☀︎
archives

Alcoolisme

Ce tag est associé à 20 articles

Note de lecture : « Rue Involontaire » (Sigismund Krzyzanowski)

La langue ivre de Sigismund Krzyzanowski. x Malgré la considération dont il jouissait auprès des intellectuels, aucun livre de Sigismund Krzyzanowski ne fut publié de son vivant, jusqu’à la découverte extraordinaire de ses écrits dans les archives soviétiques et le début des publications près de quarante ans après sa disparition. Né en 1887 en Ukraine … Lire la suite

Note de lecture : « Buckaroo » (Marie Van Moere)

Les grands espaces imaginaires de l’artiste ironiquement et poétiquement rattrapés par sa paralysie et son sevrage. x Publié en octobre 2014 chez e-fractions, ce deuxième texte de Marie Van Moere, après son roman « Petite louve », propose une rêverie incisive sur la création poétique rock, autour de la figure mythique de Robert Wyatt qui, s’il n’est … Lire la suite

Note de lecture : « Le démon avance toujours en ligne droite » (Éric Pessan)

Le troublant moment de vérité de l’exorcisme d’une histoire familiale à l’ombre du démon. x Publié début 2015 chez Albin Michel, le huitième roman d’Éric Pessan, succédant à la curieuse magie enfantine de « Muette », qui m’avait beaucoup plu, poursuit un travail de fond, infiniment plus intimement cohérent que ce que la variété apparente des sujets … Lire la suite

Note de lecture : « Bleu éperdument » (Kate Braverman)

Onze belles nouvelles, très dures et très tendres, de Los Angeles et de la chute, du sursaut vital et de la poésie. x Publié en 1990, le premier recueil de nouvelles de Kate Braverman, dont j’ai tant aimé le curieux roman « Lithium pour Médée » (1979), était inédit en français. Augmenté de deux nouvelles (« Nuit païenne » … Lire la suite

Note de lecture : « Remonter l’Orénoque » (Mathias Énard)

La beauté tragique d’un roman dur, plus ramifié qu’il n’y paraît d’abord. x x Dans son deuxième roman, publié en 2005 chez Actes Sud, Mathias Énard nous conviait à une brutale immersion au cœur de la passion, celle qui dévore un être de l’intérieur et le fait devenir si radical et si destructeur qu’il ne … Lire la suite

Note de lecture : « Autour de moi » (Manuel Candré)

Des dizaines de vignettes expurgent une enfance de violence domestique et de tendresse obscure. x Ce premier roman de Manuel Candré, à paraître le 30 août 2012 chez Joëlle Losfeld, impressionne par sa violence subtile. Sous forme de dizaines de vignettes plus ou moins longues, telles que pourraient s’écrire les verbatims issus de séances de … Lire la suite

Note de lecture : « La foire aux serpents » (Harry Crews)

Plongée ironique et violente dans le Sud profond, où un redneck se débat contre sa propre malédiction. x Ce roman de 1976, traduit en français en 1994 par Nicolas Richard à la Série Noire de Gallimard, est emblématique de cet auteur prolifique, issu d’une enfance difficile dans le Sud profond américain, engagé dans les Marines … Lire la suite

Note de lecture : « Des chaussures pleines de vodka chaude » (Zakhar Prilepine)

Onze nouvelles de boue, de vodka, de sang, d’amitié, d’amour, de comique sordide et de tragique spiralé. x x Paru en 2011 en France chez Actes Sud dans une traduction de Joëlle Dublanchet, ce recueil de nouvelles de 2008 de l’écrivain, longtemps national-bolchevik (il s’en est détaché, sans renier ses engagements, depuis 2011 environ), Zakhar … Lire la suite

Note de lecture : « L’île invisible » (Francisco Suniaga)

Un enquêteur attachant pour démythifier, sans acrimonie, le paradis touristique tropical. x x Publié en 2005, traduit en français en septembre 2013 par Marta Martinez Valls chez Asphalte, le premier roman du vénézuélien Francisco Suniaga s’appuie avec bonheur sur l’authentique vie de son auteur, avocat natif de l’Isla Margarita, venu sur le tard (50 ans) … Lire la suite

Note de lecture : « Le son de ma voix » (Ron Butlin)

Caméra subjective dans les yeux et le cerveau d’un alcoolique. Très drôle, très poignant. Magistral. xxx Publié en 1987 (en 2004 en français par l’infatigable découvreur Quidam Éditeur, dans une traduction de Valérie Moriot), ce roman permet à Irvine Welsh d’écrire, dans sa préface à l’édition de 2002 : « Si vous demandez à n’importe quel … Lire la suite