. Elle s’arrête et frotte avec colère ses yeux brûlants. Ouvre sa bouche cariée, baille. … Lire la suite

Note de lecture : « Corps conducteurs » (Sean Michaels)

La folle tournée contrastée du communisme scientifique, électrique, musical et amoureux. x Publié en 2014, traduit en français en 2015 par Catherine Leroux pour publication cette même année aux éditions Alto, puis en janvier 2016 chez Rivages, le premier roman du Canadien Sean Michaels s’empare avec fougue et brio de l’une de ces figures improbables … Lire la suite

♥︎ Charybde 3 : « La Capitana » (Elsa Osorio)

Le formidable portrait d’une combattante, jusqu’au bout. x Elsa Osorio découvrit Mika Etchebéhère au milieu des années 80 mais mit près de 20 ans avant de lui rendre hommage par le biais de ce roman nourri de toute la documentation et des témoignages disponibles. Au vu de la stature du personnage, on comprend très vite … Lire la suite

Note de lecture : « L’aile tatouée – Orbitor III » (Mircea Cǎrtǎrescu)

Le troisième tome éblouissant d’un phénomène littéraire total. x Publié en 2007, traduit en français en 2009 par Laure Hinckel dans la collection « & d’Ailleurs » de Denoël, le troisième et dernier volume de la souple trilogie de Mircea Cǎrtǎrescu, après « Orbitor » (1996) et « L’Œil en feu » (2002), constitue le point d’orgue de cette formidable saga, … Lire la suite

Note de lecture : « Il neige dans la nuit et autres poèmes » (Nâzim Hikmet)

Un flamboyant aperçu de la poésie engagée et puissante de l’immense exilé turc. x Publiée en 1999 dans la collection Poésie-NRF de Gallimard, cette anthologie traverse l’ensemble de l’œuvre du grand poète turc Nâzim Hikmet, ou presque. Figure essentielle des lettres turques, considéré quasiment dans le monde entier comme un modèle de l’écrivain engagé ayant … Lire la suite

Note de lecture : « Tchevengour » (Andreï Platonov)

Dans les années 1920, une satire picaresque, acérée et onirique de la possibilité d’une utopie révolutionnaire réalisée par la paysannerie russe. x RELECTURE Écrit entre 1926 et 1929, publié une première fois en 1972, vint-et-une années après la mort de l’auteur, sous une forme très fragmentaire, le plus gros (400 pages) et le plus « maudit » … Lire la suite

Note de lecture : « Un navire de nulle part » (Antoine Volodine)

« Sur fond mouvant de menace tropicale, le spectacle de ce duel incodifiable, entre révolution trahie et révolution impossible. » RELECTURE Publié en 1986 dans la collection « Présence du Futur » de Denoël, le deuxième roman d’Antoine Volodine, tout en poursuivant – déjà – le formidable travail de bâtisseur de cathédrale littéraire entamé l’année précédente avec « Biographie comparée … Lire la suite

Note de lecture : « La neige noire d’Oslo » (Luigi Di Ruscio)

Monologue autobiographique d’une éclatante poésie, mêlant intimement le sol de l’usine, le quotidien familial et la grande socio-politique. x Publiée en 2010, traduite en français en 2014 par Muriel Morelli aux éditions Anacharsis, cette ultime œuvre en prose du singulier poète italien Luigi Di Ruscio, décédé en 2011, s’offre comme un récit de vie unique, … Lire la suite

Note de lecture : « Rue Katalin » (Magda Szabó)

Bien des années après, les événements de la rue Katalin à Budapest en 1942 s’imposent aux protagonistes. x RELECTURE Magda Szabó, décédée en 2007, est certainement l’une des plus célèbres et plus traduites écrivaines hongroises. À son très beau « La porte » de 1987 (Fémina étranger en 2003 en français), je préfère pourtant le plus ancien … Lire la suite

Note de lecture : « Homo Zapiens » (Viktor Pelevine)

La farce débridée, subtile et délirante, de l’accouplement de la publicité et du post-soviétisme. x Ce quatrième roman du « jeune prodige » et enfant terrible Viktor Pelevine, publié en 1999 (et traduit en français en 2001 au Seuil par Galia Ackerman et Pierre Lorrain), met en scène Tatarski, un docteur russe en littérature qui, … Lire la suite