☀︎
Notes de lecture 2018, Nouveautés

Note de lecture : « Boulevard du stream » (Sophian Fanen)

Une enquête-étude approfondie sur la naissance du streaming et sur son impact sur les musiques actuelles.

x

Boulevard-du-stream-322x495

Publié en 2017 au Castor Astral (dans leur belle collection Castor Music (où l’on avait pu lire récemment le « Nick Cave l’intranquille » de Christophe Deniau), le premier ouvrage de Sophian Fanen est largement emblématique du type de journalisme, pugnace et s’inscrivant dans la durée, et selon leurs propres mots, « obsessionnel », défendu par les membres du collectif « Les jours », que j’ai découvert à l’occasion de leur passage à Ground Control, et notamment dans l’émission de radio que j’y anime (presque) tous les jeudis à 18 h 00 (on peut écouter cette session ici), Ground Flore Café.

Personne ne veut de cette disquette grise qui va pourtant changer l’histoire de la musique. En 1995, dans les allées recouvertes de mauvaise moquette des salons professionnels dédiés au son, à la radio ou à la transmission de l’image par satellite, on croise souvent un groupe d’ingénieurs allemands un peu perdus. Ils sont aussi mauvais commerciaux qu’inventeurs brillants. Et ils sont vraiment bons, une fois retranchés dans le confort scientifique de leur laboratoire d’Erlangen, près de Nuremberg. Mais là, plantés devant leur stand austère de l’Institut Fraunhofer, une sorte de CNRS allemand, Karlheinz Brandenburg, l’échalas à la barbe éparse, et Bernhard Grill, avec son air de gamin tout en joues, sont des caricatures de scientifiques incapables de trouver un débouché industriel à leurs travaux. C’est d’ailleurs exactement pour cette raison qu’ils sont là, à arpenter les salons à travers l’Europe, en distribuant des disquettes quelconques qui contiennent leur invention : un petit programme nommé L3Enc, pour Level 3 Encoder. Encodeur de niveau trois.
L3Enc est un rêve d’ingénieur, qui permet de transformer n’importe quelle chanson d’un CD en fichier assez réduit pour circuler sur Internet tout en sonnant encore correctement. Les fichiers ainsi créés portent l’extension .mp3 pour répondre aux nouvelles exigences de Windows 95, le tout nouveau système d’exploitation de Microsoft. Ils ne sont pas parfaits, ils transforment le son et l’altèrent même, mais ils répondent à un besoin que l’équipe de l’Institut Fraunhofer imagine déjà majeur dans les années à venir. Sauf qu’Internet en est à peine à ses balbutiements grand public et que tout le monde, dans les allées des salons, se demande bien quoi faire de ce format mp3. Même avec Windows 95 et la dernière génération des processeurs Pentium d’Intel qui coûtent un bras et demi, il faut encore six longues heures pour transformer un album entier en fichiers compressés. Qui s’amusera à ça à part quelques geeks sans vie sociale ?

x

1000066769_NWE_393_B-1

Écrit par l’un des fondateurs du collectif « Les jours », ancien notamment du quotidien Libération, passionné de musique et au moins autant de sa dimension économique, « Boulevard du stream », dans sa quête obsessionnelle et superbement documentée (articles d’époque comme entretiens contemporains avec de nombreux acteurs de cette mutation), réussit à proposer à la fois une passionnante archéologie d’une transformation industrielle qui s’est déroulée à 200 km/h au milieu des malentendus et des incompréhensions, des résistances et des cynismes, des enthousiasmes et des naïvetés, une véritable leçon d’innovation en mouvement, avec ses pièges et ses trésors, et une analyse remarquable de l’économie des métiers de création à l’âge industriel. Un triple contenu, en moins de 250 pages, qui en fait une lecture réellement passionnante, et pas uniquement pour les acteurs et amateurs du secteur, mais pour toutes celles et tous ceux que la réalité des transformations industrielles et économiques, dans le secteur culturel ou non, intéresse – quand bien même chacune ou chacun ne partagerait pas l’ensemble des conclusions provisoires de l’auteur.

À la fin du mois d’avril 2017 devant l’assemblée générale des actionnaires de Vivendi, Olivier Nusse, le nouveau patron d’Universal Music, avait bien entendu tout cela en tête lorsqu’il a pris la parole. En bon soldat, il a tout de même prêché un avenir bondissant : « Notre métier est plus que jamais le recrutement de nouveaux talents et le développement de leur carrière. (…) Nous sommes prêts et armés pour dominer comme jamais et pour longtemps le marché de la musique. » Rien n’est moins sûr.
Comme les majors ne se sont réellement intéressées au streaming qu’à partir de 2012, quand les chiffres des abonnements ont commencé à dessiner une nouvelle économie de la musique, elles n’ont pas vu venir les mutations profondes qu’impose l’écoute illimitée. Dans ce nouveau monde, il ne s’agit plus de faire des gros coups ponctuels mais de parler en permanence au public, ce qu’une petite équipe agile autour d’un artiste inventif peut faire aussi bien et pour moins cher qu’une grosse maison aux prises de décision complexes.
Après avoir traversé les années 2000 et 2010 en avançant dans la douleur et souvent contre leurs auditeurs, les majors pensaient avoir trouvé un répit dans les bons chiffres des années 2016 et 2017. Le plus difficile est peut-être devant elles, dans une bataille qui ne sera plus artistique mais également technologique. Pour le contrôle d’un monde où la musique coule enfin librement.

x

sophian-fanen

Logo Achat

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :