☀︎
Lectures BD, Notes de lecture 2020, Nouveautés

Lecture BD : « Verax » (Pratap Chatterjee & Khalil)

Une remarquable exploration du travail en convergence de lanceurs d’alerte et de journalistes d’investigation, face aux menées antidémocratiques de services secrets et aux pressions gouvernementales et para-gouvernementales.

x

71258

Publié en 2017, « Verax » (en hommage à l’un des pseudonymes initiaux d’Edward Snowden, avant qu’il n’abandonne sa couverture en tant que lanceur d’alerte) constitue une somme documentaire impressionnante à propos des programmes de surveillance de masse et de guerre au moyen de drones, programmes conduits principalement par les États-Unis d’Amérique, et à propos de la véritable chasse menée par les services secrets (les siens et ceux de nations « alliées ») à l’encontre de celles et ceux, initiés « de l’intérieur », membres d’ONG ou journalistes, qui tentent de s’opposer à ces pratiques en les documentant et en les rendant publiques.

Octobre 2011.
La surveillance de masse m’intéresse depuis longtemps.
La plupart des gens craignent d’être espionnés. Moi, j’espionne les espions.
Mais c’est un sujet difficile à traiter.
Les journaux préfèrent le sensationnalisme, les flingues, les cadavres…
Iain Overton ne faisait pas exception. Il adorait les histoires d’infiltrations, les photos volées et les crimes crapuleux.
Jusqu’ici, je n’avais qu’un projet sur les logiciels.
J’allais avoir du mal à placer mes articles.

Britannique d’origine indienne et sri-lankaise, Pratap Chatterjee est journaliste indépendant, publiant principalement aujourd’hui dans The Guardian, et responsable d’ONG (il est l’un des dirigeants de CorpWatch, qui tente de veiller depuis Oakland sur les responsabilités légales et sociétales des entreprises multinationales). L’algéro-américain Khalil (Khalil Bendib) est à la fois un dessinateur de presse connu dans le monde entier et un sculpteur / plasticien renommé. Ensemble, sur un sujet a priori bien aride et que l’on aurait pu imaginer particulièrement difficile à transformer en roman graphique, ils ont réussi leur pari audacieux, mêlant fort pédagogiquement les informations factuelles, les palinodies et les abus constatés de la part de diverses autorités (ainsi que leurs nombreux loupés, au passage), ainsi que les innombrables avanies auxquelles sont soumis les divers enquêteurs indépendants essayant d’avancer sur ces sujets.

x

p11

Thomas Drake travaillait lui aussi au bureau d’analyse de la NSA.
– Qu’est-ce qu’il a fait ?
– Il a exprimé ses inquiétudes, d’abord à la direction, puis au service juridique au département de la défense, et finalement aux deux comités du Congrès chargés de la surveillances des agences de renseignement.
– Que s’est-il passé ?
– Regarde.
« On m’a collé dix chefs d’inculpation : cinq dans le cadre de l’Espionage Act, un pour obstruction et quatre pour parjure. Je risque 95 ans de prison. Mon dossier ne repose pas sur une instruction légitime, mais sur une volonté de nuire, une mesure de rétorsion visant à punir un lanceur d’alerte. Imaginez votre maison fouillée par les agents du FBI, vos photos de famille, vos livres, vos papiers, vos ordinateurs saisis et placés sous scellés. Imaginez-vous sans travail, sans avenir et menacé de prison. Le Gouvernement a fait tout ce qu’il a pu pour m’isoler de ma famille, de mes amis, de mes confrères, et on appelle ça la liberté ? On me considère comme un traître à la nation. J’ai exprimé des doutes quant aux agissements de mon département en suivant la voie hiérarchique. Nous nous dirigeons vers un État totalitaire digne d’Orwell où ceux qui tentent d’alerter l’opinion sont accusés d’espionnage. »

Une lecture précieuse et éclairante, un travail de documentation de longue haleine, une captivante mise en perspective d’informations souvent présentées comme disjointes ou fortuites au gré des intérêts géostratégiques des uns ou des autres : roman graphique d’enquête à la fois humble et sérieux, « Verax » est à bien des égards exemplaire. Publiée en 2019 aux Arènes, l’excellente traduction française est due par ailleurs à l’écrivain Antoine Chainas, que l’on apprécie tant ici (voir par exemple son monumental « Empire des chimères » de 2018).

x

Chatterjee Khalil

Logo Achat

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Juin en BD à Ground Control (1) | Charybde 27 : le Blog - 3 juillet 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :