☀︎
Notes de lecture 2018

Note de lecture : « Le Vacillement du monde » (Alain Nadaud)

Ce qui se dissimule d’étrange et de beau dans la fabrication obstinée d’un globe terrestre en 1770.

x

28136

On ne sait que peu de choses du père Louis Legrand, si ce n’est qu’il eut à souffrir de l’amour, au point, croit-on, d’en mourir de chagrin, que ses voeux furent forcés, et surtout qu’ils construisit deux des plus grands globes terrestre et céleste qui se puissent trouver en Europe à cette époque – dont l’un est aujourd’hui encore conservé à la bibliothèque municipale de Dijon.
On doit les quelques indications dont on dispose sur lui à l’écrivain Rétif de la Bretonne. Impressionné par les proportions de la mappemonde qu’on lui montra lors de son passage en cette ville, il consacra à cette dernière, ainsi qu’à son auteur, une dizaine de lignes en 1759, qu’il publia par la suite dans Monsieur Nicolas. Comme il le remarque justement, la perfection de ce globe était son seul défaut. Car, depuis les dernières découvertes de Newton, on savait que la boule sur laquelle nous vivons était loin d’être la sphère parfaite qu’il avait sous les yeux. C’est en effet au livre III des Principia Mathematica, ouvrage pourtant connu du public depuis 1686, qu’il avait été démontré que la Terre était renflée à l’équateur et aplatie aux pôles.

Au fil de ses seize romans publiés entre 1984 et 2014 – et au fil de bon nombre de récits et de nouvelles également -, depuis le mémorable « Archéologie du zéro » (1984) en passant par le si rusé « Auguste fulminant » (1997), Alain Nadaud a montré avec constance à quel point il pouvait s’emparer d’un événement ou d’une donnée historique et artistique, parfois d’apparence bien anodine, pour nous en offrir une reconstruction interstitielle et souvent fort joueuse. Ce « Vacillement du monde », publié en 2006 chez Actes Sud, ne fait pas exception, bien au contraire. En décortiquant et en transmutant les quelques bribes biographiques connues à propos du père capucin Louis Legrand (1710-?), contraint d’entrer dans les ordres pour fuir la vengeance obstinée d’un marquis dont il avait séduit la fille, avec amour réciproque, au Canada français de l’époque, et fabricant par la suite d’un imposant duo de globes terrestre et céleste, le deuxième ayant disparu en 1794 tandis que le premier fait aujourd’hui partie des précieuses collections de la bibliothèque municipale de Dijon, Alain Nadaud redonne vie et sens à une ère des Lumières à la fois discrète et acharnée, dont le traitement romanesque méticuleux peut curieusement faire écho, dans un registre pourtant bien différent, aux somptueux romans rationalistes et simili-farceurs de James Morrow, tels « Le dernier chasseur de sorcières » (2003) ou « L’Arche de Darwin » (2015).

x

globe_louis_legrand_restaure.exported.01

L’expérience qu’il avait acquise en matière de cartographie était en bien des points semblable au talent du musicien qui, à la seule lecture d’une partition, et sans ouvrir les lèvres ni avoir même à fredonner, entend les voix entrecroisées du quatuor à cordes chanter en lui. De même, par la seule évocation des symboles, par le déchiffrement des à-plats de couleur et des courbes de niveau, il avait la capacité de voir se dérouler sous ses yeux ces immenses paysages de plaines et de forêts. L’aveugle ne reconnaît-il pas la consistance des objets en les effleurant des doigts ? De même, il lui suffisait de suivre un trajet du bout de son index sur une carte : aussitôt lui était donnée l’impression de fouler le vert tendre des prairies, de longer les méandres d’une rivière, de passer entre les traits resserrés des cols ou des gués, de gravir l’ocre pâle des versants escarpés, de calculer le temps qui lui restait à marcher avant de faire étape dans une grange ou une crique, de se caler le dos contre une roche couverte de mousse à proximité de la chevelure inlassablement déroulée d’une cascade.

x

14090458

Logo Achat

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :