☀︎

Résultats de recherche

Vous avez cherché "antoine volodine". Votre recherche a renvoyé 123 résultats.

Note de lecture bis : « Frères sorcières » (Antoine Volodine)

Le pouvoir brut du récit, l’arrangement de la mémoire, la performance de la vocifération. Le post-exotisme dans toute sa splendeur noire et rusée. x Comme nous l’avions noté ici même à propos des « Haïkus de prison » de Lutz Bassmann, comme le décortiquait en profondeur Lionel Ruffel dans son « Volodine post-exotique », et comme le rappelle fort justement … Lire la suite

Note de lecture : « Frères sorcières » (Antoine Volodine)

L’envoûtement des mots. x Depuis la « Biographie comparée de Jorian Murgrave » (Présence du Futur, Denoël, 1985), l’impression extraordinaire à la lecture de l’œuvre d’Antoine Volodine et de ses hétéronymes est celle d’entrer dans un monde parallèle, où chaque livre ouvre une nouvelle porte, déchiffre un nouveau continent et semble atteindre un point d’incandescence ultime, en … Lire la suite

Note de lecture : « Macau » (Antoine Volodine & Olivier Aubert)

Mourir à Macau. x Dans la chaleur humide et asphyxiante de Macau, ligoté sur une jonque et bâillonné avec du ruban adhésif, sous la surveillance d’une femme, Laura Kim, et d’un vieux pêcheur chinois, un homme, qui se faisait appeler Breughel dans «Le port intérieur», attend sa dernière heure. «Je savais bien ce qui m’attendait. … Lire la suite

Note de lecture : « Nuit blanche en Balkhyrie » (Antoine Volodine)

Les confidences hallucinées, chuchotées ou vociférées, du Breughel, prisonnier politique et patient psychiatrique interné. x RELECTURE La suie avait durci autour de ma tête. Il faisait froid, il faisait noir. Quelqu’un chuchotait et, à force d’écouter, je reconnus ma propre voix. Breughel appelle Molly, disais-je. Répondez. Je me mis à attendre. Plus un bruit ne … Lire la suite

Note de lecture :  » Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze » (Antoine Volodine)

La clé d’entrevoûte, retorse et vertigineuse, de l’édifice post-exotique. x RELECTURE Les derniers jours, Lutz Bassmann les passa comme nous tous, entre la vie et la mort. Une odeur de pourri stagnait dans la cellule, qui ne venait pas de son occupant, encore que celui-ci fût à l’article de et se négligeât, mais du dehors. … Lire la suite

Note de lecture : « Des anges mineurs » (Antoine Volodine)

Une marionnette de chiffons dit l’humanité en ruines, pour quelques gueux et vieilles immortelles. Sombre et magnifique. x Le monde est en lambeaux. Grande révolution, catastrophe nucléaire, univers concentrationnaire, charniers, dévastation, l’espèce humaine s’approche de l’extinction. Les humains ne sont plus que des particules raréfiées et «Des anges mineurs» est un livre créé à l’image … Lire la suite

Note de lecture bis : « Terminus radieux » (Antoine Volodine)

Incursion sans retour dans les terres irradiées. Un livre éblouissant. x Ce roman magnifique, paru en août 2014 aux éditions du Seuil, est à la fois une somme dépassant tous ses précédents livres, et une somptueuse porte d’entrée dans l’univers d’Antoine Volodine et des écrivains post-exotiques, pour ceux qui ont encore la chance d’avoir tout à … Lire la suite

Note de lecture : « Nos animaux préférés » (Antoine Volodine)

Bestiaire du désastre. x Les fictions d’Antoine Volodine sont des objets d’ailleurs, et ce seizième livre publié en 2006 aux Éditions du Seuil en est une illustration éclatante, sans doute car il se situe encore plus que d’autres de ses romans au-delà de l’Histoire. L’extinction de l’humanité est quasiment achevée et on ne croisera ici … Lire la suite

Note de lecture : « Le port intérieur » (Antoine Volodine)

Interrogatoire à Macau.   Exilé en compagnie de sa maîtresse Gloria Vancouver et d’un brésilien, Machado, qui les a aidé à trouver refuge à Macau, Breughel se cache et il vit maintenant seul, dans un quartier sordide de ce petit morceau de Portugal en mer de Chine. Agent de son Parti missionnée pour le séduire, … Lire la suite

Note de lecture : « Vue sur l’ossuaire » (Antoine Volodine)

Immortalité de la littérature des marges. x Maria Samarkande et Jean Vlassenko, deux écrivains unis par un amour que ni la barbarie ni la mort ne pourront entièrement effacer, sont enfermés arbitrairement et torturés par le pouvoir, la Colonie, qui voudrait leur faire avouer que «Vue sur l’ossuaire», un ensemble de récits qu’ils ont écrit … Lire la suite