☀︎
archives

Andréas Becker

Ce tag est associé à 13 articles

Note de lecture : « MOAB – Épopée en 22 chants » (Jean-Yves Jouannais)

Monstrueux et sublime, le pot-pourri de la guerre, bouchère et paradoxale. x En ce temps-là, la guerre couvrait Ecbatane. Et il suffisait peut-être de l’ordre d’un seul homme pour allumer sur le sol de presque toute la Gaule, les mêmes foyers d’incendie qu’au printemps, aux abords d’Avaricum. Alors l’incendie gagna en vitesse. La marche à … Lire la suite

Note de lecture : « L’île aux troncs » (Michel Jullien)

Dans la glace et l’horreur, le feu et l’humour, l’incroyable odyssée d’une colonie de mutilés soviétiques de la deuxième guerre mondiale. x Et le travelling des hommes-souches se prolongeait, nouveau foyer, vingt-deuxième cellule, voici justement celle d’après, la vingt-troisième, celle de Pavel Tchechnev devant laquelle on parlait bas, Pavel des petits soins qui apportait la … Lire la suite

Note de lecture : « Chaos » (Mathieu Brosseau)

En 150 pages, une quête antipsychiatrique et poétique totale, terriblement politique et monstrueusement intime. x Entre chaque pavillon il y a des jeux pour les insensés, rire joyeux, balançoires et niches, au cas où une petite fatigue viendrait à advenir chez un patient. Et puis, au beau milieu de tout cela, de grands et nobles … Lire la suite

Note de lecture : « La Ritournelle » (Perrine Le Querrec)

Deviner le langage d’une obsession, extraire la beauté d’un dysfonctionnement, saisir la genèse d’un art brut de l’entassement. x Dans la chambre parentale le jour entre de nouveau, c’est une expérience nouvelle à laquelle ni Georgia ni Eugen n’étaient suffisamment préparés. Ils restent dans cette clarté plusieurs jours soudés l’un à l’autre visage tourné vers … Lire la suite

Note de lecture : « Jeanne L’Étang » (Perrine Le Querrec)

Trouver la tendresse au cœur des enfermements : Jeanne et la Salpêtrière. x Ma mère n’est pas folle. Elle est mon amie. Je suis la poupée préférée de ma mère. Traces blanches, traînées rouges, silence noir, je m’habille de ses lambeaux ; le visage tourné vers la fenêtre, j’attends le bruit de ses pas, je … Lire la suite

Note de lecture : « La Disparition de la chasse » (Christophe Levaux)

L’impressionnante écriture d’une course à l’abîme, facétieuse et glaçante. x Le train s’ébranle, grimpe cahin-caha le flanc escarpé de la vallée, se rassemble en haut, sur la crête, puis s’élance dans la plaine, crève le matin gris mouillé du nord-est, abandonne à son sommeil la ville décrépite et sa gare flambant neuve, fleuron d’un peuple … Lire la suite

Note de lecture : « Méduses » (Antoine Brea)

Terrifiants et jouissifs glissements progressifs de la raison ordinaire dans le désajustement de la syntaxe et du langage du dépit amoureux. x Publié en 2007 au Quartanier, le deuxième roman d’Antoine Brea, sept ans avant son « Roman dormant » enchanteur, par lequel je l’ai découvert l’an dernier, ne revendique sans doute directement aucun onirisme merveilleusement didactique, … Lire la suite

Note de lecture : « L’apparition » (Perrine Le Querrec)

Inventer le langage hors du temps d’un corps tétanisé, mystique ou joueur, intime et social. x Publié en avril 2016 aux éditions Lunatique, ce nouveau texte de Perrine Le Querrec, dont j’avais déjà pu hautement apprécier « Le plancher » (2013) et « Le prénom a été modifié » (2014), ainsi que le bref et intense « De la guerre » … Lire la suite

Note de lecture bis : « Notre château » (Emmanuel Régniez)

Incroyable édifice néo-gothique, au service de l’obsession délétère comme des inquiétudes et vertiges intimes. x Octave, le narrateur, et Véra, sa sœur, habitent seuls une grande demeure isolée, si majestueuse qu’ils l’appellent entre eux « Notre Château ». La vie s’y écoule paisiblement, dans des conditions fortement ritualisées, teintées d’obsessions sourdes – que rend merveilleusement l’écriture d’Emmanuel … Lire la suite

Note de lecture : « L’éternité » (Christophe Manon)

Chants de l’insoutenable barbarie. x «Je suis le corps d’un soldat mort. J’ai vingt ans comme tous les soldats morts. J’ai été tué il y a plus d’une semaine. Je suis étendu dans la boue. Face contre terre. Nuque brisée. Jambes repliées sur mon ventre en chien de fusil. Mon bras gauche a été arraché. … Lire la suite