☀︎
Notes de lecture 2021

Note de lecture : « Flache d’Europe aimants garde-fous » (Patrick Beurard-Valdoye)

Entre l’Alsace, la Suisse et Chypre, une nouvelle exploration poétique redoutable de six siècles européens pour effriter en conscience l’actuelle tentation du recroquevillement face aux exils.

x

Flache

Publié en 2019 chez Flammarion Poésie, « Flache d’Europe aimants garde-fous » est la septième installation (et pour l’instant la dernière en date) au sein du monumental cycle des Exils qui structure, irrigue et domine l’œuvre poétique de Patrick Beurard-Valdoye.

Intervenant respectivement cinq et douze ans après les deux machinations précédentes, les immenses « Le narré des îles Schwitters » (2007) et « Gadjo-Migrandt » (2014), c’est dans les replis de l’un des cœurs vibrants de la forteresse Europe, objet-carrefour paradoxal qui concentre et distribue les flux que traque et défend en grande beauté le cycle des Exils, l’Alsace (avec quelques incursions décisives en Franche-Comté), que vient s’inscrire cette flache-ci, flaque limpide ou saumâtre, marque salvatrice ou mortelle sur l’écorce, selon les angles et les points de vue retenus.

Pas n’importe quelle Alsace (ni n’importe quelle Franche-Comté), bien entendu. En ce point quasiment central d’une Mitteleuropa réelle ou légèrement fantasmée, parmi les effluves d’une puissante industrie chimique où rivalisent et coopèrent, en toute inimitié géopolitique et en toute complicité capitalistique, Allemands, Français et Suisses, où la potasse et l’aniline feront le moment venu les fortunes et les destins, on soigne depuis le Moyen Âge des candidats à la Nef des fous, des blessés de la tête qui hanteraient sinon tant de chemins traversiers, on donne naissance (et on crée d’inattendus cercles d’école communale) à des poètes jetant leur énergie dans la bataille de la création de l’Union Européenne, et on établit de bien curieuses passerelles vers le centre décentré par excellence que pouvait constituer Chypre (ce qui n’avait d’ailleurs pas échappé aux Bolognais Wu Ming, ajoutant en 2009 leur « Altai » sous le signe de Famagouste à leur « L’Œil de Carafa » de 1999, si ancré le long du Rhin). Là où précédemment dans le cycle des Exils la scène centrale était confiée au dadaïste Kurt Schwitters ou aux musiciens classico-contemporains autrichiens que l’on retrouverait le moment venu au Black Mountain College américain, « Flache d’Europe aimants garde-fous », avec son titre complexe, déroutant, et pourtant si significatif, nous parle du traducteur, poète et journaliste strasbourgeois Jean-Paul de Dadelsen, qui sera un influent conseiller de Jean Monnet lors des premières années de la Communauté européenne, jusqu’à son décès en 1957 (« il faut de l’erlebnis pour écrire »), en remontant aussi les méandres de sa famille, du Narrenschiff chez Michel Foucault, en guise d’exergue à la deuxième partie largement chypriote, donc, et intitulée « Le clitoris de l’Europe – Théorie des ligatures » (Steve Tomasula n’est peut-être pas si loin), de Marcel Duchamp, de Joseph Beuys et de Guillevic, d’Herman Melville et d’Albrecht Dürer, de Ghérasim Luca et de son « Héros-Limite », de la naissance – pas uniquement métaphorique – de la cyprine ( par l’un des noms chypriotes de la déesse Aphrodite), aussi, et encore de Franck Venaille et de Robert Cahen, de Frédérique Brion et de Jean Rouch, des mines de potasse d’Alsace (que l’on retrouvera, soigneusement dissimulées, et par l’un de ces détours secrets que nous réserve si souvent la grande littérature, dans le tout récent « Une sortie honorable » d’Éric Vuillard), de résurgences de la Loue et de salines royales, d’Antonin Artaud et de Carl Jung, de Theodor Herzl et de Tony Gatlif, de la formidable litanie des saints sans tête remède contre céphalées, de Patrick Kavanagh et de Virginia Woolf, d’Albert Camus et de Vélimir Khlebnikov, de Denis de Rougemont et de Robert Pinget, de Saint-John Perse et de Marguerite Yourcenar, ou encore de Marina Abramović et de bien d’autres sujets, témoins, passeuses et combats : mobilisation générale pour briser les murs intellectuels artificiels de cette Forteresse Europe dévoyée peut-être comme jamais aujourd’hui !

x

BV

Puis cendus de nave barge dévoilée nous
avons traversé, là
via la Leu rivée de traviole FÄHRE FÄÄHRI fauve phérie
d’odoriférantes teintures virant au cibachrome
TROISROSES
toutdoux toutdoux
rosibeuysien
grises grues RHENUS après la couleurie
eaux pleines de peaux et de papier-pierre
et le purpur qu’on ne peut fixer
pont-du-mitan en aval aniline passés TRIPOINT bois
sur bois branlant tourelle guérite
piles
pilots palplanches hachées
par les flots du renvers
si viridiant
trois arches arrachées
le 23 d’un juillet vieux d’un niveau tel
qu’on peut du pont se rincer les doigts dans l’eau impétueuse
en ôter le tan
rhinpartis déradés mouillés de chaud
il a fallu terrassés gravir d’arrache
pied ces dalles de grès
le contrefort aux rauraques
contre quoi le cours en plein effort se cogne
de la Pfalz le rudoyé se voit c’est vrai de
la Pfalz le rudoyé
et l’ourlet d’anciennes maisons sur le Rhin miroitant
vingt fois revint le Rhin
avec tant de citains
et en quelle écouleur
ville voilée
FÄHRIBÖDELI

