☀︎
archives

Capitalisme tardif

Ce tag est associé à 20 articles

Note de lecture : « Correcteurs et correctrices – Entre prestige et précarité » (Guillaume Goutte)

Une précieuse lecture pour saisir ce qui se joue, socialement et économiquement, sous la précarité toujours mieux organisée par certains types d’employeurs et de donneurs d’ordre, y compris dans les très emblématiques industries culturelles que sont une grande partie de la presse et de l’édition. x L’objectif de ce petit ouvrage est de faire le … Lire la suite

Note de lecture : « Capitaine Vertu » (Lucie Taïeb)

Lorsque la justice est devenue à son corps défendant l’auxiliaire d’un ordre idéologique qui ne dit même plus son nom, que peut devenir la vertu incarnée par ses serviteurs les plus dévoués ? Un roman poétique somptueux qui porte dans la douceur le fer de la question là où il peut faire le plus mal. … Lire la suite

Note de lecture : « La poésie du futur » (Srećko Horvat)

Un manifeste violent, analytique et désespéré pour proposer une alliance mondiale de sauvetage de ce qui nous est cher, sans abdiquer face au fatalisme du capitalisme tardif. x Comme une bouteille à la mer, ce texte a été écrit à Vis, une petite île isolée de l’Adriatique, autrefois célèbre pour avoir été le quartier général … Lire la suite

Note de lecture : « Media Machine Muzak » (Patrick Bouvet)

Ausculter la musique des sphères marchandes produite en permanence par le capitalisme de consommation – et ce qu’elle nous fait à l’intérieur : la poésie de Patrick Bouvet à son sommet. x l’homme d’affaires menait une double vie – la nuit il laissait son doppelgänger prendre les commandes – il pénétrait dans un roman gothique … Lire la suite

Note de lecture : « Réel » (Éric Arlix)

Expérience de pensée science-fictive du devenir machinique usant d’un détour résolument inhabituel, construction de rire et de glace pour sonder le cœur de nos pulsions de consommation toujours plus cool : le nouvel Éric Arlix mérite toute votre attention. x Livre#1 Chapitre 1 9 h 02 Niveau 0 Un hall immense, un dôme gigantesque recouvert … Lire la suite

Note de lecture : « Le guide du démocrate » (Éric Arlix & Jean-Charles Massera)

Une fête du langage pince-sans-rire du contemporain, savant et populaire, sérieux et drôle, pour une lecture décapante des impasses de la croissance néo-libérale et de sa consommation jusqu’au-boutiste. x Aujourd’hui, ce qui semble clair, dans les pays les plus avancés sur le plan de la marchandisation et de la mondialisation des échanges et des informations, … Lire la suite

Note de lecture : « Personne ne sort les fusils » (Sandra Lucbert)

Au commencement d’une domination machinale et implacable est la langue. C’est à elle qu’il faut s’arracher, pour pouvoir enfin sortir les fusils, a priori métaphoriques, et vivre. Une lecture intensément précieuse du procès France Télécom et de ses palinodies défensives. x Finalement, cette histoire de suicides, c’est terrible, ils ont gâché la fête. (Didier Lombard, … Lire la suite

Note de lecture : « Capitale Songe » (Lucien Raphmaj)

Une folle immersion poétique et policière dans un avenir bringuebalant où les rêves de capture et de puissance ont engendré leurs cauchemars logiques, hybrides et tout-puissants. Un réjouissant appel littéraire à la circonspection, à la résistance et à la lutte, tous azimuts. x x Nos histoires dorment mal, insomniaques, elles se retournent et cherchent la … Lire la suite

Note de lecture : « Pistes – Vol. 1 » (Patrick Bouvet)

Deux orientations récentes saisissantes et cinq jalons précieux dans l’œuvre redoutable et cohérente de compréhension intime du pouvoir hypnotique du spectaculaire marchand conduite poétiquement depuis 1999 par Patrick Bouvet. x Égrenés entre les petits monuments de poésie contemporaine, rockeuse, rusée, politique et incisive que sont « In situ » (1999), « Shot » (2000) ou encore « Canons » (2007), Patrick … Lire la suite

Note de lecture : « Cora dans la spirale » (Vincent Message)

Une plongée dramatique, et pourtant curieusement tonique, dans une barbarie ordinaire à visage trop humain. x Le métro du matin était connu pour ses visages opaques et son silence que cadençaient seulement les annonces automatisées et le roulis des machines. Quand tout fonctionnait néanmoins, Cora n’avait pas le sentiment d’une atmosphère hostile. Protégés par leurs … Lire la suite