☀︎
Lectures BD, Notes de lecture 2020

Lecture BD : « L’art invisible » (Scott McCloud)

Réalisée en bande dessinée en 1993, la première bible théorique spécifique du neuvième art. Un must pour toute amatrice ou amateur, et au-delà.

x

38681

Scott McCloud a trente-trois ans lorsque, après l’aventure parodique de son comics « Zot ! », menée de 1984 à 1991, lorsqu’il publie en 1993 « L’art invisible », « bande dessinée à propos de bandes dessinées » qui fera figure de petite révolution dans le genre avant de devenir très vite un véritable classique : trois ans après l’étude pénétrante mais encore relativement parcellaire de Will Eisner, « La bande dessinée, art séquentiel », c’est la première fois qu’un praticien du genre tente (et réussit, doit-on immédiatement ajouter) de dégager les spécificités de la bande dessinée en tant qu’art visuel et narratif, en mobilisant les ressources de son histoire, mais aussi et peut-être surtout de ses bouillonnements expérimentaux, de ses influences croisées avec les arts plus anciens, de sa tension créative entre peinture et littérature, et des différences et interactions entre des traditions (déjà) européenne, américaine et asiatique.

Avec un superbe équilibre entre la pédagogie accessible au profane et les considérations plus pointues venant titiller les connaissances et les idées des spécialistes, Scott McCloud parcourt le vocabulaire propre à la bande dessinée, creuse la notion d’art séquentiel et développe celle d’art interstitiel (son travail de mise à nu de l’ellipse et de ce qui se passe entre les cases est en soi passionnant), décrypte la gestion du temps et de l’espace spécifique à cet art-ci, propose six étapes de magnification de la qualité artistique d’une réalisation, et n’oublie pas de se pencher sur le rôle propre de la couleur.

La richesse et la pertinence des références – y compris en ce qui concerne l’Europe et le Japon -, le sens affûté de l’observation, la capacité à relier des phénomènes artistiques apparemment disjoints, l’humilité et l’humour du propos, enfin, font de cet « Art invisible », sous-titré « Comprendre la bande dessinée », une clé extraordinairement précieuse pour mieux saisir notre propre lecture et notre propre réception de cet art fondamentalement hybride et résolument original. Ce remarquable ouvrage aura deux suites, affinant et précisant le propos, ou creusant certains aspects particulièrement décisifs du neuvième art : « Réinventer la bande dessinée » en 2000 et « Faire de la bande dessinée » en 2006, permettant tous deux de poursuivre cette intense communication à distance entre lectrice et lecteur d’une part, artiste d’autre part.

x

91yKNqBLeLL

C’est dans les remerciements, placés en tête d’ouvrage, seul texte en simple prose de l’ensemble que Scott McCloud indique avec ferveur les deux influences-clé à l’origine de son « envie de théorie », Will Eisner et Art Spiegelman.

Pour de nombreux dessinateurs et pour moi-même, l’œuvre de Will Eisner est depuis très longtemps une source d’inspiration. Son livre La bande dessinée, art séquentiel fut le premier ouvrage à examiner la bande dessinée en tant que moyen d’expression artistique. Ce livre est le deuxième. Je n’y serais pas arrivé sans toi, Will : merci ! (…)

Art Spiegelman, comme Will Eisner, m’a incité par son oeuvre à étudier la bande dessinée en tant que moyen d’expression artistique et a, dans son court essai en bandes dessinées Cracking Jokes, montré les possibilités du genre en dehors du domaine de la fiction, rendant ainsi ce livre possible.

Il faut enfin signaler la présence, fort rare en bande dessinée, d’une superbe note liminaire de Dominique Petitfaux, traducteur pour l’édition française (en 2000 chez Vertige Graphic, puis en 2007 chez Delcourt), à propos de traduction et de questions spécifiques de vocabulaire bien entendu, mais aussi à propos de portée globale du travail de Scott McCloud.

Une lecture indispensable pour toute amatrice ou tout amateur de BD, et au-delà, pour toute personne désireuse de saisir un peu mieux la complexité des liens et des résonances entre différentes formes d’expression artistique, graphique ou littéraire.

x

Photo_419

Logo Achat

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Juin en BD à Ground Control (1) | Charybde 27 : le Blog - 19 juin 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :