☀︎
archives

Arthur Rimbaud

Ce tag est associé à 18 articles

Note de lecture : « Avec des lucioles, on peut faire des couilles » (François Bétremieux)

En dix pages, une exceptionnelle théorie poétique du gamer rimbaldien. x Play Un nouveau jour se lève Et je vais Devenir le nouveau Fergie Redorer les Red Devils Passer en 3-5-2 Chaque décision compte Mais les coquelicots s’en foutent Ils poussen L’herbe s’affole Sous l’arbre mort J’hésite Placer Mata en 10 Retourner l’adversaire Contre-attaquer Égorger … Lire la suite

Note de lecture : « Comète » (Hans Limon)

La violente naissance, arrachée à une féroce tourbe calaisienne, fantasmée et retravaillée, d’un poète, d’un conteur, d’une comète. x Dans mon rêve prémonitoire, le village restait pourtant paisible et muet, depuis quelques discrètes minutes échappées du fracas diurne. Un peu d’ombre et de vent, des fleurs jetées au hasard des parpaings lézardés, une cheminée poisseuse, … Lire la suite

Note de lecture : « Le dormeur » (Didier Da Silva)

À partir de l’histoire d’un mythique court-métrage de 1974, l’un de ces livres rares qui démontrent, émotion et intelligence en main, pourquoi nous aimons, pouvons et devons aimer le cinéma. x Où étiez-vous pendant l’été 74 ? Presque trente millions de Français sur pas tout à fait soixante-dix pourraient répondre à cette question, quarante-cinq ans … Lire la suite

Note de lecture : « L’arrachée belle » (Lou Darsan)

Chanter un nomadisme poétique cavalier pour échapper à l’aliénation rampante et à ses nombreux azimuts : la beauté efficace d’une arrachée indispensable. x Dans la baignoire fermée, l’eau coule, pas plus haut que ses jambes étendues. Elle ne sait pas ce qu’elle écrirait si elle voulait évoquer l’eau, les mollets, la peau nue, le triangle … Lire la suite

Note de lecture : « Syd Barrett, le rock et autres trucs » (Jean-Michel Espitallier)

Derrière la figure de Syd Barrett, le légendaire fondateur de Pink Floyd, ermite musicalement silencieux de 1974 à sa mort en 2006, une interrogation endiablée autour de la musique rock, de la politique et de la poésie. x Comme d’une part les Anglais ne souhaitaient pas entrer dans la combine, et qu’ils étaient protégés depuis … Lire la suite

Note de lecture bis : « En territoire Auriaba » (Jérôme Lafargue)

Creuser merveilleusement l’énigme des loups solitaires. x L’une de mes anciennes compagnes prétendit lors d’une fin d’après-midi cotonneuse au bord de l’eau que nos âmes cheminaient seules, qu’il fallait accepter ce que la vie nous envoyait et poursuivre sa route vaille que vaille. J’ironisai alors sur la tristesse de cette remarque, et ne manquai pas … Lire la suite

Note de lecture : « Buée » – Sur champ de sable II (Françoise Morvan)

Légendes et forêts, pierres du collège et du lavoir, une magie secrète transmute l’enfance en adolescence, en ne la laissant pas se perdre de vue. x Deuxième volume du monumental « Sur champ de sable » de Françoise Morvan, après « Assomption », également publié en 2019 aux éditions Mesures, « Buée » poursuit son exploration poétique d’une enfance et d’une … Lire la suite

Note de lecture : « Poéticide » (Hans Limon)

Avec ou sans rime, la poésie peut-elle, doit-elle survivre ? Là est la question, qu’un roman torrentueux et joueur s’attache à résoudre, l’arme à la main. x x x x « Tous les crever ! Tous les rayer ! » Ruine au milieu des ruines, il n’en revient toujours pas, ne sait guère ou plutôt ne comprend … Lire la suite

Note de lecture : « N’être personne » (Gaëlle Obiégly)

Cabinet d’écriture accidentel pour l’invention d’un récit formidable, dérisoire et essentiel. x Hôtesse d’accueil dans une entreprise, la narratrice de «N’être personne», publié en janvier 2017 aux éditions Verticales, reste accidentellement enfermée seule dans les W-C de son entreprise pendant un week-end entier, avec uniquement un Bic et du papier hygiénique pour écrire. Impossible de … Lire la suite

Note de lecture : « Relever les déluges » (David Bosc)

Quatre hommes contre l’ordre du monde, pour leur liberté, l’égalité ou la fraternité. Quatre nouvelles somptueuses. x Les personnages de David Bosc apparaissent comme des rêveurs démesurés ou des fous, épris d’un idéal ou d’une liberté qui souvent se refusent. Après la vitalité enfiévrée et généreuse de Gustave Courbet dans «La claire fontaine», le geste illuminé … Lire la suite