☀︎
Notes de lecture 2021, Nouveautés

Note de lecture bis : « Par les flammes » (Jérôme Lafargue)

Une quête mystérieuse dans un micro-univers savamment décharné. Du grand art.

x

Lafargue

Aveugle à la raison, la pluie frappe la tente qui abrite le vieil homme avec une violence inouïe. Assis sur un sac de couchage, il prend son mal en patience, regarde par l’ouverture les gourdes disposées à portée de bras se remplir.
L’eau ne manque pas ici, qu’elle vienne du ciel ou de la terre. Plus loin, là où il se rend, c’est l’inverse.
Un désert, lui a-t-on dit.
Une fois pleins jusqu’à la gueule, il récupère les récipients, les rebouche avec méticulosité. Il en loge quatre dans sa gibecière, trois dans le sac à dos et en croche un à sa ceinture. Puis jette un œil à son cheval, posté sous un grand chêne à quelques mètres de là, buvant à même le sol.
La piste qu’il a quittée pour se protéger des intempéries est toute proche, on peut en distinguer le serpentement à travers les bosquets battus par les averses.
Il redresse les pans de la couverture en laine autour de ses épaules. De son regard noir et triste, il fixe la terre qui gicle sous la charge et se rencogne un peu plus vers le fond pour éviter les éclaboussures. Une goutte déviée par un morceau de branche morte vient s’écraser sur son nez, ce qui lui arrache un sourire. Il finit par s’assoupir, incapable de résister à la fatigue de ces derniers jours.

Contre le vent, contre la pluie, contre les éléments, un homme marche, avec son cheval. Avançant prudemment, avec une extrême méfiance envers tout ce qui pourrait annoncer une bande de pillards à l’horizon ou plus à proximité, dans un somptueux décor de western rapiécé où rôderaient des lueurs post-apocalyptiques, il veut rejoindre une certaine mesa, aménagée en nid d’aigle et en fortin, pour une raison qui apparaîtra en temps utile. Chaque geste est précieux, chaque pas est pensé, chaque objet joue son rôle – dans une quête mystérieuse…

Deux bonnes semaines de voyage, déjà. En selle ou à la marche, pour soulager son corps ankylosé et la carcasse de sa monture, aussi.
Les ossements des grandes plaines sont derrière eux à présent. À la vue des immenses forêts et montagnes s’annonçant au loin, le vieil homme se sent libéré. Il s’autorise même une exclamation de joie.

x

265649135

Dans la belle collection Vies minuscules de L’Ire des Marges, dédiée aux textes courts et à qui l’on doit par exemple les merveilles que sont « L’ellipse du bois » ou « Foule solitaire » de Derek Munn, reconnaissable entre toutes à son fil de couture rouge et apparent, Jérôme Lafargue – dont on suit par ailleurs le développement mythologique aquitain si singulier, de roman en roman, de « L’ami Butler » en 2007 à « Le temps est à l’orage » en 2019 – nous offre en mai 2020 cette saisissante nouvelle, déjà superbement lue par ma collègue et amie Marianne, sur ce même blog, ici. En quelques pages travaillées au millimètre, il crée une atmosphère étrange, à la fois bucolique et angoissante, de poésie sylvestre et d’oppression par le non-dit, condensant un décor digne du « Les sables de l’Amargosa » de Claire Vaye Watkins ou du « Booming » de Mika Biermann avec une effrayante intensité, en vue d’un dénouement proprement infernal et pleinement surprenant. Du grand art.

À la faveur d’une éminence qui lui permet d’avoir une vue dégagée sur les contreforts montagneux qui paradent, il distingue avec netteté la coulée d’accès. Elle se tortille comme une vilaine blessure entre deux parois qui paraissent hérissées de pics. Les jumelles qu’il utilise sont défaillantes. La lentille de gauche est rayée et donne un aspect flouté à une partie de la vue. Mais le vieil homme identifie l’endroit avec certitude.

x

Lafargue-300x286

Logo Achat

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :