☀︎
archives

Colonisation

Ce tag est associé à 35 articles

Note de lecture : « La patience du lichen » (Noémie Pomerleau-Cloutier)

Sur la rive nord québécoise du golfe du Saint-Laurent, où la route ne va pas et où même le bateau ravitailleur s’arrête en hiver, une complice poésie anthropologique d’une rare puissance, en trois langues. x Toute mon enfance, j’ai été ballotée d’une région à l’autre, d’un pays à l’autre. Adolescente et adulte, il semble que … Lire la suite

Note de lecture : « Élévation » (David Brin)

En parallèle ou presque à « Marée stellaire », une variation approfondie sur les mécaniques de cohabitation et d’adaptation entre espèces différentes – dans une galaxie redoutable aux non-initiés – et sur les écueils de la sclérose intellectuelle. Et un roman d’aventures et de guérilla en prime. x RELECTURE Qu’il est étrange qu’un seul monde, en soi … Lire la suite

Note de lecture : « S’il ne restait qu’un chien » (Joseph Andras & D’ de Kabal)

La ville du Havre se racontant elle-même depuis sa fondation en 1517, en poésie, comme vous ne l’avez jamais entendue, par la magie de l’écriture et de la voix. x Je ne sais plus mon âge je compte sur mes doigts mais ceux-ci se perdent dans le temps mes doigts de pierre et de bois … Lire la suite

Note de lecture : « If » (Marie Cosnay)

Faux souvenirs et états-civils fuyants, pour une enquête subtile et  mystérieusement poétique dans les toiles ambiguës du rapatriement et de l’accueil des réfugiés. x x Le souvenir d’enfance n’existe pas et le château d’If n’existe pas. L’enfance n’existe pas. Le château d’If comme le souvenir comme l’enfance n’existent pas, le temps qui passe, n’en parlons … Lire la suite

Note de lecture : « La maison indigène » (Claro)

Une Maison pour les trouver tous et dans la beauté les lier : magie d’une enquête poétique à propos d’enquêtes politiques, familiales et littéraires. x Ci-gît une maison blanche dont le cœur à ciel ouvert laisse résonner autre chose que des pas. Où personne n’a jamais vécu mais que chacun ou presque peut hanter. En … Lire la suite

Note de lecture : « Un étranger en Olondre » (Sofia Samatar)

Sous un puissant tapis de rythme, de couleur et de saveur, une redoutable fantasy poétique et politique, aux métaphores bifurquant avec ruse aux moments les moins attendus. x Lorsque j’étais étranger en Olondre, je ne connaissais rien des splendeurs de ses côtes, ni de Bain, la Cité-Port, dont les lumières et les couleurs se déversent … Lire la suite

Note de lecture : « Poèmes de la mémoire et autres mouvements » (Conceição Evaristo)

En toute poésie, ce que veut toujours dire aujourd’hui être femme noire au Brésil. x Conceição Evaristo est une autrice rarissime : afro-brésilienne, née au sein d’une fratrie de neuf enfants dans une favela de Belo Horizonte, dans l’état du Minas Gerais, elle aura la chance (si la chance proprement dite à quelque chose à … Lire la suite

Note de lecture : « Briser la glace » (Julien Blanc-Gras)

La côte ouest du Groenland comme marqueur indistinct d’une époque. Un magnifique et rusé carnet de voyage. x L’ours se tient immobile, à quelques mètres. Je fais face au sommet de la chaîne alimentaire et je retiens mon souffle ; c’est la moindre des choses quand on dévisage le seigneur de la banquise. Je sais … Lire la suite

Note de lecture : « Camarade Papa » (Gauz)

Naissance de la Côte d’Ivoire coloniale et paradoxes contemporains, avec humour tendre et acide. x Sur la rive, une douzaine de fonctionnaires et représentants des factoreries. La quasi-totalité de la population blanche. Chacun est flanqué d’un boy dont la mission du moment est de réparer une injustice physiologique. Contre le soleil, la mélanine pour le … Lire la suite

Note de lecture : « Une terrasse en Algérie » (Jean-Louis Comolli)

Souvenirs d’Algérie, d’une enfance lumineuse et de la fausseté d’une époque. x «Oui, l’Algérie, la mienne, c’est l’enfance, la mienne. Les Kanaks ne disent pas « la terre est à moi » ; ils disent : « j’appartiens à la terre ». J’appartiens à l’Algérie, et de la même façon je suis à l’enfance. Je n’ai aucune nostalgie, précisément parce qu’il … Lire la suite