☀︎
Notes de lecture 2018, Nouveautés

Note de lecture : « Hével » (Patrick Pécherot)

Un Jura verglacé et enneigé comme filtre narratif à la fois subtil et violent des impasses de la guerre d’Algérie.

x

65485

Soit, puisque vous y tenez, je vais vous raconter. Mais ce sera comme je l’entends. Quand j’en aurai fini, vous déciderez. Vous prendrez ou vous laisserez. Vous comprenez, tant mieux. Vous ne pigez pas, tant pis.

De retour trois ans après « Une plaie ouverte », avec ce « Hével » publié en avril 2018 dans la Série Noire de Gallimard, Patrick Pécherot nous emmène par les routes verglacées et les chemins enneigés d’un Jura hivernal de 1957-1958 pour mieux nous entretenir, avec un art consommé de la ruse dont on le sait coutumier, des événements d’Algérie et peut-être d’un certain art français de la guerre. Dessinant d’étranges étoiles au nombre variable de branches à partir de deux camionneurs, d’une amie chère, de quelques travailleurs immigrés algériens, d’un frère ayant combattu dans les djebels, de déserteurs et de collecteurs du FLN, l’auteur impose une étonnante figure de narration revendiquant au fil des pages sa propre absence de fiabilité, jouant au sens propre avec l’émissaire de la lectrice ou du lecteur, venu collecter les lointains souvenirs de l’un des protagonistes, pour savoir ce qui s’est vraiment passé à l’époque. Comme dans sa trilogie des « Brouillards de la Butte » et comme dans « Tranchecaille », Patrick Pécherot excelle à brouiller ainsi les cartes, à laisser entendre que, si l’absurdité est bien souvent de la partie, les affaires humaines sont rarement aussi simples que ce que l’on aimerait croire, en profitant au maximum ici des échos et des résonances potentiellement trompeuses que lèvent les souvenirs de la Résistance durant la deuxième guerre mondiale, et l’impression de front renversé que créent, fatalement, les événements d’Algérie et leur cortège de présupposés. En à peine 200 pages, « Hével » impose sa forme faussement directe et profondément floue, nous laissant fort joueusement seuls ou seules face à la possibilité de l’abjection et à celle du simple hasard, à l’échelle des individus que l’Histoire vitrifie.

Hével. En hébreu tardif, réalité éphémère, illusoire, absurde. (Ancien Testament, Livre de Qohélet)

x

XVMe67aad00-7a0a-11e8-b7ec-0c1045c8ca0d

® Le Figaro

Logo Achat

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :