☀︎
archives

Antoine Bello

Ce tag est associé à 21 articles

Note de lecture : « L’empire et l’absence » (Léo Strintz)

Dans le night-club scénarisé en permanence de « Lucifer », lorsque la distinction entre artiste, figurant et badaud a implosé, lorsque l’intériorité a été vendue ou volée en désespoir de cause, nul ne vous entendra crier. Un roman littéralement sidérant. x Les feuilletons personnels n’avaient jamais été aussi nombreux – et à un certain niveau, ici, dans … Lire la suite

Note de lecture : « Sœur(s) » (Philippe Aigrain)

Entre surveillance informatique de masse et hasard politique oscillant entre métaphore et fantastique, un conte technique opérant à la fois facétieusement et à très grande profondeur, en mobilisant la poésie, l’amour et le gratuit face à ce qui écrase comme par réflexe. x 1. LUI Le mail arrive un lundi matin vers 10 h. Le … Lire la suite

Note de lecture : « Christopher Nolan, la possibilité d’un monde » (Timothée Gérardin)

Un superbe décryptage des imbrications et des enchâssements thématiques et conceptuels inlassablement à l’œuvre chez Christopher Nolan. x Farouchement indépendant tout en ayant su se fondre dans le système, Christopher Nolan n’en est pas à un paradoxe près. À la fois illusionniste qui a contribué dans les années 2000 à forger l’imagerie spectaculaire moderne et … Lire la suite

Note de lecture : « Pierre Sky l’enchanté » (Sébastien Smirou)

Détourner une cure psychanalytique fictive pour saisir en pleine analyse poétique les pouvoirs et les secrets de l’obsession artistique. Un vertigineux tour de force, intelligent et poignant. x Un livre peut en cacher – ou en dévoiler – un autre. Si je brosse ici le portrait d’un homme de presque quarante ans que je connais … Lire la suite

Note de lecture : « Cora dans la spirale » (Vincent Message)

Une plongée dramatique, et pourtant curieusement tonique, dans une barbarie ordinaire à visage trop humain. x Le métro du matin était connu pour ses visages opaques et son silence que cadençaient seulement les annonces automatisées et le roulis des machines. Quand tout fonctionnait néanmoins, Cora n’avait pas le sentiment d’une atmosphère hostile. Protégés par leurs … Lire la suite

Note de lecture : « Ada ou la beauté des nombres » (Catherine Dufour)

Une tonique biographie de la pionnière britannique de l’informatique, fille de Lord Byron et prisonnière des rituels patriarcaux victoriens et assimilés. x En ce 2 janvier 1815, le très célèbre Lord Byron, poète débauché et ruiné, épouse à Seaham Hall, dans le nord de l’Angleterre, la très sage Annabella Milbanke. Il la surnomme la « princesse … Lire la suite

Note de lecture : « Hôtel rouge » (Maria Efstathiadi)

Une fabuleuse mobilisation poétique d’un être à facettes pour surmonter les silences de la mémoire d’enfant. x « Hôtel rouge » est peut-être un récit d’enfance, celui d’une fillette de la bourgeoisie athénienne, nichée au sein d’une famille où les convenances semblent – mais en est-on certain ? – avoir eu depuis longtemps raison de l’amour. C’est … Lire la suite

Note de lecture : « Par les écrans du monde » (Fanny Taillandier)

Une extraordinaire archéologie d’une trajectoire de collision fondatrice, et des rôles de l’anticipation et du récit. x Soudain : En l’espace de quelques secondes l’avion traverse le cadre de ciel bleu et uni, fonce dans la tour sur la droite de l’image et explose dans un nuage de feu et un bruit de tempête. Puis … Lire la suite

Note de lecture : « Là où leurs mains se tiennent » (Grégory Nicolas)

Du concentré de poisse d’un orphelin à la gloire et à l’amour : une tendre et magique lecture à rebours du champion cycliste et de bien d’autres choses. x L’encyclopédie Wikipedia nous apprend que Jean-Baptiste Moisan signa sa première licence en quatrième. Sa grand-mère lui avait offert un vélo d’occasion. Un vieux Peugeot. Il s’agissait … Lire la suite

Note de lecture : « Surface de réparation » (Olivier El Khoury)

Un beau brin d’humour et de décalage à propos d’apprentissage et d’obsession, en matière de football comme ailleurs. x C’est pas qu’il m’aimait pas mon père, ou qu’il était pas heureux de me voir arriver, non. C’est pas pour ça qu’il a pesté quand il a appris la nouvelle. J’arrivais au mauvais moment, tout simplement. … Lire la suite