☀︎
archives

Algérie

Ce tag est associé à 17 articles

Note de lecture : « If » (Marie Cosnay)

Faux souvenirs et états-civils fuyants, pour une enquête subtile et  mystérieusement poétique dans les toiles ambiguës du rapatriement et de l’accueil des réfugiés. x x Le souvenir d’enfance n’existe pas et le château d’If n’existe pas. L’enfance n’existe pas. Le château d’If comme le souvenir comme l’enfance n’existent pas, le temps qui passe, n’en parlons … Lire la suite

Note de lecture : « La maison indigène » (Claro)

Une Maison pour les trouver tous et dans la beauté les lier : magie d’une enquête poétique à propos d’enquêtes politiques, familiales et littéraires. x Ci-gît une maison blanche dont le cœur à ciel ouvert laisse résonner autre chose que des pas. Où personne n’a jamais vécu mais que chacun ou presque peut hanter. En … Lire la suite

Note de lecture : « Qui suis-je pour juger l’autre » (Serge Portelli)

Rencontre avec un homme remarquable. x Les éditions du Sonneur ont lancé en 2015 – l’année de leurs dix ans – une collection formidable, «Ce que la vie signifie pour moi», reprenant le titre d’un court récit autobiographique de Jack London publié en 1906 (disponible aux éditions du Sonneur), un récit personnel très marquant, dans … Lire la suite

Note de lecture : « Une terrasse en Algérie » (Jean-Louis Comolli)

Souvenirs d’Algérie, d’une enfance lumineuse et de la fausseté d’une époque. x «Oui, l’Algérie, la mienne, c’est l’enfance, la mienne. Les Kanaks ne disent pas « la terre est à moi » ; ils disent : « j’appartiens à la terre ». J’appartiens à l’Algérie, et de la même façon je suis à l’enfance. Je n’ai aucune nostalgie, précisément parce qu’il … Lire la suite

Note de lecture bis : « Meursault, contre-enquête » (Kamel Daoud)

Variation et réappropriation de la langue et de l’Histoire algérienne, en comblant les blancs de «L’étranger» de Camus. x Dans ce roman paru en 2013 en Algérie aux éditions Barzakh, après son recueil de nouvelles poétiques et rageuses «Le Minotaure 504», puis chez Actes Sud en 2014, confondant l’auteur et l’assassin de «L’étranger», Camus et Meursault, Kamel Daoud, écrivain … Lire la suite

Note de lecture : « La voix de Papageno » (Brahim Metiba)

Mozart en intense métaphore poétique pour distiller l’indicible du choc islamiste radical sur l’individu et sur la famille. x x x Un vautour royal vole au-dessus des colonnes de Haz. Vieilles de 5 000 ans. Une large étendue de formes, de lettres et couleurs. Nous sommes l’avenir de la Terre. Nous sommes toutes les civilisations. … Lire la suite

Note de lecture bis : « Kaddish pour un orphelin célèbre et un matelot inconnu » (Emmanuel Ruben)

Magnifique adresse, hypnotique et tourmentée, à un grand-père disparu, dans les méandres d’une mémoire hantée par l’histoire algérienne. x Emmanuel Ruben part avec sa seule plume à la recherche de son grand-père, juif pied-noir, matelot inconnu, homme parti trop tôt d’un seul coup de feu – PAN, à bout portant – et qui fit de … Lire la suite

Note de lecture bis : « Quelqu’un à tuer » (Olivier Martinelli)

Du plomb coincé dans la gorge durant la Guerre civile espagnole, portant loin ses conséquences. x x Publié en 2015 à la Manufacture de Livres, le sixième roman d’Olivier Martinelli est sans doute, moins directement bercé de rock et d’énergie brute que les précédents (et tout particulièrement que les excellents « La nuit ne dure pas » … Lire la suite

Note de lecture : « À fendre le cœur le plus dur » (Jérôme Ferrari & Oliver Rohe)

Les images d’un conflit colonial oublié de 1911 pour dire ce que contient involontairement le très contemporain storytelling de la guerre. x Publié en octobre 2015 aux éditions Inculte Dernière Marge, cet essai co-écrit par Jérôme Ferrari et Oliver Rohe ne se contente pas d’explorer minutieusement un épisode particulièrement oublié des guerres coloniales européennes, l’affrontement … Lire la suite

Note de lecture : « Le Minotaure 504 » (Kamel Daoud)

Nouvelles poétiques et rageuses, dans une Algérie meurtrie par son histoire. x Ce recueil de quatre nouvelles, paru en initialement en Algérie aux éditions Barzakh, fut le premier livre de Kamel Daoud publié en France en 2011 (éditions Sabine Wespieser) : à travers les monologues de quatre hommes, dans des textes d’une force poétique impressionnante, Kamel Daoud … Lire la suite