☀︎
Notes de lecture 2020

Note de lecture : « Nid de vipères » – Montalbano 25 (Andrea Camilleri)

Double meurtre d’une pourriture à plus d’un titre, pour la vingt-cinquième enquête, un peu essoufflée, du commissaire sicilien Salvo Montalbano.

x

72028

À l’instant où il mit le pied dans le commissariat, Catarella posa le combiné du téléphone et s’exclama :
– Ah, dottori, dottori ! Justement là chez la maison de vosseigneurie je viens d’appeler pour vous appeler.
– Qu’est-ce qui fut ?
– Un ‘micide il y eut ! Fazio est allé là maintenant sur les lieux ! Il voulait que vosseigneurie aussi allât sur les lieux avec lui en l’accompagnant ! C’est pour ça que je vous tiléphonai à vous chez votre maison au tout petit matin !
– Bon, d’accord, c’est où les lieux ?
– Je me l’écrivis sur un bout de papier. Le voili-voilà. Villa Pariella, campagne Tosacane.
– Et où elle est, c’te villa Pariella ?
– À la campagne Tosacane, dottori.
– Oui, mais la campagne, elle est où ?
– Ben…
– Écoute, appelle-moi Fazio et passe-le-moi.
En suivant les ‘nstructions de Fazio, il arriva à la villa Mariella, pas Pariella, Catarella n’arrivait jamais à dire correctement un nom. Il lui fallut trois quarts d’heure de voiture vu qu’il y avait beaucoup de circulation et que l’eau du ciel, qui continuait à tomber en abondance, ralentissait la vitesse de tout le monde.
La villa d’un étage était juste devant la route qui longeait la plage. Le portail était ouvert et sous le portique, à côté de deux autres voitures, était rangée celle de la police. Comme il ne voulait pas se mouiller, vu qu’il continuait à pleuvoir serré, il entra lui aussi avec la voiture et la gara à côté des autres.
Il était en train de descendre, quand il vit Fazio se présenter à la porte.
– Bonjour, dottore.
– Tu trouves que c’est un bon jour ?
– Oh que non, c’est une façon de dire.
– Qu’est-ce qui se passa ?
– On a tué le propriétaire de la villa, le comptable Cosimo Barletta.
– Y a qui à l’intérieur ?
– Gallo, le mort et son fils Arturo. C’est lui qui attrouva le corps de son père.
– Tu as averti tout le monde ?
– Oh que oui. Il y a cinq minutes.
Il entra dans la villa, suivi de Fazio.
Dans la première pièce, plutôt vaste et servant manifestement de salle à manger, se tenaient Gallo et un quadragénaire à lunettes, sec et anonyme, c’est-à-dire doté d’un de ces visages qu’on oublie une seconde après l’avoir vu, bien habillé, parfaitement en ordre, en train de fumer une cigarette et qui ne semblait en rien affecté par ce qui était arrivé à son père.

x

411dYY+yH7L

Publiée en 2013, traduite au Fleuve en 2018 par Serge Quadruppani (dont c’est un bonheur toujours renouvelé de lire l’introduction, à propos de la langue particulière d’Andrea Camilleri et des partis pris pour tenter de la rendre en français), « Nid de vipères », vingt-cinquième enquête de l’irascible commissaire sicilien Salvo Montalbano, ainsi nommé en hommage à un certain auteur barcelonais, nous convoque auprès du meurtre d’un vieux et riche comptable, commerçant, propriétaire d’affaires diverses, usurier, amateur de jeunes filles et volontiers maître chanteur pour arriver à ses fins auprès d’elles. Bref, un individu bien peu ragoûtant, dont il s’agit pourtant, pour l’équipe du commissariat de Vigata, sur la côte sud de Sicile, d’identifier et d’appréhender le meurtrier.

