☀︎
archives

Allemagne

Ce tag est associé à 20 articles

Note de lecture : « Les émigrants » (W. G. Sebald)

L’exil inguérissable et le retour inéluctable des souvenirs. x Ce récit ponctué de photographies de l’auteur, publié en 1992, et traduit en 1999 par Patrick Charbonneau pour les éditions Actes Sud, juxtapose les biographies littéraires de quatre hommes hantés par des fantômes de souvenirs indéfinissables, indéfinissables sans doute car l’horreur ne peut être dite frontalement. … Lire la suite

Note de lecture : « Le mystère des trois frontières » (Éric Faye)

L’ethnologie et la randonnée forestière au contact du mythe dans toute son inquiétante puissance. x Publié en 1998 au Serpent à Plumes, le troisième roman d’Éric Faye, trois ans après son premier, « Le général Solitude » (1995), développe par un autre angle d’approche la curieuse atmosphère discrètement fantastique et profondément inquiétante qui caractérisait d’emblée son écriture. … Lire la suite

Note de lecture : « Médiocrité et folie » (Hans Magnus Enzensberger)

L’écroulement de la culture vu par un Hans Magnus Enzensberger pessimiste par l’intelligence mais optimiste par la volonté. x Publié en 1988 en Allemagne, «Médiocrité et folie» (éditions Gallimard, 1991) rassemble des textes sur des thèmes divers, écrits entre 1974 et 1988 par un Hans Magnus Enzensberger impressionnant de finesse et de lucidité pour déchiffrer … Lire la suite

Note de lecture : « De la destruction comme élément de l’histoire naturelle » (W.G. Sebald)

Les villes et la mémoire collective allemande en ruines. x Ce livre publié en 1999 rend compte d’une série de conférences, intitulées «Guerre aérienne et littérature», et prononcées par W.G. Sebald en 1997 à Zurich, et des vives polémiques qu’elles ont ensuite suscitées. Né en 1944 au cœur de la catastrophe, sous le signe de … Lire la suite

Note de lecture : «Automne allemand» (Stig Dagerman)

Stig Dagerman dans les décombres et l’indifférence x Journaliste suédois alors âgé de 23 ans, Stig Dagerman est envoyé en reportage en Allemagne à l’automne 1946 pour témoigner de l’état des villes allemandes. Pendant deux mois, il va parcourir les ruines et s’immerger dans l’effroi de la vie quotidienne des Allemands. Contrairement à de nombreux journalistes, … Lire la suite

Note de lecture : « Miroirs noirs » (Arno Schmidt)

Datant de 1951, une bien étonnante balade solitaire dans une Allemagne sans humains post-échange nucléaire entre les Grands. x Publié en 1951 dans le même volume que « Brand’s Haide », ce premier (ex æquo) court roman d’Arno Schmidt succédait aux trois novellas de « Léviathan » (1949) et précédait le roman « Scènes de la vie d’un faune » (1953), … Lire la suite

Note de lecture : « When Titans Clashed – How the Red Army Stopped Hitler » (David M. Glantz & Jonathan House)

L’un des premiers grands travaux de relecture historique détaillée de la guerre germano-soviétique, après ouverture des archives de Moscou. x RELECTURE (VERSION ORIGINALE AMÉRICAINE) Publié en 1995, le huitième ouvrage du colonel David M. Glantz, historien militaire américain réputé et spécialiste de l’étude de l’armée soviétique durant la deuxième guerre mondiale, après plusieurs textes très … Lire la suite

Note de lecture : « Scènes de la vie d’un faune » (Arno Schmidt)

D’une ironie cinglante et d’une richesse condensée, le grand écart intérieur d’un déserteur secret de la société bourgeoise nazie. x Paru en 1953, traduit en français en 1962 par Jean-Claude Hémery chez Julliard, puis retraduit en 2011 par Nicole Taubes chez Tristram, le troisième texte publié d’Arno Schmidt est sans doute son plus connu. Depuis … Lire la suite

Note de lecture : « Attaques sur le chemin, le soir, dans la neige » (Alban Lefranc)

Fassbinder, une vraie histoire allemande : la première version du grand texte d’Alban Lefranc. x Publié en 2005 aux éditions Le Quartanier, ce texte d’Alban Lefranc constitue la première version, en 85 pages, du roman qui deviendra en 2012, sous une forme revue et augmentée à 140 pages, le formidable roman « Fassbinder – La mort … Lire la suite

Note de lecture : « L’effrayable » (Andréas Becker)

Inventer la véritable langue d’une société du viol ordinaire, en un texte extraordinaire. x Publié en août 2012 aux éditions de La Différence, le premier roman de l’Allemand Andréas Becker, vivant en France depuis 1991, fait certainement partie de ce petit ensemble de textes, relativement rares, majeurs, dans lesquels la langue, malaxée sans pitié, avec … Lire la suite