☀︎
Notes de lecture 2021

Note de lecture : « Souvenirs liquides » (François Turcot)

Une poésie fulgurante de malice et de songe, dissimulée dans le plein jour du quotidien réputé innocent.

x

9782924898376-475x500-1

Souvenirs liquides, torrent d’eau
– j’y plonge une lame, quelques
tranches de lumière.

Publié en 2019 à La Peuplade, « Souvenirs liquides » est le sixième ouvrage du poète québecois François Turcot, déjà récompensé en 2009 par le prestigieux prix Émile-Nelligan. Comme dans « Cette maison n’est pas la mienne » (2009) ou « Mon dinosaure » (2014), la simplicité apparente de son écriture masque habilement une forte volonté expérimentale, jouant à saisir l’instant emprunté au quotidien ou au banal pour lui arracher son potentiel de mémoire et de mystère. Comme un concurrent paradoxal du haïku voué « normalement » à s’emparer du fugace et à le resituer dans un ordre réputé immémorial, la scène volée ici s’enracine au contraire dans ce qui se dissimule de soigneusement pesé au cœur de l’apparente innocence.

Nez de fusée et regard en darne
chez nous ça bardait saillant –
au mortier à concocter des plans
de bombance, métronome à
me vider le cœur comme une
chambre à quitter.

On est tenté par instants de songer à d’autres secrets feutrés, comme toujours en suspens, tels ceux concoctés par Charles Sagalane dans ses armoires aux costumes, ses ateliers des saveurs, ses galeries des peintres ou plus encore son « Bric-à-brac au bord du lac » : une alchimie de même parage est ici aussi à l’œuvre, dans la sueur au creux d’une paume pour laquelle, soudain, un avion passant dans le ciel ne peut plus tout à fait être un hasard ou une coïncidence, mais le signe de quelque chose de plus puissant et de plus insidieux. Il y a partout ici des tiroirs dissimulés, parfois en pleine vue, remplis de disparitions et d’effacements, de malentendus possibles et de confusions nécessaires. Depuis ces lieux secrets, ces recoins ombreux ignorés de toutes et de tous, sauf éventuellement du poète, une malice rêveuse – et peut-être même une gouaille en gestation – dignes de celles du Chino de Christian Prigent-, nous observent et ourdissent de la beauté et du songe – là où on ne les attend probablement pas.

Absorbé statique à me fignoler
le muscle de la langue au palais,
à la cime des joues, de la pièce –
j’habitais en faucon.

(…)

Celle d’ensuite débordait de
fagots, d’averses – restait ce
désir de tout rincer, tasses ou
fruits à l’évier plongé en moi à
machiner le pire.

x

150107_wr6qe_rci-turcot_sn635

Logo Achat

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Une réflexion sur “Note de lecture : « Souvenirs liquides » (François Turcot)

  1. Merci de faire rayonner notre compagnonnage poétique, cher Hugues! Charles

    Publié par charlessagalane | 3 novembre 2021, 23:06

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :