☀︎
archives

Alfred Hitchcock

Ce tag est associé à 6 articles

Note de lecture : « Harold » (Louis-Stéphane Ulysse)

Les vérités fantastiques et rusées du tournage des « Oiseaux » de Hitchcock, sous le signe d’un étrange corbeau nommé Harold. x La bague, de plus près… Un nom gravé, en creux : « Harold ». L’homme recouvre ses mains de vieux gants isolants. Il prend la bague, se retourne vers le corbeau de plus en plus paniqué… Cette … Lire la suite

Note de lecture : « Toutes les femmes sont des aliens » (Olivia Rosenthal)

Alien, les Oiseaux, Bambi, Le livre de la jungle : l’être assigné qui s’échappe drôlement en subvertissant la fiction. Magnifique. x x Publié en 2016 chez Verticales, le treizième roman d’Olivia Rosenthal est pour moi celui de la découverte – enfin ! – d’une artiste dont on me disait beaucoup de bien depuis un moment … Lire la suite

Note de lecture : « Au-delà des halos » (Laurent Banitz)

Neuf incisions poétiques du presque ordinaire, du résolument improbable, du vicieusement fantastique. x Publié en octobre 2015 chez Antidata, spécialistes joueurs et enthousiasmants de l’écriture et de l’édition en forme courte (si vous ne les connaissez pas, jetez vraiment un œil à leurs superbes anthologies collectives thématiques, comme « Douze cordes » (la musique), « Temps additionnel » (le … Lire la suite

Note de lecture : « Charøgnards » (Stéphane Vanderhaeghe)

Témoignage incertain rescapé d’une humanité disparue, par un homme résistant avec pour arme ultime, le langage. x Manuscrit énigmatique retrouvé dans un futur lointain et indéterminé, le récit principal de «Charøgnards» est précédé de quelques pages de commentaires qui débutent ainsi, dans une langue singulière qui rappelle l’inoubliable «Enig marcheur», et dont la force captive d’emblée : … Lire la suite

Note de lecture : « Ils ne sont pour rien dans mes larmes » (Olivia Rosenthal)

Une polyphonie pour dire la profonde osmose entre l’art et la vie. x «On peut vivre par procuration des choses incroyablement douloureuses.» (en exergue) Éprouvant à quel point le film «Les parapluies de Cherbourg» l’avait marquée, un film qu’elle n’a jamais pu regarder sans que les larmes viennent, Olivia Rosenthal a composé ce livre (éditions Verticales, … Lire la suite

Note de lecture : « 54 » (Wu Ming)

Premier roman des Wu Ming sous leur « nom », réclamant une traduction, car il est jouissif en diable. x RELECTURE NOTE À PARTIR DE LA TRADUCTION ANGLAISE DE SHAUN WHITESIDE (2005) x Publié en 2002, le premier roman sous leur nom de Wu Ming du collectif italien (après leur coup d’essai et coup de maître « Q », … Lire la suite