☀︎
archives

Alexis Jenni

Ce tag est associé à 12 articles

Note de lecture : « Gazer, mutiler, soumettre – Politique de l’arme non létale » (Paul Rocher)

Par le double jeu de l’étude des intérêts économiques en jeu et des glissements comportementaux et doctrinaux des forces de l’ordre, une précieuse analyse de ce qui se passe autour des technologies contemporaines de la répression. x Le cortège est dense et progresse lentement sous la grisaille hivernale. Nos corps se désengourdissent au rythme de … Lire la suite

Note de lecture : « Sabre » (Emmanuel Ruben)

Un sabre familial mythique, environné de brouillards, de bobards et de canulars, comme clé nouvelle d’une mythologie centre-européenne entre intime et politique, entre Aventure et Histoire. x Parution : 19  août 2020 Hier encore, j’ai rêvé que je maniais un sabre, en courant à reculons, dans la nuit. C’est un rêve fugitif qui me hante … Lire la suite

Note de lecture : « Les échappées » (Lucie Taïeb)

Porté par les mots furtifs et post-exotiques d’une radio clandestine inimaginable, un chapitre décisif de l’histoire de la Grande Peur en Occident – et de comment la surmonter. x On porte en soi la mort comme un fruit qui mûrit, paraît-il, mais on ne veut pas, pour autant, qu’elle parvienne à maturité. On préfère qu’elle … Lire la suite

Note de lecture : « Dernière sommation » (David Dufresne)

Dans l’horreur sordide de la prise de décision en matière de maintien de l’ordre sauvage. Poignant et brûlant, brillant et glaçant. x Un cri, un hurlement d’après la douleur, inconnu et interminable, une stridence de l’impensable. Étienne Dardel, sursauta, pétrifié. C’était un cri indéfini, un homme, une femme, difficile à savoir. Il durait l’éternité de … Lire la suite

Note de lecture : « Combat de nègre et de chiens » (Bernard-Marie Koltès)

Un chantier de BTP au Nigéria, quatre voix qui se heurtent, et l’envol du théâtre de Koltès. x RELECTURE Bernard-Marie Koltès a trente-et-un ans lorsqu’il écrit cette pièce, en 1979, sa neuvième, et n’est alors qu’un auteur relativement obscur de théâtre, suffisamment original et déterminé, néanmoins, pour que plusieurs personnalités singulières de cet univers l’aient … Lire la suite

Note de lecture : « Aucune pierre ne brise la nuit » (Frédéric Couderc)

Un retour brûlant sur la dictature militaire argentine et certaines de ses filiations et alliances objectives, au fil d’une histoire d’amour paradoxale. x Venganza. Les fois où il s’interrogeait sur son désir de réparation, Gabriel tournait en rond. La justice fonctionnerait peut-être un jour en Argentine, des politiques auraient le cran d’abolir les lois d’amnistie, … Lire la suite

Note de lecture : « Être forêts – Habiter des territoires en lutte » (Jean-Baptiste Vidalou)

Un très impressionnant détour par la forêt ancienne ou contemporaine pour mieux saisir ce qui se joue dans certaines luttes d’aujourd’hui et dans la mise en économie poursuivie de la nature. x Cette époque semble ne plus tenir à grand-chose. Elle qui fuit son propre désastre en se réfugiant dans son « vaisseau spatial Terre ». Elle … Lire la suite

Note de lecture : « La politique du tumulte » (François Médéline)

Machinations politiques subtiles et violentes, secrets de famille et télescopages. Du grand art musclé. x Quand Jacques Dardenne pénétra dans la Brasserie du palais, Secondi était plongé dans une chronique du Monde rédigée par un ancien ministre de la Justice, un enfoiré d’avocat humaniste qui avait fait abolir la peine de mort en 1981. Cet … Lire la suite

Note de lecture : « Hével » (Patrick Pécherot)

Un Jura verglacé et enneigé comme filtre narratif à la fois subtil et violent des impasses de la guerre d’Algérie. x Soit, puisque vous y tenez, je vais vous raconter. Mais ce sera comme je l’entends. Quand j’en aurai fini, vous déciderez. Vous prendrez ou vous laisserez. Vous comprenez, tant mieux. Vous ne pigez pas, … Lire la suite

Note de lecture : « Tu dormiras quand tu seras mort » (François Muratet)

La guerre d’Algérie, sur le terrain, toujours plus complexe qu’il n’y paraît vu de loin. x On était à la fin de l’année 1959 et le général président avait décidé de mettre le paquet pour terminer la guerre en Algérie. Ça voulait dire balancer du muscle et du plomb, retourner chaque caillou du djebel, napalmer … Lire la suite