cendus de nave nef dévoilée
ceux d’entre nous alphabètes
faisons nos écritures au verso des cartes
colorisées
turquoise d’un au-delà rhi brun du bac au beau milieu
tiré par un cheveu
une arche muette sous-tend les phonèmes
l’eau coite en nous lie les mots
il faut ne pas trop en dire
obvier aux remous
ça prend un temps fou
JE PENSE À TOI
se mettent en branle deux cloches de la tour Martin
couvrant les fers et bois des bruits à mains
détournant les flèches ennemies
do d’un bourdon dans du fa tout aigu
pas si run
la troisième papale en réserve
l’un de nous [qui ?] tambourine au portail martèle à
coups de heurtoir monotones
bronze miré qu’est-ce à dire
le temps habite après les nuages

c’est un jour sans l’accent du tocsin
méfaste pour un chroniqueur date sans histoire
époque sans faits notoires
où qui cerne l’anonyme
cité en reconstruction
peurs liquidées
pas de massacre pas de truciderie
ni typhus ni bûcher
ni famine ni larcins faramineux
d’écorcheurs
pas de tremblement de terre
les clochers s’écroulant
les cloches dissonant dans la nuit barbelée
folles eaux afflux de la Birsig venues retourner
le cimetière des Barfüsser squelettes solidaires chahutant
les encombrants
des choses pareilles ça ne devrait pas
les signes du ciel sont lisibles pour
qui ferme les yeux
une effrayante comète
annonçant d’innombrables décès au long du fleuve
une famine si grande que
les suppliciés sont arrachés du gibet
nouvelle éclipse de Dieu en allure d’épée
ne présageant rien de bon
suivie d’un énorme tremblement de terre
jour de la conversion de Paul
nouveau tremblement de terre à la conversion de Paul
puis le soir de la fête de Luc
Basilea ressent dix fois
dix fois les secousses
entre-temps pourtant les Tsiganes pétrifiés en maison d’arrêt
quant aux transperceurs d’hostie ayant
avoué sous torture l’empoisonnement des puits [ref?]
ils sont
c’est terminé
nul n’en conçoit la puanteur

x

Narrenschiff_(1549)

Les possibilités de mise en page des citations sur ce blog ne rendent naturellement pas du tout justice à l’usage beaucoup plus radical que précédemment, pratiqué ici par Patrick Beurard-Valdoye, des possibilités géographiques et typographiques qui s’offrent à son art minutieux, sous des formes néanmoins bien différentes dans chacune des grandes parties de l’ouvrage : comme le Claro de « Crash-test » s’efforçant de saisir les limites physiques de ses mannequins automobiles, il s’agit bien ici de déployer davantage de dimensions instantanées de lecture qu’on ne le penserait d’abord humainement possible, et de diffuser judicieusement la malice de l’exposant (à l’image de ces [réf ?] singeant amoureusement la célèbre encyclopédie collaborative en ligne pour mieux célébrer la puissance de l’érudition brutale, mise au service de la poésie critique et politique. Comme P.N.A. Handschin et Lambert Schlechter, autres artisans au très long cours d’une mobilisation des savoirs encyclopédiques au service d’un projet fondamentalement décapant, cohérent et diablement efficace, Patrick Beurard-Valdoye, effectue ici, entre autres, une relecture permanente des correspondances internes à l’histoire de la littérature et des arts (des plus lisibles aux plus secrètes), un cheminement fébrile et magnifique qui pourrait évoquer celui reconstruit par le Pierre Senges de « Cendres – Des hommes et des bulletins », une hybridation linguistique qui résonnera (d’autant plus au passage en Suisse) avec celle d’un Arno Camenisch, une exploration archéologique qui se fait parfois ferroviaire (épousant alors la cause d’un Bruno Lecat) mais qui creuse plus souvent encore le cœur vivant des étymologies, pour toujours davantage rétablir les passerelles rompues, retracer les chemins oubliés, et porter très haut la conviction que le travail littéraire et poétique contemporain a peu d’objectifs aussi décisifs et nécessaires que de reconstruire en permanence la possibilité de l’accueil, de rendre aux phénomènes migratoires leurs pleines dimensions de fuites éperdues (ou trop lentes, et alors le plus souvent fatales), et de se consacrer à bâtir les soubassements intellectuels vitaux de nouveaux refuges universels.

l’ancienne gendarmerie héberge des demandeurs d’asile
réfugiés en place des gardes mobiles
identité fixe contre mobilité de raison
l’accueil est écueil pour les citains qui parlent de
folie migratoire
au fond
d’eux-mêmes armés de mots ils enverraient
les étrangers vivre en forêt
en pleine friche
c’est la gendarmerie qui est une friche
(…)
apprendre à lire les mots sous couleur
d’apprendre à lire les faits

On ne peut bien sûr conclure cette brève note par d’autres mots que ceux choisis par Patrick Beurard-Valdoye lui-même, chez Michel Foucault, dans « Histoire de la folie à l’âge classique » :

Pourquoi voit-on surgir d’un coup cette silhouette de la Nef des fous et son équipage insensé envahir les paysages les plus familiers ? Pourquoi de la vieille alliance de l’eau et de la folie, est née un jour, et ce jour-là, cette barque ?

x

artworks-000599493257-ksi7me-t500x500

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :