☀︎
Notes de lecture 2021, Nouveautés

Note de lecture : « Les quatrains de l’all inclusive » (Rim Battal)

Face au buffet sans fin et à volonté des assignations sociales tous azimuts, la poésie libératrice et drôle, toujours aussi intime, toujours aussi politique, de Rim Battal.

x

9791027802609-475x500-1

I
Vu
le bois de mon aisselle
sur une photographie
envoyée par mail
ma mère me somme de
contraindre la nature encore
en ce lieu délicat

de correspondre

II
Il est vrai que ne figure pas sur le menu
de la formule All inclusive
une récréation sans les mères
autrement, on s’y bousculerait
davantage

III
Le persil qui dépasse du panier
n’a pas la meilleure des presses
pourtant le panier est de bon goût
et le persil entretenu aux huiles
essentielles

IV
Face à la piscine
jambes écartées
mine de rien

Quel meilleur espace, paradoxal en diable mais aussi terriblement révélateur, pour tester les ramifications des codes de la domination patriarcale, intégrés par ses sujets en conscience ou non, ou pour tester la validité de la dialectique maître-esclave hégélienne, après tout, que l’un de ces resorts enchanteurs, entre soleil, mer et piscine, dans la volupté des formules commerciales où tout est inclus (à part le sens profond des mots une fois que le marketing les a transformés) ? C’est à cette expérience poétique et politique beaucoup plus radicale qu’il n’y paraît d’abord que nous invite Rim Battal avec ces « Quatrains de l’All Inclusive », publiés au Castor Astral en février 2021.

Déjà dans « Vingt poèmes et des poussières » (2015), « Latex » (2017) et « Transport commun » (2020), plusieurs spectres malicieux rôdaient dans la poésie de Rim Battal, acharné à produire de propices contre-pieds aux assignations de genre, de race, de géographie, et plus encore aux décisions sociales de ce qui se fait ou ne se fait pas. Le trop de place tenu par les religions, par les mères, par le tourbillon d’ultra-modernité tournant largement à vide, par les paillettes médiatiques : traité à l’ombre du parasol au bord de la piscine ensoleillée, en profitant du bar à cocktails ou du buffet (en formule All You Can Eat, naturellement et vraisemblablement), le voici sèchement et souvent ironiquement ramené à sa juste proportion.

x

hammamet-9-17octobre2021

I
Qui du maître ou de l’esclave
vit plus longtemps
vit plus heureux
vit plus vaillant

l’esclave connaît mieux le repos
le soleil et le contentement
le maître
est un mystère

II
Le bronzage est-il beau parce qu’il
rappelle le travail dans le champ
le chant et le coude et le bois coupé
ou pour ce qu’il figure du repos sans fin
et de l’oisiveté du maître
ainsi qu’on l’imagine
[mon bronzage est ma levée de bouclier]

III
J’infuse dans l’eau
je bulle
mesure mon souffle
j’oublie
que pour quelques cocktails
j’accepte
un bracelet électronique
tout le séjour durant
là où mon pouls bat
le plus fort

IV
J’ai gardé de l’enfance le goût
du poème
du dessin
et le pipi dans la piscine [sans scrupules]

voilà tout ce que j’ai du maître
tel que je l’imagine

x

514nI1DV3pL._AC_SX679_

En s’emparant vingt-et-une fois de la forme quatrain pour y déposer ses joyeuses munitions, en jouant allègrement des longueurs et des distances, Rim Battal renforce clairement son travail poétique d’une émancipation tous azimuts, mais œuvre aussi, plus insidieusement peut-être, à la manière feutrée et inquiétante de Hugues Jallon (« Le début de quelque chose », 2011), quoique depuis un angle bien différent : chaque actrice et chaque acteur de cette nécessaire reconquête – face aux stimuli orchestrés d’une même voix fusionnelle par la tradition et par l’avidité marchande ou spirituelle – doit opérer une lutte intime, dont la complexité ne saurait être sous-estimée. La langue, les mots, la poésie : ici sont les armes, qui sont maniées avec un humour subtil ou tranchant selon les besoins, et avec une humilité joueuse et indispensable.

IV
La nuit je cède place à une autre
qui est moi aussi mais qui n’en fait
qu’a sa tête que je maîtrise
encore moins que moi le jour

nous partageons la même maison
je la déplace et la nourris
elle me fait voyager

x

Unknown

Logo Achat

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :