☀︎
archives

Agriculture

Ce tag est associé à 10 articles

Note de lecture : « Le bruit des tuiles » (Thomas Giraud)

À partir d’une utopie franco-texane totalement ratée en 1860, une somptueuse poétique de l’échec annoncé et de la technocratie présomptueuse. x Un livre qui démarre, ou presque, avec pour un tiers de son exergue la fabuleuse citation de Julien Gracq, dans « Un balcon en forêt » : « Cela faisait partie des choses qui, trop minutieusement prévues, … Lire la suite

Note de lecture : « 77 » (Marin Fouqué)

Sublime enfance d’un fief : comment grandir dans le silence du sud 77. Drôle, poignant, inventif en diable : une très belle surprise. x MÉTALLISÉE, MÉTALLISÉE, MÉTALLISÉE Trois à la suite. Si lentement. C’est rare. Voilà pourquoi je m’en souviens. Cette journée a commencé comme un moteur qui démarre mal. Une hésitation. Une saccade. Trois … Lire la suite

Note de lecture : « Nous étions l’avenir » (Yaël Neeman)

Le puissant récit d’une enfance et d’une adolescence au kibboutz dans les années 1960-1970. x En fait, le récit de notre création, celui de la création d’un monde nouveau, n’a jamais existé. C’est peut-être pourquoi nous nous le sommes raconté. Nous n’avions pas de langue écrite, ni même un langage dans lequel traduire notre vie … Lire la suite

Note de lecture : « Règne animal » (Jean-Baptiste Del Amo)

Un siècle d’exploitation agricole décharnée comme emblème d’une constance humaine et animale, d’une mutation économique et politique. x Des premiers soirs du printemps aux dernières veillées de l’automne, il s’assied sur le petit banc de bois clouté et vermoulu, à l’assise ployée, sous la fenêtre dont le cadre détache dans la nuit et sur la … Lire la suite

Note de lecture : « Le propriétaire absent » (Takiji Kobayashi)

Le saisissant roman d’un « mouvement social » de fermiers misérables à Hokkaidô dans les années 1920. x « Si, dans les départements de Naichi, il est très difficile de recevoir de nouvelles terres, non seulement en propriété, mais également en fermage, vous installer à Hokkaidô vous permet d’obtenir une parcelle déterminée. Quand, dans un délai de cinq … Lire la suite

Note de lecture : « Le grand jeu » (Céline Minard)

La formidable Montagne Analogique de la quête obsessionnelle du sens et de l’équilibre. x x Je peux, seule, grimper en m’auto-assurant. C’est long et technique mais c’est possible. Quand je suis sur une paroi, je peux utiliser cette corde, ces pitons et ce grigri qui bloquera ma chute et maintiendra la vitesse acceptable et le … Lire la suite

Note de lecture : « Un vent de cendres » (Sandrine Collette)

La Belle et la Bête dans les vignes champenoises, décevant par rapport au précédent et au suivant de l’auteur. x Publié en 2014 dans la collection Sueurs froides de Denoël, le deuxième roman de Sandrine Collette m’a un peu déçu. Si elle y développe le même talent dans la construction dramatique en (presque) huis clos … Lire la suite

Note de lecture : « Résistance » (Owen Sheers)

Une jolie uchronie galloise et bucolique qui n’a pourtant pas pu me convaincre. x Publié en 2007, finement traduit en français en 2009 chez Rivages par Bernard Hoepffner, le premier roman du poète et prodige polygraphe gallois Owen Sheers a connu un succès quasiment mondial. x Grande-Bretagne, 1944. Alors que, l’URSS ayant (provisoirement ?) rendu … Lire la suite

Note de lecture : « Dernières nouvelles d’Œsthrénie » (Anne-Sylvie Salzman)

Des Balkans imaginaires pour dire la triste et belle ambiguïté du contemporain. Magnifique. x Publié en octobre 2014 aux éditions Dystopia Workshop, le troisième roman d’Anne-Sylvie Salzman réalise un croisement miraculeux, puissant, et d’une belle poésie instable, des différentes facettes que révélaient déjà « Au bord d’un lent fleuve noir » (1997) et « Sommeil » (2000), comme ses … Lire la suite

Note de lecture : « Canal Mussolini » (Antonio Pennacchi)

Une savoureuse fresque politique et familiale de paysans de Ferrare, sur 40 ans d’Italie fasciste. Publié en 2010, à soixante ans, le huitième roman d’Antonio Pennacchi, traduit en 2012 par Nathalie Bauer chez Liana Levi, est de son aveu même, « l’œuvre de toute une vie », préparée par l’ensemble de ses écrits précédents, incluant le remarqué … Lire la suite