– Envoie-moi le dottor Augello, lança le commissaire en passant devant Catarella qui se trouvait dans le cagibi qui servait de loge de concierge et de standard.
– Il est ne se trouvant pas sur les lieux, dottori.
– Mais on l’a vu ce matin ?
– On l’a vu et on l’a dévu, dottori, un éclair foudroyant d’éclair, on aurait dit, du fait qu’à peine qu’il arriva, il s’en ren-alla. Il fut obligé.
– Dans quel sens ?
– Dans le sens qu’on téléphona ici au standard du commissariat de par le fait qu’on ademanda urgemment très vite une aide de par le fait qu’il y avait un viol de flamant.
– On a violé un flamant rose ?
– Ezatement, dottori.
Qu’est-ce que c’était que cette histoire ?
– Tu as l’enregistrement de l’appel ?
– Naturalistement, dottori.
– Fais-moi écouter ça.
Catarella tripota les touches et à un certain moment s’éleva la voix excitée d’une femme plus toute jeune qui tiléphonait passqu’elle était en train d’assister à un viol flagrant.
En un certain sens, et quoiqu’il ressente toujours la pulsion de tuer les violeurs quand ils étaient à sa portée, le commissaire se senti plus tranquille.
S’il s’était agi vraiment d’un flamant, ça voulait dire que l’humanité accélérait dangereusement le voyage, déjà depuis longtemps brillamment commencé, vers la plus absolue folie.

x

44328

Comme dans l’enquête précédente, « Une voix dans l’ombre », hélas, la lectrice ou le lecteur sentira comme moi une nette fatigue dans la conduite et l’environnement du bouillant commissaire, mais aussi de son équipe et de ses proches. On ne retrouve pas ici la fraîcheur et l’inventivité qui caractérisaient la présence de ces personnages désormais devenus de vieux amis et de vieilles amies, aussi récemment pourtant que dans « Une lame de lumière » (n°23) et « Jeu de miroirs » (n°22). Si d’avoir su maintenir un tel souffle sur plus de vingt enquêtes, au fil des années, constitue de toute façon, déjà, une rare prouesse de la part de l’auteur, on ne peut qu’être doucement attristé de cette manifestation tardive d’érosion mécanique du plaisir.

– Peut-être que Barletta craignait que son fils Arturo ne vienne plus tôt que prévu, et qu’il ne voulait pas qu’il voie la femme, expliqua Fazio.
– Ça aussi, c’est possible, admit Augello. Mais reste le fait ‘explicable qu’aussitôt après que la femme est sortie, après la mort de Barletta, l’autre assassin entre. En somme : deux assassins qui décident de tuer ‘ne pirsonne le même jour et presque à la même heure. Et ça, je trouve que ça tient pas.
– Pourquoi tu dis « aussitôt » ? Pasquano ne m’a pas précisé quand le coup de feu a été tiré, fit le commissaire.
– Mais s’il y a du sang autour du catafero, ça signifie qu’on lui a tiré dessus peu après sa mort ! Un quart d’heure plus tard, pas plus ! Parce que sinon, du sang, il en aurait perdu des litres !
– Tu exagères, Mimi. Mais tu as peut-être raison : les deux meurtres, appelons-les comme ça, ont lieu dans un laps de temps qui va de cinq heures et demie à huit heures, quand Arturo arrive.
– En conclusion, nous devons chercher deux assassins qui ont agi à peu de distance dans le temps, observa Fazio.
– On va devoir se démener pour les deux, mais si on les prend, pour la loi, ils redeviendront un seul.
– Explique-nous ça, dit Fazio.
– Passque son avocat dira du deuxième que son client s’était parfaitement rendu compte que Barletta était mort, mais qu’il lui a tiré dessus quand même pour exprimer son mépris. Et il s’en tirera avec une condamnation pour profanation de catafero.
– Mais techniquement, ça reste un assassin. Son intention était de le tuer.
– Mais on peut pas faire de procès d’intentions, coupa le commissaire.

x

Andrea-Camilleri

Logo Achat

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :