☀︎
Notes de lecture 2019

Note de lecture : « Pasolini » (René de Ceccatty)

Brève et intense, une biographie empathique allant subtilement à l’essentiel complexe d’une vie artistique et poétique brûlante.

x

Unknown

L’art de la biographie à la fois courte et dense n’est pas si facile, et la collection Folio Biographies de Gallimard s’y risque souvent avec des bonheurs contrastés. En confiant en 2005 celle de Pier Paolo Pasolini au romancier René de Ceccatty, qui ne s’était jusqu’alors risqué qu’aux côtés de Violette Leduc dans cet exercice, l’éditeur a réussi un beau pari, qu’il réitèrera en 2009 pour Maria Callas, avant que l’auteur, chez d’autres éditeurs, ne se penche aussi sur les vies d’Alberto Moravia et d’Elsa Morante.

Ce fut une vie brève et pleine. Assassiné à l’âge de cinquante-trois ans, Pier Paolo Pasolini avait, toutefois, eu le temps de signer de nombreux romans, recueils de poèmes, films, pièces de théâtre, tableaux, traductions, essais critiques, pamphlets politiques. Ce n’était donc pas tout à fait un homme encore jeune qui fut tué. Il était usé par d’innombrables combats politiques, moraux, esthétiques. Il se sentait seul dans sa vie personnelle, mais il était pourtant entouré par de nombreux amis et collaborateurs, qui lui étaient demeurés fidèles. Il se sentait seul dans sa vie d’artiste, parce que ses triomphes cinématographiques étaient, selon lui, marqués par trop de malentendus.
Il avait entrepris un roman qu’il appelait poème. Il avait en chantier plusieurs films. Il n’avait pas dit son dernier mot, mais passait beaucoup de temps à commenter, justifier, expliquer, défendre ses choix idéologiques, artistiques et privés. Poète civil, conscient des devoirs d’expression publique de tout artiste, ce n’était pourtant pas un homme politique. Très singulier dans son parcours privé, il n’était pas le poète maudit que sa mort tragique tend à faire de lui, après coup.

Dès les premières phrases, en forme à la fois d’introduction et de résumé, la lectrice ou le lecteur devine que cette biographie sera placée sous le double signe du respect et de l’empathie. Des complexités familiales, des traumatismes qui y furent liés (la mort du frère tout particulièrement, dans la Résistance communiste à Mussolini et aux armées allemandes, pesa de tout son poids durant de nombreuses années), des débuts littéraires et poétiques au service de la langue et de l’identité frioulanes, jusqu’à l’installation à Rome, la découverte de ses banlieues interlopes et le formidable succès du premier roman, « Les Ragazzi », en 1955, de l’engagement forcené dans le cinéma à la relation unique avec Federico Fellini, de la boulimie de lecture et de critique, jusqu’aux grandes amitiés littéraires, même torturées à l’occasion, avec Alberto Moravia, Elsa Morante, Carlo Emilio Gadda ou Giorgio Bassani, par exemple, René de Ceccatty exploite avec brio les impressionnantes masses de données biographiques (et bibliographiques) offertes au monde par celui qui se définissait avant tout comme un poète, et qui fut un producteur particulièrement prolixe de correspondances et d’entretiens.

x

pasolini-web

Certes, son rôle dans le cinéma, la poésie et le roman, la critique, le théâtre et le pamphlet politique, le journalisme, la pédagogie et la morale sexuelle est explicable par le temps où il est né, a mûri et a rencontré la mort. Ce rôle, dans ces divers domaines qu’il a abordés, et où il a régné en tyran, tyran de lui-même plus que des autres, aurait été tout autre s’il avait été contemporain de D’Annunzio, de Dino Campana ou de Nanni Moretti, pour nous en tenir au XXe siècle.
Pasolini était un enfant du fascisme, un témoin de la montée du berlusconisme. Un enfant de Roberto Longhi, le grand critique d’art. Un enfant de Roberto Rossellini. Un enfant du romancier sicilien Verga. Un frère de Moravia, de Godard, de Gadda, de Penna. Un acteur de la scène littéraire, politique et cinématographique de l’Italie des années 1950, 1060 et 1970. Au début des années 1950, il était naturel qu’un jeune écrivain talentueux s’intègre aux équipes de scénaristes de la Radio et même de Cinecittà. Le cinéma italien était triomphant, non seulement sur le plan intellectuel et artistique, mais sur le plan commercial. Rome ne se battait pas contre Hollywood, Hollywood venait chercher à Rome une alliée et puisait à cette source d’idées, de novations et de financement. Pasolini a bénéficié de cette situation exceptionnelle du cinéma italien, qui permettait à un tempérament aussi singulier de s’exprimer avec une liberté sinon totale (comme on le sait, il paya cher cette liberté, par d’innombrables procès, déclenchés par des procureurs de province, souvent alertés par de simples spectateurs que choquaient une image, une réplique, une scène, une allusion), du moins assez considérable pour se poursuivre jusqu’à sa mort. De même que Pasolini a bénéficié de l’atmosphère générale de polémique intellectuelle, liée aux conflits constants entre le communisme, le catholicisme, la démocratie chrétienne, qui étaient au premier plan de la vie politique.

Même lorsqu’il aborde, au moment de conclure ou presque, les circonstances troubles de la mort du poète, et les péripéties complotistes qui continuent à l’entourer, après les revirements encore relativement récents des témoignages de son assassin, entre autres, René de Ceccatty continue à faire preuve d’une remarquable retenue qui lui permet d’atteindre, en permanence, une essence artistique complexe et ramifiée, dissimulée avec grâce dans les replis des divers brouhahas permanents qui entourèrent Pier Paolo Pasolini. Et comme toute biographie vraiment réussie, son texte donne plus que jamais envie de lire ou relire les œuvres, de voir ou revoir les films, en une urgence jamais abandonnée.

x

De CECCATTY René

Logo Achat

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :