☀︎
archives

Absurdité

Ce tag est associé à 12 articles

Note de lecture : « Dernière sommation » (David Dufresne)

Dans l’horreur sordide de la prise de décision en matière de maintien de l’ordre sauvage. Poignant et brûlant, brillant et glaçant. x Un cri, un hurlement d’après la douleur, inconnu et interminable, une stridence de l’impensable. Étienne Dardel, sursauta, pétrifié. C’était un cri indéfini, un homme, une femme, difficile à savoir. Il durait l’éternité de … Lire la suite

Note de lecture : « Bubblegum » (Adam Levin)

Ce que nous disent sans doute le Net et les lolcats, écrit sans le Net et sans lolcats. Un chef-d’œuvre époustouflant d’ambition et de drôlerie songeuse, par l’auteur des « Instructions ». x x Depuis l’enfance, Belt Magnet entend les objets inanimés (qui ont donc bien une âme, fût-elle rudimentaire, à l’insu de – presque – toutes … Lire la suite

Note de lecture : « Intermittences » (Celia Levi)

L’intermittence sera-t-elle le lot de chacun dans la société qui s’annonce ? x Après «Les insoumises» et avant le très beau «Dix yuans un kilo de concombres», le deuxième roman de Celia Levi, publié en 2010 aux éditions Tristram, est un véritable envol, le journal sur une année, au rythme de saisons de durée très … Lire la suite

Note de lecture : « Bréviaire des artificiers » (Mathias Énard)

Le terrorisme historique en sérieuse farce culinaire et manipulatoire. x Publié en 2007 chez Verticales, le troisième roman de Mathias Énard, après « La perfection du tir » (2003) et « Remonter l’Orénoque » (2005) peut aisément faire figure de curiosité dans la bibliographie de l’auteur. Ici commence ce mien discours, bréviaire et manuel, pour l’édification des débutants artificiers … Lire la suite

Note de lecture : « Le chant des dunes » (Perrine Le Querrec & Lalie Walker)

Une maison close devient une étonnante poudrière, à Colomb-Béchar durant la guerre d’Algérie. x Publié en 2011 à la Manufacture de Livres, cet étonnant roman noir diffère assez profondément de ce que j’avais pu lire jusqu’ici sous la plume poétique acérée, fût-ce en prose, de Perrine Le Querrec, et donne en tout cas nettement envie … Lire la suite

Note de lecture : « Corps conducteurs » (Sean Michaels)

La folle tournée contrastée du communisme scientifique, électrique, musical et amoureux. x Publié en 2014, traduit en français en 2015 par Catherine Leroux pour publication cette même année aux éditions Alto, puis en janvier 2016 chez Rivages, le premier roman du Canadien Sean Michaels s’empare avec fougue et brio de l’une de ces figures improbables … Lire la suite

Note de lecture : « Pas Liev » (Philippe Annocque)

 Le troublant brouillard des mots et de la folie. x Liev se rend au village de Kosko, pour y prendre un emploi de précepteur. D’emblée tout est étrange, bizarrement opaque : l’accueil de Liev, l’absence d’enfants, les conversations. Le rapport de Liev au monde est étonnant, est-ce parce qu’il est étranger, ou dominé par une introversion … Lire la suite

Note de lecture : « À propos de courage » (Tim O’Brien)

Le poids et les ruines intérieures de la guerre. x Faulkner aurait dit que nous disposons tous d’un territoire pas plus grand qu’un timbre-poste, mais que ce qui importe n’est pas sa superficie, mais la profondeur à laquelle on le creuse, une phrase qui résonne avec ce livre et avec l’ensemble de l’œuvre de Tim … Lire la suite

Note de lecture : « Les boîtes » (István Örkény)

Un court roman loufoque illustrant de biais l’absurdité de la guerre. x L’absurdité est omniprésente en littérature, et notamment dans l’Est de l’Europe. István Örkény (1912-1979) s’inscrit dans la tradition du drame absurde hongrois avec «Les boîtes», un roman traduit par Natalia Zaremba-Huszvai et Charles Zaremba pour les éditions Cambourakis en 2009, qui souligne le … Lire la suite

Note de lecture : « Fin de mission » (Phil Klay)

Douze éclats acérés arrachés à la guerre américaine en Irak. x Publié en 2014, traduit en français en 2015 par François Happe chez Gallmeister, ce recueil de nouvelles – et première œuvre – de l’ex-lieutenant de Marines Phil Klay obtint d’emblée le National Book Award américain. En douze textes à l’agencement subtil, douze regards bruts … Lire la suite